Page images
PDF
EPUB

ancien externe à l'Hôpital des religieux de la Charité (1785), ancien chirurgien-major (au concours) du 4e bataillon de l'Isère (1790), actuellement chirurgien aide-major de l'Hôpital militaire, comme professeur d'anatomie et de chirurgie (1).

Le père Ovide, devenu le citoyen Ovide Lallemant, avait demandé sans succès à conserver ses fonctions de professeur de chirurgie; l'ancien Père continue néanmoins à faire de la clientèle et « tient chez lui des personnes atteintes de maladies secrètes ». Nous le voyons même, en 1793 (2), obtenir la dispense d'afficher à sa porte les noms de ses pensionnaires; il fait valoir que la loi ne l'oblige pas à cette formalité révolutionnaire, ces personnes n'ayant pas leur domicile habituel chez lui.

Ovide Lallemant ne fut, d'ailleurs, pas indéfiniment frappé d'ostracisme en 1797, il est chargé, avec le citoyen Giroud, de constater les infirmités des ecclésiastiques qui, d'après l'article 2 de l'arrêté départemental du 17 brumaire, devaient rester dans la commune, sous la surveillance de la municipalité: « L'administration n'a pas besoin de vous rappeler, lui écrit-on à ce sujet, ce que le gouvernement attend de votre sévère impartialité, ni ce que les lois prononcent contre une indulgence facile, qui compromettrait la tranquillité publique et rendrait illusoires les mesures qu'elles ordonnent ». Enfin, en 1801, il est nommé adjoint aux citoyens Bilon, Silvy et Fournier, officiers de santé de l'Hospice. Cette nomination lui fut d'ailleurs particulièrement agréable et il en remercie les administrateurs en termes très dignes (3): « J'accepte ces fonctions, leur écrit-il, avec d'autant plus de plaisir que je les ai déjà exercées longtemps et que je ne l'aurais jamais. cessé, sans l'ouvrage de l'intrigue et de la malveillance de ce temps-là; mais voué par état et par goût au soulagement de l'humanité, je répondrai à vos vues philanthropiques avec tout le zèle dont je suis capable ».

Pendant toute la longue période dans laquelle nous entrons, l'Hôpital se montre toujours favorable à tout ce qui peut donner la vie à une Ecole quelconque de médecine; nous voyons ses administrateurs (4) écrire, en 1793, aux citoyens administrateurs du département de l'Isère, que pour

(1) Michal quitta Grenoble en 1795 et alla se fixer à Gap. où il devint professeur de physique et de chimie à l'Ecole centrale, médecin des prisons et médecin des épidémies pour le département.

(2) Archives municipales, LL, 3.

(3) Archives de l'Hôpital, E E, 2.

(4) Registre de l'Hôpital: service médical, 1793-1860.

soutenir l'Ecole de chirurgie et lui conserver les bâtiments qu'elle occupe dans l'Hôpital militaire. Il se privera d'y placer des malades.

Mieux que personne, les administrateurs de l'Hôpital savaient en effet que la Patrie avait besoin de nombreux chirurgiens. « La Convention, dira son rapporteur Fourcroy en 1794, apprendra avec sensibilité que plus de 600 officiers de santé ont péri depuis 18 mois (1), au milieu et à la suite des fonctions qu'ils exerçaient, et si c'est une gloire pour eux, puisqu'ils sont morts en servant la Patrie, c'est un besoin pour la République que de réparer cette perte ». Elle avait, en conséquence, établi trois Ecoles de santé, à Paris, à Montpellier et à Strasbourg. C'est dans le même esprit qu'à Grenoble, la municipalité et l'Hospice, pour satisfaire, dans la mesure de leurs pouvoirs et de leurs moyens, aux mêmes besoins, voulaient constituer une Ecole de chirurgie.

Assurer la santé des femmes en couches, c'était faire encore œuvre patriotique et favoriser les naissances; le cours d'accouchement fut donc plus que jamais, maintenu comme une nécessité dictée par les circonstances. Il continue à être encouragé plus que jamais.

[blocks in formation]

Extrait du procès-verbal du directoire du département de l'Isère du 17 nivôse an 11 de la République française, une et indivisible.

Un membre fait le rapport d'une lettre du citoyen Heraud, chirurgiendémonstrateur du cours d'accouchement établi à Grenoble et conservé par la délibération du 6 décembre 1790, 14 décembre 1791 et 20 janvier 1793, par laquelle il propose à l'administration de commencer le 1er ventôse pro chain :

1o Le cours est conservé commun à tout le département pour l'an III et durera 3 mois ;

2o Le nombre des élèves sages femmes est fixé à 24;

3o Chaque élève recevra 3 livres par jour pendant son séjour à Grenoble et 15 sous par lieue de poste pour se rendre à Grenoble et retourner; 4o Le traitement du chirurgien-démonstrateur sera de 600 livres.

Parmi les études médicales, la chimie est fort en honneur à cette époque, car elle apprend à faire de la poudre. Le citoyen Saxe, pharma

(1) Ce terme d'officier de santé ne désigne pas les médecins qu'on créera plus tard sous ce nom et qui ne seront plutôt que des sous-officiers de santé. La Convention entendait par là les médecins qui soignaient nos blessés et qu'elle honorait du rang d'officier. (2) Archives départementales, liasse. Cours d'accouchements.

cien en chef de l'Hôpital militaire, est autorisé à ouvrir un cours de chimie (1).

Le département entretient, à ses frais, 4 élèves qui apprennent la chirurgie à l'Hôpital; il n'oublie pas non plus les pauvres des campagnes et on envoie dans chaque district une boîte de médicaments; pour le district de Grenoble, une de ces boîtes est remise au citoyen Dumas, officier de santé.

A Grenoble comme partout, mais avec moins de fanatisme qu'ailleurs, les suspects sont envoyés en prison, et pour veiller à ce qu'ils ne puissent s'évader, on refuse l'entrée à tous les médecins et chirurgiens qui viennent voir les prisonniers, sous le prétexte de remplir leur ministère ; seul, le citoyen Héraud, médecin, est autorisé à entrer dans la prison; mais en même temps se fait en ville une souscription en faveur de ceux d'entre eux qui sont malades (2).

Dans ces moments de péril, où la vie des citoyens est menacée de tant de façons, la médecine fut, il faut le reconnaître, l'objet des constantes préoccupations des administrateurs. En 1793, le maire de Grenoble est d'ailleurs un officier de santé, Victor Dumas (3); un autre de ses confrères, Emery, figure parmi les officiers municipaux. Les médecins, du reste, partagent tous l'enthousiasme patriotique de l'époque, car on voit, en 1793, le citoyen Duchadox, officier de santé, offrir 500 livres pour les dépenses des fêtes décadaires; après la chute de Robespierre, Duchadoz devint syndic des médecins de Grenoble et médecin de l'Hôpital; enfin, en 1797, il fut appelé à donner ses soins au pape Pie VI, lors de son passage à Grenoble; il le suivit jusqu'à Valence et resta près de lui jusqu'à la mort de son client (4).

L'importance reconnue des fonctions remplies par les médecins leur fait donner partout des honoraires : le citoyen Duchadox reçoit un traitement fixe de 1.500 livres, comme médecin de l'Hôpital. Les chirurgiens Bilon et Silvy reçoivent 900 livres; enfin les quatre élèves internes reçoivent chacun 60 livres par mois. Ces quatre internes nommés au concours sont les jeunes citoyens Bilon fils, Poncet, Terne et Jourdan.

II

La période révolutionnaire avait été marquée à Grenoble par l'esprit

(1) Archives municipales, L L, 15.
(2) Archives municipales, L L, 6.
(3) Archives municipales, L L, 5.

(4) Pie VI dans les prisons du Dauphiné, par D. Franclieu. Grenoble et Paris 1878.

de suite dans l'organisation des moyens de défense sociale et par un sentiment très réel de philanthropie; la période du Directoire coïncida chez nous avec un réveil manifeste des besoins purement scientifiques et intellectuels le Dauphiné était d'ailleurs plus en communion d'idées avec Carnot et Laréveillère qu'avec Barras.

Les sociétés savantes ou littéraires qui existaient déjà, et qui avaient été supprimées, furent organisées sur de nouvelles bases; des sociétés nouvelles prirent naissance.

Toutes ces sociétés nous intéressent, car dans un pays comme le nôtre, on peut dire qu'elles sont toutes solidaires : la fortune des unes est liée à celle des autres. La vie décentralisée ne peut être active, en effet, qu'à la condition que, tout en poursuivant des buts différents, les esprits cultivés auront pour idéal commun la mise en valeur de toutes les forces vives de leur Province.

Sous le nom de Société des sciences et arts, après avoir pendant quelque temps pris celui de Lycée, se rouvrit, en 1795, l'ancienne Académie delphinale, dont le début remontait à 1772, et qui avait en 1789 reçu ses lettres patentes de Louis XVI. La nouvelle Société des sciences et arts comptait parmi ses membres fondateurs des noms, qui appartiennent à la médecine ou à la pharmacie: Villars, son président, chez qui avaient lieu les réunions, Silvy, Fournier, Michal, Dumas, Chalvet, Chabert. Après avoir repris son nom primitif, l'Académie delphinale, encore florissante aujourd'hui, a conservé ses traditions originelles et a réuni successivement dans son sein un grand nombre d'hommes cultivés de notre Province.

En 1796, Villars et plusieurs autres hommes dévoués à l'idée de faire profiter leurs concitoyens des progrès scientifiques, fondent la Société d'Agriculture et d'Histoire naturelle.

Enfin, en 1797, est créée à Grenoble une Société de santé, qui devait, dès son début, jouer un rôle important et qui subsiste encore aujourd'hui, après diverses transformations, sous le nom de Société de médecine et de pharmacie. Elle comprenait des médecins, des chirurgiens et des pharmaciens. La Société de santé était appelée à jouer, à Grenoble, le rôle d'un petit Sénat conservateur de la santé publique : l'administration prit en effet l'habitude de la consulter dans toutes les questions relatives à l'hygiène, aux épidémies, à l'enseignement même de la médecine et nous verrons qu'elle rendit à la population de réels services: c'est dans ses séances que les médecins le plus en renom de la ville venaient communiquer à leurs confrères leurs études ou leurs observations. Corps savant toujours écouté, souvent consulté officiellement, elle jouait dans le centre dauphi

nois un rôle correspondant à celui qui est actuellement rempli en France par l'Académie de médecine.

A la même époque, s'ouvrait l'Ecole centrale de l'Isère, établissement précurseur de notre lycée, où nous voyons, comme professeur de physique et de chimie, un médecin, que nous n'allons pas tarder à rencontrer, Berard-Trousset, médecin de l'Hôpital, inspecteur des eaux minérales de l'Isère et membre de la Société des sciences et arts.

III

Les événements politiques avaient, comme toujours, leur contre-coup sur la santé publique la peur, les angoisses, l'excitation des clubs, le bouleversement des fortunes, la guerre, la misère sous toutes ses formes, tout préparait l'organisme aux influences morbides les plus diverses.

Ce n'est pas impunément que le système nerveux de tout un peuple mobile et impressionnable est ébranlé, pendant plusieurs années, par une succession. d'événements tragiques : l'éréthisme nerveux était alors général et devenait dans toutes les maladies, complication importante. Un médecin, qui joue à cette époque un rôle important, Jean-Balthazard Laugier, a noté dans un mémoire sur les épidémies de l'an VII, la fréquence des complications nerveuses, dans toutes les maladies, pendant la période révolutionnaire (1). Déjà, en l'an IV, « la sensibilité nerveuse parut plus effarouchée; ses effets furent plus fréquents et plus intenses, soit lorsqu'ils existaient isolément, ou bien lorsqu'ils compliquaient les autres maladies. On a fait la même remarque pour les affections hypochondriaques ». Nous avons observé les mêmes effets produits par des causes analogues, pendant les périodes néfastes de la guerre de 1870 et de l'insurrection communale. Presque tous les médecins ont fait alors la même observation que Laugier, le Dr Laborde a même publié sur cette constitution médicale à part une étude intéressante et suggestive (2).

En dehors des phénomènes nerveux qui paraissaient isolément ou venaient compliquer les autres affections, plusieurs épidémies graves sévirent à Grenoble et dans la région :

(1) Constitution épidémique de Grenoble en l'an VII et VIII, par Jean BALTHAZAR-LAUGIER, docteur en médecine, membre de la Société de Santé de Grenoble. Grenoble, Giroud, an Ix. L'ouvrage est dédié au citoyen Ricard, préfet de l'Isère. Bibliothèque, 0, 3791.

(2) Les hommes et les actes de l'insurrection de Paris devant la psychologie 'morbide. Lettres au docteur Moreau (de Tours), par le Dr J.-V. LABORDE. Paris, G. Baillière, 1872.

« PreviousContinue »