Souvenirs d'un Bas-Breton

Front Cover
Michel Lévy frères, 1860 - French literature
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 204 - Celui qui met un frein à la fureur des flots Sait aussi des méchants arrêter les complots. Soumis avec respect à sa volonté sainte, Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte Cependant je rends grâce au zèle officieux Qui sur tous mes périls vous fait ouvrir les yeux.
Page 75 - ressort du gouvernement populaire dans la paix est « la vertu, le ressort du gouvernement populaire en « révolution est à la fois la vertu et la terreur : la vertu, « sans laquelle la terreur est funeste ; la terreur, sans « laquelle la vertu est impuissante.
Page 205 - ... des enfants porteurs de l'encens; ils fixeront leurs yeux vers le ciel, et les enfants allumeront l'encens , dont la fumée s'élèvera dans les nues. « Aussitôt les accords d'une musique harmonieuse se feront entendre. « Un chœur de pères avec leurs fils se groupera sur la partie de la montagne qui lui sera désignée ; un chœur de mères avec leurs filles se rangera de l'autre côté. « Les hommes chanteront une première strophe ; ils jureront ensemble de ne poser les armes qu'après...
Page 89 - C'est le crime d'un lâche, et non pas une erreur : C'est trahir à la fois, sous un masque hypocrite, Et le dieu qu'on préfère, et le dieu que l'on quitte : C'est mentir au ciel même, à l'univers, à soi.
Page 205 - ... elles les présentent en hommage à l'auteur de la nature ; les jeunes filles jettent vers le ciel les fleurs qu'elles ont apportées , seule propriété dans un âge aussi tendre.
Page 54 - Il entra un jour au parlement et, s'adressant à ces mêmes membres qui seuls, à les entendre, étaient capables de sauver la patrie : « Toi, dit-il à l'un, tu es un voleur ; toi, dit-il à l'autre.
Page 259 - ... août. Croyez-vous que nous n'ayons brisé les fers du despotisme et de la royauté que pour reprendre ceux de ces infâmes intrigants qui veulent la dictature ou le triumvirat ? — Non ! nous voulons la République ; nous la voulons tout entière. Défiez-vous donc de ces agitateurs qui vous trompent.
Page 100 - ... étaient en grand nombre dans le département , et l'envoyé de la convention avait pour mission spéciale de sévir contre ce parti à peine vaincu ; son premier soin fut donc de demander au conseil une liste de proscription. Le conseil effrayé la dresse à la hâte et la présente à Leperdit.
Page 109 - Vous levez la tôle bien haut! — C'est que je n'ai rien dans ma vie qui puisse me la faire baisser. — Le préfet confus s'excusa, et reconduisit Leperdit jusqu'à la porte. Mais la liberté, que celui-ci avait adorée comme sa sainte, et à laquelle il avait tout sacrifié, était perdue pour longtemps, sinon pour toujours. Aussi sa vieillesse fut-elle triste, désenchantée. Que de fois je l'ai vu, assis sous les tilleuls de la place aux Arbres, les yeux tournés vers...
Page 107 - ... puis les chouans déposèrent les armes; l'abondance reparut, et avec elle la tranquillité publique. Tant que la mairie de Rennes avait été un avant-poste exposé aux premiers coups des brigands ou de l'émeute , tout le monde s'était tenu à l'écart ; mais dès qu'il n'y eut plus qu'honneurs et profits à y trouver, chacun s'offrit à remplacer Leperdit. Les gens bien nés s'aperçurent pour la première fois que ce n'était qu'un pauvre tailleur qui faisait des fautes d'orthographe. On...

Bibliographic information