L'Europe pendant la Révolution française, Volumes 1-2

Front Cover
1843
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 270 - Frères et amis , nous avons conquis la liberté , et nous la maintiendrons. Nous offrons de vous faire jouir de ce bien inestimable , qui vous a toujours appartenu , et que vos oppresseurs n'ont pu vous ravir sans crime. » Nous avons chassé vos tyrans. Montrez-vous hommes libres , et nous vous garantirons de leur vengeance , de leurs .projets et de leur retour.
Page 173 - ... peaux étrangers, et la guerre civile se joint à la guerre » étrangère. Telles sont les vues secrètes de vos ennemis ; » ils sont rois, et vous êtes peuple; ils sont despotes, » et vous êtes libres: or, il n'ya point de capitulation » sincère entre la tyrannie et la liberté... Je ne dirai donc » pas à l'Empereur avec votre comité: Foulez-vous » vous engager à ne pas attaquer la France ni son » indépendance; mais je lui dirai...
Page 270 - ... l'abolition de la dîme, de la féodalité, des droits seigneuriaux, tant féodaux que censuels, fixes ou casuels, des banalités, de la servitude réelle et personnelle, des privilèges de chasse et de pêche, des corvées, de la noblesse, et généralement de tous les privilèges.
Page 285 - Religieusement soumis à son métier de souverain, il a senti que l'économie était sa première ressource. Sa maîtresse , mademoiselle de Hartfeld , est la femme la plus raisonnable de sa cour , et ce choix est tellement convenable, que le duc ayant montré dernièrement quelque velléité pour une autre femme, la duchesse son épouse s'est liguée avec mademoiselle de Hartfeld pour l'écarter.
Page 285 - Alcibiade, il aime les grâces et les voluptés ; mais elles ne prennent jamais rien sur son travail et sur ses devoirs, même de convenance. Est-il à son rôle de général prussien, personne n'est aussi matinal, aussi actif, aussi minutieusement exact que lui.
Page 204 - Nous sommes ici deux qui n'en font qu'un : mêmes sentiments, mêmes principes, même ardeur pour vous servir. Nous gardons le silence; mais c'est qu'en le rompant trop tôt, nous vous commettrions : mais nous parlerons dès que nous serons sûrs de l'appui général ; et ce moment est proche. Si l'on nous parle de la part de ces gens-là, nous n'écouterons rien; si c'est de la vôtre, nous écouterons; mais nous irons droit notre chemin : ainsi, si l'on veut que vous nous fassiez dire quelque chose,...
Page 270 - ... l'égalité. Vous êtes dès ce moment, frères et amis, tous citoyens, tous égaux en droits, et tous appelés également à gouverner, à servir et défendre votre patrie. Formez-vous sur-le-champ en assemblées primaires ou de communes, hâtez-vous d'établir vos administrations et justices provisoires, en se conformant aux dispositions de l'article 3 du décret ci-dessus.
Page 182 - ... que l'empereur a cherché à exciter entre diverses puissances un concert attentatoire à la souveraineté, à la sûreté de la France...
Page 104 - ... un ordre de choses plus désirable, et empêcher que le mal qui nous travaille, puisse gagner les autres États de l'Europe.
Page 246 - Sire , disait-il , lorsque vous avez juré de maintenir la constitution qui a assuré votre couronne, lorsque votre cœur s'est sincèrement réuni à la volonté d'une grande nation libre et souveraine, vous êtes devenu l'objet de la haine des ennemis de la liberté. L'orgueil et la tyrannie ont agité toutes les cours ; aucun lien naturel , aucun traité n'a pu arrêter leur injustice.

Bibliographic information