Recueil de discours prononcés au Parlement d'Angleterre, Volume 4

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 363 - CECIL H. GREEN LIBRARY STANFORD UNIVERSITY LIBRARIES STANFORD, CALIFORNIA 94305-6004 (650) 723-1493 grncirc@sulmail.stanford.edu Ail books are subject to recall.
Page 170 - France est peut-être, de tous les pays de la terre, celui qui jouit au plus haut degréve toutes les faveurs de la Providence : sol , climat , productions, elle possède tout. L'Angleterre au contraire n'est pas favorisée de la nature, mais elle jouit, grâce à Dieu, à son heureuse constitution et à ses lois, d'une énergie, d'une hardiesse d'entreprise et d'une industrie qui lui tiennent lieu de tout : ces motifs...
Page 166 - ... ce traité jetait l'Angleterre dans les bras de son éternelle ennemie. On raisonne comme s'il ne devait pas seulement détruire toute espèce d'animosité, mais comme s'il devait nous enlever tous nos moyens de défense, comme si par ce traité nous abandonnions une partie de nos forces de terre ou de mer, comme si notre commerce devait être restreint, notre navigation gênée, nos colonies abandonnées, et enfin comme si toutes les fonctions de l'état devaient tomber dans une apathie complète....
Page 280 - ... actuels de la France que nos ancêtres en ont eu dans celle de Louis XIV. Je conteste formellement cette assertion, et je dis que si ce roi avait réussi dans ses ambitieux projets, ce que nous aurions eu à souffrir alors eût pu être considéré comme une prospérité en comparaison de tous les maux que produirait le triomphe du régime révolutionnaire. La splendeur de sa cour, les talens de ses généraux, la discipline de son armée, tout ce qu'il inspirait enfin relevait toujours d'un...
Page 146 - ... efforts, et en terminant son exposé il se borna à rappeler avec autant de modestie que de convenance la part qui pouvait lui en revenir. « Quand on songe, dit-il, que le pays sort d'une guerre qui l'a forcé d'ajouter des millions à des sommes déjà immenses, que toutes les nations et même la majeure partie d'entre nous croyaient que jamais nous ne pourrions soutenir le poids d'une charge aussi énorme, et qu'au lieu d'être épouvantés d'un tel aspect, nous osons considérer attentivement...
Page 1 - ... superflues n'attaque pas la royauté ; et loin que » sa magnificence et sa grandeur puissent être atteintes » par une sage économie , dans un temps aussi critique , » son existence semble au contraire prendre une force plus » réelle par la réduction des dépenses.. . La liste civile a •> été accordée à SM par le parlement pour tout autre » ïnotif que pour son usage personnel.
Page xii - ... de diminuer un peu de sa pompe royale, afin d'assurer d'autant le respect qui lui est dû; de restreindre enfin de sa grandeur extérieure, ppur augmenter encore, sa dignité personnelle.
Page 170 - Providence le bienfait d'une richesse de produits, que l'avantage doit toujours être pour le premier. La France est peut-être de tous les pays de la terre celui qui jouit au plus haut degré de toutes les faveurs de la Providence : sol, climat, productions, elle possède tout. L'Angleterre, au contraire, n'est pas favorisée de la nature; mais elle jouit , grâce à Dieu , à son heureuse constitution et à ses lois , d'une énergie , d'une hardiesse d'entreprise, d'une industrie qui lui tiennent...
Page 169 - ... nations, il peut éloigner le moment où nous aurons besoin de rappeler toutes nos forces. Par suite de la bonne harmonie qui existera entre elles, leurs mœurs, leurs habitudes pourront se faire des emprunts réciproques au grand profit de l'une et de l'autre. .... « Qu'il me soit toutefois permis de le dire : il est étrange qu'on ose avancer, comme je sais que le bruit en a été propagé dans le public, que ce traité est mauvais pour nous parce qu'il sera avantageux pour la France.
Page 273 - ... •Nous sommes engagés dans une lutte, de l'issue de laquelle dépend le maintien de notre constitution, de nos lois, de noire religion, et la sécurité de toute la société.

Bibliographic information