Page images
PDF
EPUB

La cage du théâtre a cent vingt pieds de large du fond des bas-côtés, fur foixante & dix-huit de profondeur, fans y comprendre les douze pieds d'avant-fcène ; fa hauteur du deffous jufqu'au plein-pied dudit théâtre, eft de quarante & un pieds; du deffus du théâtre jufques fous les premiers entraits, de cinquante-fix pieds.

La charpente du comble qui a foixante-trois pieds de portée dans la grande travée, occupe le deffus du théâtre & de la falle, & forme une galerie longue de cent cinquante pieds for vingt de large entre les clefs pendantes, & haute dans toute fon étendue entre les deux entraits, de onze pieds; c'cft où fe fait le fervice des machines. C'eft à M. Arnoult, Ingénieur-Machinifte du Roi, que l'on doit la coupe de cette charpente, conftruite avec tout l'art poffible, tant par fa légèreté que par fa précision, sa propreté & la facilité qu'elle donne pour le fervice du theatre; elle peut même fervir de modèle pour toute falle de fpectacle. M. Brian, Maître Charpentier du Roi, a parfaitement fecondé les vues de cet habile Machinifte.

Comme les occafions de voir la falle du bal en place font rares, nous allons en donner une idée, dont on pourra nous favoir gré. Elle a quatre-vingt pieds de largeur fur foixante & dix-huit de profondeur, & cinquantecinq de hauteur; ce qui forme un quarré long, dont les quatre angles forment des pans coupés, deux defquels joignent les colonnes de l'avant-fcène, par deux avantcorps, & les deux autres font réunis au fond par une partie circulaire. Tout cet édifice forme trois étagès de galeries l'une fur l'aurre. Au-devant des piedeftaux, dans le pourtour, fur des focles de marbre, font pofés douze grands candelabres d'argent, de douze pieds de haut, qui portent autant de girandoles de cryftal, garnies chacune de foixantehuit bougies, ainfi que les quatre placées au-devant des pans coupés. Huit luftres chargés de trente-deux bougies, partent de la bordure du tableau ; cet enfemble préfente tout ce que l'imagination a pû créer de plus magnifique dans les romans de féeries; & pour en donner l'idée, il fuffic de dire que tous les fonds d'architecture font d'émeraude, & que tous les ornemens & moulures toutes en relief font or & argent. On ajoutera la richeffe des étoffes pour rideaux & tapis, jointe au choix des couleurs les plus agréables.

On voit à la Ménagerie, indépendamment des animaux rares qu'on y tient enfermés dans des loges particulières,

un

un pavillon fitué au centre d'une cour octogone, laquelle eft féparée par une grille de fer de fept autres cours où font les animaux. Rien de mieux entendu que la distribution des petits appartemens qui compofent ce pavillon. Nous n'en dirons rien autre chofe, finon qu'ils font décorés avec tout le goût & tout l'art poffible. On voit dans le fallon octogone, qui eft la principale pièce, beaucoup de tableaux d'animaux qui ont été vivans à la Ménagerie. Ils font peints par le célèbre Defportes qui excelloit dans ce genre. Les appartemens font ornés de glaces & de tableaux des plus excellents Maîtres du dix-feptième siècle tels que les de Boulogne, Blanchard, Alexandre, Silvefire, Chriftophe, Saint-Paul, Allegrain, Bertin, Speyman, &c. Les deux vafes qui font à l'entrée de l'efcalier ont été fculptés par Jouvenet.

On peut voir enfuite les animaux & fur-tout remarquer la volière, qui eft quelquefois remplie d'oifeaux étrangers qui ne font pas moins curieux que les quadrupèdes.

VEZELAY. (Eledion de) Cette Election eft placée au fud-eft de Paris, entre celle de Tonnerre & les Généralités de Dijon, de Bourges & d'Orléans. On lui donne douze lieues de long, fur huit de large: elle eft arrofée par les rivières d'Yonne, de Cure & de Coufain. Vezelay, chef-lieu de cette Election au Diocèfe d'Autun, eft fituée fur une montagne près de la rivière de Cure, à quarante fieues de Paris, au 21. dég. 44 min. 55 fec. de longit. & au 47. dég 28 min. de latit. fept. Il y a un Bailliage & un Grenier à fel. Cette Ville ne contient qu'un trèspetit nombre d'Habitans; elle a un Château, dont la terrafle donne une vue fort étendue fur la campagne des environs on n'y a pratiqué aucunes promenades; une de fes portes conduit à Clamecy, l'autre à Auxerre. La premiere s'appelle la porte Saint-Etienne; l'autre, la Fauffe

Porte.

On a tenu un Concile à Vezelay en 1146. Il eut pour objet un armement puiffant contre les Turcs. En 1569 les Calviniftes furprirent cette Ville: Sanfac eut ordre de la reprendre, mais il ne put point l'exécuter; il y tira trois mille coups de canon, & y perdit quinze cents hommes. Vezelay eft la patrie de Théodore de Beze: il naquit en 1519.

Jour-la-Ville, eft ainfi nommé, pour le Joux-le-Châtel, qui n'en eft pas éloigné. TOM. IV.

diftinguer de

E ee

Corbigny eft une petite Ville du Nivernois, dans le Comté des Amognes, à côté de laquelle eft une Abbaye de l'Ordre de Saint Benoît, qui a été fondée par Manasses & enrichie par Charlemagne. Selon une ancienne Chartre, le nom de Corbigny vient de Corbon, homme célebre dans ces temps là: à Corbone viro inclyto, Corboniacus dicitur. On tient à Cervon cinq Foires par an: on tire de Lormes une grande partie des cercles dont on fe fert dans la Bourgogne on fait à Precy-le-Sec un grand commerce de bled.

L'Election de Vezelay fe divife en deux parties, dont la plus fertile fe nomme le Morvans, ou le bon - Pays : cette dénomination, lui vient de la quantité des bleds que fon terrein produit,

Il y a à Vezelay des eaux minérales, & une fontaine qui donne du fel. Elle eft fur la croupe d'une montagne près de la rivière de Cure.

VICEOURS, aujourd'hui VISSOUS, Village à trois lieues ou un peu plus de Paris, un peu à côté du grand chemin d'Orléans, à la main gauche & dans la plaine. Il n'eft prefque compofé que d'une rue qui eft affez longue. Le territoire eft en bled. Ville-Milan touche à cette Paroiffe & en fait partie. Mont-Jean qui eft une maison bourgeoife, voifine de Rungis, eft auffi de Viceours.

L'Eglife eft du titre de Saint Denis. La Cure eft à la préfentation du Chanoine de Notre-Dame de Paris, auquel est échu la vingt-deuxième partition, & cela depuis l'échange de cette nomination à la place de celle de Creteil. Il y a dans ce lieu une Chapellenie fondée par Nicolas, Chanoine, Prêtre de Saint Honoré, fous le titre de St. Nicolas; elle eft à la pleine collation de l'Ordinaire.

VICTOR. (Porte St.) Voy. PORTES.

VIGNEU. Ce lieu qui n'eft éloigné de Villeneuve St. Georges que d'une demi-lieue, eft placé, relativement à Paris, entre l'orient & le midi, à la diftance de quatre lieues, dans une plaine fur le rivage de la Seine, visà-vis le Village d'Athies qui eft à l'autre bord fur la montagne. C'est un pays uniquement de labourage & de prairies, réduit à fix feux qui ont prefque tous leur nom particulier. Savoir; Noify fur le bord de la Seine, Courcelles, Rouvres & Château-Frié. Cette Paroiffe étoit plus

nombreuse avant que Montgeron en fût détaché il quatre cents ans.

L'Eglife eft du titre de Saint Pierre; la Fabrique en eft très-pauvre, n'ayant que cent fols de rente : tous les environs de cette Eglife font garnis de tombeaux de pierre dure, & quelques-uns de plâtre; on y a trouvé avec les offemens des petits pots de terre. Ces pots fervoient au douzième & treizième fiècle, pour conferver à côté des morts du charbon & de l'eau bénite. La nomination de la Cure appartient à l'Abbé de Saint Victor, qui jouit auffi de la Seigneurie de ce lieu, à la réserve d'une portion poflédée par un Seigneur particulier.

VILLABÉ. Ce Village eft fitué à huit lieues ou environ de Paris, à une petite lieue de Corbeil, au couchant d'hiver de cette Ville. Il y a un vignoble fur les côteaux de la rivière d'Effonne ou d'Etampes, & des prairies dans le fond. Le vin des côtes va de pair avec celui de Mons en la Paroifle d'Atheis.

L'Eglife eft du titre de Saint Marcel, Evêque de Paris; on dit que Saint Blaise en eft le fecond Patron. La nomination de la Cure appartient à l'Abbeffe d'Hierres.

VILLAINES. Village du Doyenné de Montmorency, éloigné de Paris de cinq à fix lieues, fitué dans un pays plat, avec terres de labourages, fans aucunes vignes. L'Eglife eft une Chapelle proportionnée au petit nombre des Habitans. La Sainte Vierge eft la Patrone. L'Arche vêque de Paris confère la Cure de plein droit. Cette petite Paroiffe a été démembrée de Beloy.

VILLE-D'AVRAY. Ce Village du Doyenné de ChâteauFort, que l'Abbé le Beuf préfume avoir été un Hameau de la Paroiffe de Sèvre, dont il n'eft guères éloigné que d'un quart de lieue, eft fitué fur une pente très-roide, qui regarde le levant & le feptentrion, à deux lieues & demie de Paris, une lieue de Versailles, une demi-lieue de Saint-Cloud, & un quart de lieue de Marne, c'està-dire, à l'occident de Paris. C'eft un pays de vignes il y a un bois vers les côtés du levant & du midi.

L'Eglife paroît être du quatorzième ou du quinzième fiécle. Saint Nicolas, Evêque, en eft le Patron. La Cure eft à la collation de M. l'Archevêque. Une infcription qui fe voit dans l'Eglife, apprend aux paffans que cette terre appartient aux Čéleftins de Paris, laquelle leur fut léguée

E ee ij

en 1430 par Milon ou Milles de Dangeau, Doyen de Chartres & Chanoine de Paris, pour le repos de fon ame & de celle de fon frère Robert de Dangeau.

Au bout du village eft une fontaine qui s'eft trouvée la meilleure de tous les environs de Versailles; c'est pour cela que le Roi n'en boit pas d'autre. Cette fontaine eft enfermée; mais cependant elle coule par un petit tuyau pour la commodité des paffans.

VILLEBON eft un Village du Doyenné de ChâteauFort, à une demi-lieue de Palaiseau, dont il étoit anciennement un hameau, & dont il n'est séparé que par la petite rivière d'Ivette. Ainfi fa diftance de Paris n'eft guères que de quatre lieues, en tirant un peu du midi au couchant. Sa fituation eft fur un côteau qui regarde le nord, & les environs font agréablement variés de toutes les productions de la nature, vignes, prairies, arbres fruitiers, & quelques labourages; en forte que fi ce lieu ne tire pas fon furnom d'un nommé Bon, il eft conftant que la bonté du territoire a pu le faire appeller Villabona, ainfi qu'il l'étoit dès le douzième fiècle.

[ocr errors]

Nicolas de Thou, Confeiller-Clerċ au Parlement, & enfuite Evêque de Chartres, étoit Seigneur de la Terre de Villebon; il y avoit fait bâtir une Chapelle, qui vraisemblablement étoit fous le titre de Saint Côme & de Saint Damien, puisqu'il avoit choisi le jour de leur fête pour y établir une Foire. Mais comme elle étoit mal fituée, l'Evêque de Paris lui permit en 1581 de la détruire, de la rebâtir ailleurs & de la bénir. Elle fut donc fondée dans le lieu de Villebon, fous le titre de Saint Côme & Saint Damien, & en 1644, André Potier de Novion, alors Seigneur de Villebon obtint de l'Archevêque de Paris qu'on y chanteroit vêpres les Dimanches & les Fêtes; depuis, fon fils Nicolas Potier de Novion, auffi Préfident au Parlement, vint à bout de faire ériger cette Chapelle en Cure, par un décret du 24 Mai 1658. En conféquence, on détacha de Palaifeau, les Caffeaux, la Roche, la Plaiffe, Villiers, & une maifon fife à Courtebeuf qui étoit de la cenfive, juftice & taille de Villebon. Le même Seigneur dote la Cure nouvelle de 300 liv. affignées fur la Terre, fans diminuer les dixmes du Curé de Palaifeau, & la préfentation du Curé de Villebon fut attachée au Seigneur Fondateur. L'Archevêque ordonna que les habitans viendroient proceffionellement à Palaifeau le 4 Juillet de chaque

« PreviousContinue »