Histoire philosophique et politique des etablissemens et du commerce des européens dans les deux Indes, Volume 5

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 38 - L'exemple de la capitale entraîna le refte du Royaume , & tout ce qui reftoit des établiifemens formés en Afie, en Afrique & en Amérique dans des temps heureux. Un fi grand changement ne coûta de fang que celui de Michel Vafconcellos , lâche & vil infiniment de la tyrannie.
Page 88 - Ils recevoient indifferemment les vaifleaux de toutes les nations qui alloient à la mer du Sud ou aux grandes Indes, & leur livroient leurs bœufs , leurs fruits , leurs légumes , toutes leurs productions, pour des armes , de l'eaude-vie , des toiles & des habits.
Page 44 - Ce fut alors que le fpectacle de quelques fauvages fans barbe , comme le font tous les peuples Américains , offrit fans doute à l'imagination vive des Efpagnols, une armée de femmes guerrieres ,& détermina l'officier qui commandoit, à changer le nom de Maragnon que portoit ce fleuve , en celui de l'Amazone, qu'on lui a depuis confervé. On pourroit...
Page 143 - ... la terre d'occident en orient-, mouvement plus violent à l'équateur, où le globe plus élevé décrit un cercle plus grand , une zone plus agitée -, où la mer femble vouloir rompre toutes les digues que la terre lui oppofe , & s'ouvrant un cours fans interruption , y tracer elle-même la ligne équinoxiale.
Page 103 - Il conféra à quelques riches affociés le droit exclufif de la fouille des diamans. Pour mettre même des bornes à la cupidité de cette Compagnie , on régla qu'elle ne pourroit employer à ce travail que fix cents efclaves.
Page 138 - ... pas au fond de leurs cœurs le germe fatal d'une déprédation qui dut se développer avec une célérité et une fureur inconcevables , lorsque sous un autre ciel , loin de toute vindicte publique et des regards imposans de leurs concitoyens , ni la pudeur ni la crainte n'en arrêtèrent pas les effets?
Page 140 - ... mœurs, étrangers à tout fentiment d'honneur & à toute notion d'équité, le rebut des hautes conditions de l'état , la fplendeur de ces colonies dans l'avenir n'eft-elle pas une chimere , & le bonheur futur de ces régions ne feroit-il pas un phénomene plus furprenant encore que leur premiere dévaftation ? Maudit foit donc le moment de leur découverte ! Et vous, fouverains Européens, quel peut être le motif de votre ambition jaloufe pour des...
Page 20 - Portugais , étoient maflacrés, le trouvoient auffi-tôt remplacés par d'autres , qui n'avoient dans la bouche que les tendres noms de paix & de charité. Cette magnanimité confondit des barbares, qui jamais n'avoient fu pardonner. Infenfiblement ils prirent confiance en des hommes qui ne paroiflbient les rechercher que pour les rendre heureux.
Page 8 - Malheureulement pour eux , ce monarque imprudent eut une fin funefte. Philippe II , qui étendit peu après fes loix fur le Portugal , régla que ceux de fes fujets qui defcendoient d'un juif ou d'un Maure, ne pourroient être admis , ni dans l'état eccléfiaftique, ni dans les charges civiles. Ce fceau de réprobation qu'on imprimoit , pour ainfi dire , fur le front de tous les nouveaux chrétiens, dégoûta les plus riches d'un féjour où leur fortune ne les préfervoit pas de l'humiliation.
Page 26 - Ils n'avoient aflaire qu'à une nation auffi petite que la leur , qui , à leur exemple , devoit bientôt fecouer le joug de l'Efpagne , mais en gardant celui de la royauté. Toutes les hiftoires font pleines des actes de tyrannie & de cruauté qui fouleverent les Pays-Bas contre Philippe II. Les provinces les plus riches furent retenues ou...

Bibliographic information