Théâtre de Hrotsvitha, tr. avec le texte lat., précédé d'une intr. et suivi de notes, par C. Magnin

Front Cover
1845
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page xlvii - On serait vraiment tenté de conclure de cette ressemblance que la subtilité de la pensée , aussi bien que le raffinement du langage sont dans la nature même de ce sentiment si tumultueux , si complexe , si indéfinissable , de ce sentiment qui ne serait plus l'amour , s'il cessait d'être une énigme de vie ou de mort pour le cœur sanglant et l'imagination bouleversée qui l'éprouvent. En résumé...
Page 2 - Unde ego, Clamor Validus Gandeshemensis, non recusavi ilium imitari dictando, dum alii colunt legendo, quo eodem dictationis genere, quo turpia lascivarum incesta feminarum recitabantur, laudabilis sacrarum castimonia virginum iuxta mei facultatem ingenioli celebraretur.
Page lviii - Sapho chrétienne , comme la proclamaient à l'envi ses enthousiastes compatriotes du xvie siècle , ne fut pas seulement une merveille pour la Saxe ; elle est une gloire pour l'Europe entière : dans la nuit du moyen âge , on signalerait difficilement une étoile poetique plus pure et plus éclatante.
Page xlvii - Ce sont là, il faut l'avouer, des coïncidences de personnages et de situations incontestables , niais qui ne sont , après tout , peutêtre que secondaires et accidentelles. Ce qui mérite d'être vraiment et sérieusement remarqué, c'est le ton de mysticité sophistique, qui donne aux plaintes amoureuses de Callimaque un air de si proche parenté avec celles de Roméo. Chose étrange ! la langue de l'amour...
Page 282 - Creatoris secundum harmonicam moderationem concordantibus perficitur, ita et homo non solum ab eisdem elementis, sed etiam ex magis contrariis partibus coaptatur. DISCIPULI. Et quid magis contrarium quam elementa?
Page lii - La mère rassemble leurs membres, et, aidée dans ce pieux office par des matrones chrétiennes, elle les enterre à trois milles de Rome. Alors, elle ne forme plus qu'un vœu , celui de mourir en JésusChrist , après avoir achevé sa prière. Elle élève donc son âme vers le ciel dans un hymne magnifique , et exhale sa vie dans cette sublime aspiration. Cette dernière scène, d'un effet religieux et grandiose, rappelle un peu, si j'ose le dire, le dénoûment d
Page 170 - Domine, mei timorem, intende, quem patior dolorem ! Quid mihi, quid agendum sit, ignoro. Si prodidero, civilis per me fiet discordia ; si celavero, insidiis diabolicis sine te refragari nequeo. lube me in te, Christe, ocius mori, ne fiam in ruinam delicato 10 juveni ! Andronichus.
Page xxxviii - Delà un choix de légendes , toutes au fond trèsédifiantes et très-morales , mais qui roulent la plupart sur des aventures propres à alarmer un peu la modestie. Il est juste d'ajouter que , si les sujets traités par Hrotsvitha sont pris ordinairement dans un ordre de faits et d'idées qui semblent inquiétants pour la pudeur, la plume de la discrète religieuse demeure toujours aussi chaste et aussi réservée que ses intentions sont candides et irréprochables.
Page 5 - ... et la décevante douceur des entretiens passionnés, toutes choses auxquelles il ne nous est même pas permis de prêter l'oreille. Cependant, si je m'étais interdit par pudeur de traiter ces sujets, je n'aurais pu accomplir mon dessein, qui est de retracer, selon mon pouvoir, la gloire des âmes innocentes. » En effet, plus les douces paroles des amants sont propres à séduire, plus grande est la gloire èta secours dlvfn et pîus éclatant est le mérite de ceux qui triomphent, surtout lorsqu'on...
Page xlv - Roméo, violer sa tombe à peine fermée et chercher les embrassements qu'elle lui a refusés vivante, dans la couche de pierre où gisent ses restes inanimés. En vérité, quand cet ouvrage n'aurait d'autre mérite que de nous montrer un échantillon des sentiments et des paroles qu'échangeaient , au...

Bibliographic information