Page images
PDF
EPUB

tréforier. Le grand-feigneur chargera, dit-on, le premier de ces anciens miniftres d'une commiffion en Egypte contre Aly-Bey. La place du fecond a été donnée à Ofman-effendi, ci-devant plénipotentiaire de la porte au congrès de Fock

zani.

Ofman-pacha & Haffan- pacha viennent d'être nommés, le premier, capitan-pacha de la MerNoire, & le fecond, capitan-pacha de la MerBlanche; & l'on affure que Halil-pacha, ci-devant grand-vifir, & actuellement pacha de Salonique, remplacera, dans le gouvernement des Dardanelles, Moldavangi ali-pacha, qui eft tombé en apoplexie.

Le résultat des négociations de Bucharest est toujours un myftere pour le public. La lenteur avec laquelle les affaires s'y traitent, fait préfumer qu'il y a de grandes difficultés à applanir, & que les principales font relatives au démem brement de la Pologne; cette conjecture eft fortifiée par les difpofitions des miniftres de Vienne & de Berlin; on affure qu'ils doivent fe rendre au congrès de Buchareft, & que la Porte & la Ruffie confentent qu'ils fe trouvent à la discusfion des objets qui intéreffent leurs fouverains. Rien n'eft donc plus incertain que le fuccès de ces conférences, & l'on ne feroit pas furpris de voir expirer le terme de l'armiftice, avant que les plénipotentiaires fuffent d'accord entr'eux. Tout annonce ici qu'on s'attend à ouvrir la campagne prochaine : le peuple, les foldats & les de mer ne refpirent que guerre, nent, chaque jour, des marques de leur bonne vo lonté. Pour entretenir ces fentimens dans les efprits, le grand-feigneur fe montre en public plus fouvent qu'à l'ordinaire, & va fouvent vifiter les arfenaux de Tophana, où l'on prépare plufieurs trains d'artillerie. L'armée du grand-vifur, dont

gens

la

& don

on ne parle ici qu'avec admiration, doit être àpréfent de moitié plus confidérable qu'elle ne l'étoit les années précédentes, furtout en cavalerie. Indépendamment d'un corps d'Albaniens dont elle eft renforcée, le fultan vient d'y envoyer 12 mille hommes de nouvelles troupes, & le pacha de Bofnie a ordre d'y faire paffer une pareille divifion; ces Bofniaques font déjà raffemblés, & prêts à marcher, & on leur a fait diftribuer une fi forte paie, qu'ils en ont paru furpris. S. H. répand auffi des gratifications dans les autres divifions de fes troupes; les tréfors du ferrail font. ouverts, & vont ranimer l'ardeur des Ottomans.

La démarche de l'aga-ayvas à Smyrne, a fait ici beaucoup de fenfation, & a occafionné plufieurs affemblées du divan. Le reis-effendi a défavoué hautement le firman par lequel ayvas prétendoit être autorifé à faire décapiter cara-ofmanoglou; ce qui fait croire que cet acte n'étoit que fuppofé. Au refte, on a appris ici avec beaucoup de plaifir, que la tranquillité étoit entierement retablie à Smyrne; mais comme on croit que cara-ofman-oglou ne fera point continué dans les fonctions de fa charge, au delà du mois de Mars prochain, les miniftres étrangers réfidans ici, ont prié la Porte de prendre les mefures convenables pour que les Francs, établis à Smyrne, n'aient point à fouffrir des troubles qui pourroient s'y

renouveller à cette occafion.

Nous éprouvons ici, comme dans le réfte de l'europe, les triftes effets de l'altération des monnoies, qu'on fe permet de nos jours. Le gouvernement vient de réduire le cours de certaines efpeces allemandes, dont on a introduit, depuis environ un an, une quantité incroyable dans les états de S. H. On les recevoit à raifon de 20 paras, ou d'une demi-piaftre il a été ordonné qu'elles ne vaudront, à l'avenir, que 13 paras,

:

eu 40 apres. La partie commerçante du peuple, c'eft-à-dire, les Francs & les Arméniens, font des pertes confidérat les par cette réduction.

Extrait d'une lettre de Jaffa, du 29 Octobre.

Les habitans de ce te ville, unis à la garnifon commandés par le frere du pacha de Naploufe, foutiennent encore avec la plus grande opiniátreté les efforts du cheik-daher & d'Ali-Bey; mais leur valeur ne peut tenir longtems contre les horreurs de la famine qu'ils font fur le point d'éprouver. Il y a déjà quelque tems que ces braves gens font réduits à la moitié de leur fubfiflance ordina re; & les chevaux & les chameaux, à qui l'on a également retranché le fourage, n'en ont plus que pour trois jours. Les grecs, les arméniens, les catholiques-romains ont été forcés de fubvenir, par des fommes d'argent, aux befoins des affiégés. Leurs églifes ont été démolies, & les pierres de leurs tombeaux enlevées, pour réparer les bréches des murailles, & faire des fortifications dans l'intérieur de la ville. Les tombeaux des mufulmans n'ont pas été plus refpedés, & ils ont fervi au même ufage. Une frégate qu'on a reconnue pour franque, mais fans Sçavoir de quelle nation elle pouvoit être, a foudroyé la ville pendant plufieurs jours, tandis que trois canonniers européens la battoient en brêche, d'une batterie qu'ils avoient dreffée au jardin des grecs, à une demi-portée de fufil. Une grande partie des maifons a été écrafée par les bombes. Jaffa n'eft plus qu'un monceau de ruines, au milieu def quelles les habitans ont juré de s'enfévelir, plutót que de fe rendre. Ils firent, hier, une fortie vigoureufe, repoufferent les troupes de daher jusques dans leurs retranchemens, & enleverent un canon & beaucoup de bagages. Le mollah de Jérufalem (prêtre turc qui préfide à la priere) avoit abordé

à Jaffa, au commencement du fiege, ignorant qu'elle fut environnée d'ennemis. Les habitans, malgré Jes inftances, ne voulurent jamais lui permettre de continuer fa route, & le chargerent de prier pour eux, tandis qu'ils combattroient. Cet iman vient de mourir de chagrin, de n'avoir pu fe rendre à fa deftination.

[ocr errors]
[ocr errors]

Suivant les derniers avis reçus d'Alep, la garnifon de Jaffa * qui n'avoit plus d'autres reffources que fon défespoir, a fubi le fort dont elle étoit menacée. La réfiftance opiniâtre que les affiégés ont oppofée à leurs ennemis, les a tellement irrités, qu'ils n'ont fait aucun quartier : foldats, habitans, vieillards, femmes & enfans, tout a été paffé au fil de l'épée. Ces avis ajoutent qu'après cette expédition inhumaine, Ali-Bey s'eftemparé de Jérufalem, & qu'il s'eft mis en marche vers Caffa, où il eft actuellement.

MALTE (le 30 Janvier. ) La maladie du grandmaître a toujours empiré depuis le 10 de ce mois. On lui administra l'extrême-onction le 19, à deux heures après-midi. On crut qu'il entroit en agonie vers les 5 heures du foir; le port fut fermé, & on expofa le St. facrement jufqu'au lendemain au matin le grand-maitre refta cependant dans cet état jufqu'au 24, & mourut ce jour-là, fans

* Si l'on confidere que Jaffa n'eft pas peuplée & qu'elle n'eit-défendue que par de mauvaises fortifications, on conviendra que le fiege que cette ville vient de foutenir, mériteroit autant de célébrité que celui de Ptolemais (St. Jean d'Acre) fous le fultan Saladin, fi les affiégeans & les affiégés étoient des perfonnages auff fameux que ceux qui fe trouvoient alors affemblés de toutes les parties de l'Europe auprès de cette derniere ville. On ne peut attribuer la perte de Jaffa & des braves gens qui la défendoient, qu'à l'ineptie des pas, chas qui avoient été chargés de les fecourir,

douleur & fans convulfion, à 4 heures après-midi.

Don Emmanuel Pinto étoit né à Lamego, ville de Portugal, en la province de Beïra, le 13 Mars 1681. Il étoit par conféquent, dans fa 92e. année. Il réfidoit à Malte depuis 72 ans, & il a gouverné fon ordre 32 ans & 6 jours, fans s'être jamais alité, & fans avoir refufé d'audience à perfonne, jufqu'au mois de Décembre dernier. It lifoit lui-même toutes les requêtes & les mémoires qu'on lui préfentoit, foit en François foit en Italien ou en Espagnol, langues qu'il parloit avec la même facilité. Il fut enterré, le lendemain de avec les cérémonies ordinaires.

fa mort,

Le 28, Frere François Ximenez de Texada, grand-prieur de Navarre, fut élu grand - maitre de l'ordre par unanimité de fuffrages. Il eft âgé de 72 ans, & jouit d'une bonne fanté. Sa famille eft originaire d'Aragon. Il n'a qu'un frere, qui eft en Espagne, & le feul de fon nom qui soit en France, eft le marquis de Ximenez, ancien meftre de camp de cavalerie, & ci-devant fous-lieutenant des gendarmes de Flandres.

RUSSIE.

PETERSBOURG (le 4 Février.) Les grands préparatifs de guerre qui fe font ici, ne nous annoncent point une paix prochaine. Le régiment des cuiraffiers, commandé par le Prince d'Anhalt-Bernbourg, eft arrivé en cette capitale, où il restera provifionnellement en garnifon. Toutes les troupes, tant cavalerie, qu'infanterie, que le général Elmpt a ramenées de Pologne, font réparties dans nos environs & en Finlande. La cour a expédié des ordres à plufieurs autres régimens qui fe trouvent actuellement en Pologne & à la feconde armée en Ukraine, de fe mettre

[ocr errors]
« PreviousContinue »