Page images
PDF
EPUB

droit bientôt , & ajouterent qu'ils avoient une řequête intéressante à lui présenter. Ce Prince la prit en leur promettant de la remettre à l'empereur ; il alla y mettre une apostille favorable à la demande des paysans, & vint la leur rendre en leur indiquant le bureau où ils devoient la porter. Les paysans s'épuiserent en remercimens ; & pour mieux lui marquer encore leur reconnoissance, ils lui offrirent deux pieces de 17 creutzers (environ 28 fols), qu'il accepta. Ce prince alla sur le champ trouver l'Impératrice-Reine, lui dit qu'il venoit de faire une bonne affaire ; mais qu'il étoit juste qu'il en partageât le profit avec elle. L'empereur lui raconta ensuite son avanture , en lui disant : votre majesté voit qu'il n'y a fi petite charge dont on ne puisse tirer parti , quand on sçait la faire valoir.

Le nommé Ill existe actuellement à Lozicz en Carniole, & jouit de la meilleure santé à l'age de 108 ans accomplis. Cet homme a été marié 3 fois, & a.eu 18 enfans; il aime la société des jeunes gens, dont il partage les amusemens & les jeux avec autant de force que d'adresse & d'agilité. Il s'exerce encore à la lutte avec les hommes les plus forts de ce canton, & n'est jamais vaincu dans cette espece de combat. Christophe Ill, son grandpere a vecu 117 ans. Il étoit né en 1574, servi 80 ans, en qualité de cuirassier , sous les cinq empereurs Ferdinand I, Rudolphe II, Ferdinand II , Ferdinand III, & Léopol 1. En 1683 , après la levée du siege de Vienne , il s'empara sur les Turcs d'une paire de timballes qu'il présenta au Sr. de Goetz, son colonel. Léopold I , informé de cette action , lui offrit une retraite avec une pension dans l'hôpital de Vienne ; mais ce vieillard courageux supplia l'empereur de lui permece tre de mourir sous ses étendarts; ce Prince, touché des sentimens de Christophe Ill, lui accorda

& a.

[ocr errors]

fa demande, & lui fit présent d'une très belle corpe d'argent, dont fon petit-fils est actuellement possesseur.

Deux couriers expédiés de Pétersbourg par notre ambassadeur, ont rapporté que l'hiver ne s'étoit pas encore fait sentir dans le Nord, & qu'ils n'avoient trouvé sur leur route, ni neige, ni glaces. Au contraire, ceux qui sont venus d'Italie se plaignent d'en avoir beaucoup rencontré, & sont furpris de n'en point voir dans ce pays. En effet, le tems est depuis quelques jours fi doux pour la saison , que le thermomêtre de Réaumur eft monté, le 23, au 17e. dégré & demi.

Cette cour vient enfin, de donner au public les documens & les déductions qui doivent constater ses droits sur les provinces de Pologne dont elle s'est emparée. Le mémoire imprimé qui paroit à ce sujet, forme , avec les pieces juftificatives, une brochure de 102 pages m-

fous le titre d'Exposé préliminaire des droits de la cortronne de Hongrie sur la Ruffie-Rouge & sur la Podolie, ainsi que de la couronne de Bohéme sur les duchés d'Oswidzim & de Zator. Voici le précis de cet ouvrage, qui a été imprimé ici en langue allemande.

« L'histoire du lie. & du 12e. siécle nous apprend, au rapport même des écrivains polonois les plus dignes de foi; if est encore constaté par des pieces authentiques, que les rois de Hongrie ont poffédé, dès cette époque, & même dans des tems plus éloignés, la petite Russie ou la Russie-rouge prise dans le sens le plus étendu, mais fpécialemens les deux provinces de Galicie & de Lodo merie, qui en font partis, dont l'une s'étend bien avant dans la Podolie, & dont l'autre forme une partie considérable de la Volhynie , sans compter le canton de Premislie, & d'autres dépendances non moins importantes, dont ces rois ont été éga

[ocr errors]
[ocr errors]

lement en poffeffion. Les deux provinces en quefrion furent même ajoutées dès lors au titre des rois de Hongrie ».

« Alexandre Ganguini dit en termes exprès , dans fa Chrorographie polonoise, que la Halicie, ou la Galicie est une partie de la Russie, qui tou. che à la Hongrie & à la Transilvanie ; que ce pays ( la Russie) ayant été partagé autrefois en plusieurs provinces, les Hongrois eurent pour leur part la Galicie & la Vladomerie , nois que ces provinces tirent toutes deux de leurs capitales ».

« Michow est en ceci parfaitement d'accord avec l'auteur que nous rapportons. Il écrit que la Ha-, licie ou la Galicie fut autrefois soumise aux ducs. de Rullie, qui s'étant divisés dans la suite, les uns se mirent sous la protection de la Hongrie, & les autres sous celle de la Pologne »..

« L'auteur des annales de Hildesheim rapporte à l'année 1031, que Henri, fils du roi Etienne duc de Russie , fut tué à la chasse par un sanglier ».

« L'année 1084 eft l'époque de l'expédition de St. Ladislas; voici ce que Thurocz écrit à cette occasion. Ce roi ayant attaqué la Russie', qui avoit porté les Huns à tomber en Hongrie, ce pays se vit réduit à implorer sa clémence, & à lui jurer une fidélité inviolable ; après quoi, le roi en reçut: Les habitans en grace ».

« Le fils naturel du Roi Colomon, fuccefleur de St. Ladislas., fut duc de Halicie ; ce qui est confirmé par Michow».

« Ces anciens droits des rois de Hongrie se trouvent encore confirmés par plusieurs pallages des annalles publiées par l'académie de Pétersbourg. Reza raconte qu'au couronnement de Bela IV, le duc de Halicie mena le cheval du roi, comme son vaffal, & que pour marquer leur soumission, les . ples de Russie étoient obligés, à la mort des rois de Hongrie, de se faire raser la barbe en signe de deuil. Le roi André II dit en termes formels, dans une de ses lettres écrite au pape Innocent III, que les états & les peuples de Halicie, soumis à sa fouveraineté, l'avoient prié de leur donner son fils Coloman

les per pour

roi. L'onction & le couronnement de Coloman, prince royal de Hongrie, se fit réellement par l'archevêque de Gran, en 1222. Les anciens rois de Hongrie, dont il se trouve encore des lettres en original, où ils prennent tous fans interruption, le titre de Galicie ou de Halicie & de Ladomerie, font, Bela III , André II, Bela IV, Ladislas IV, André III, Charles Robert, & Louis 1. Sous le regne de ce monarque, le royaume de Russie, toujours soumis à la Hongrie, & reliant fous la souveraineté de ce roi, fut gouverné par les Vayvodes, ou administrateurs suivans: sçavoir, par Pierre Banus, par Emeric, évêque d'Irlow, par George Zudar & Emeric Bebec. Ce même roi Louis I, à qui la succession au royaume de Pologne avoit été assurée, au cas que Casimir III, son oncle maternel, mourût sans héritiers mâles, céda en 1352, le royaume de Russie au dit roi Casimir , sous la condition expresse qu'en cas que Casimir auroit des héritiers mâles, son fiis feroit obligé de céder le royaume de Russie, au roi de Hongrie, moyennant la somme de 100, ooo fiorins de ce pays, que ce dernier feroit obligé de lui payer; mais que si le roi Casimir mouroit fans héritiers males, le royaume de Ruflie, ainsi que In Pologne, en vertu du premier traité, retourneroient à Louis I, alors roi de Hongrie. Casimir étant décédé fans héritiers mâles en 1370, Louis I monta au trône de Pologne, & la Russie retourna à la couronne de Hongrie, en vertu de cei: te convention...... En 1382 , Hedwige , fille caderte de Louis I, & héritiere de Pologne, mariée à Ladislas Jagellon, succéda à fon pere au trône de Pologne, & óta la Rufiie & la Volhynie à la couronne de Hongrie , par la forces des armes ».

«llest vrai qu'Hedwige toit, ainsi que fa fæur aînée, héritiere légitime de son pere, & ayoit droit de lui succéder ; mais rien n'autorisoit , du vivant de fa fæur, ses prétentions sur les provinces dépendantes de la Hongrie, & elle ne pouvoit ôter la petite Russie & la Volhynie à cette couronne, parceque c'étoit conformement à la volonté di roi, & en vertu du droit d'aînesse, en usage en Hongrie , que Marie avoit prit poffeflion des états & des pays paternels; & après sa mort, arrivée en 1392, elle eut pour successeur , son époux Sigismond, déclaré héritier légitime par Louis 1, & reconnu pour tel, non-feulement

par tous les états de cet empire, mais même par

la reine Hedwige, en vertu d'un traité fait en 1394, par lequel Sigismond céda à Ladislas Jagellon, époux d'Hedwige, ses droits à la couronne de Pologne; droits qu'il auroit pu réclamer , parceque, du consentement de Louis I , son beaupere & des magnats polonois, il avoit été déclaré fon successeur, même en Pologne en 1382. En 1385, la reine Marie exerça le droit de souveraineté dans la petite Russie, en faisant donation de plusieurs terres situées dins ce royaume à Jean de Pallugya, qu'elle fit mettre en poffeffion de ces terres par Emeric Bebek, fon Stadhalter. Elle continua aussi de garder le titre de Halicie licie, à l'exemple de ses ancêtres, les rois de Hongrie ».

« En 1412 , Sigismond, roi de Hongrie, Ladislas, roi de Pologne, & Victold ou Alexandre, grand-duc de Lithuanie , conclurent à Lublin dans le comté de Zips, un traité dans lequel on appaisa tous les différends au sujet de la Russie, de la Podolie & de la Moldavie ; & l'on con

[ocr errors]

ou Ga

« PreviousContinue »