Page images
PDF
EPUB

Biren, de Courlande & de Semigalle, & pere du duc, notre fouverain, eft mort en cette capitale le 28 du mois dernier, âgé de 83 ans. On fçait que ce prince, après avoir été régent de l'empire de Ruffie, fut relégué longtems en Sibérie, & qu'il fe rendit plus célebre encore par la fermeté avec laquelle il foutint fes revers, que par la fagesfe avec laquelle il gouverna les vaftes provinces confiées à fon administration. Il avoit été élu duc de Courlande & de Semigalle à la recommandation de l'impératrice Anne, en 1737, & disgracié en 1740. Catherine II, le rappella en 1763; il remit les renes du gouvernement entre les mains du prince éréditaire, le 24 Novembre 1769. Il avoit époufé, en 1722, Bénigne Gottliebe de Truden, & laiffe de ce mariage trois enfans, Pierre qui lui a fuccédé, Charles-Ernest & une fille.

ALLEMAGNE.

HAMBOURG (le 23 Janvier.) Il fe forma ici au mois de Novembre dernier, une compagnie d'affurance, qui porte le nom de quatrieme compagnie d'afurance: elle vient d'être confirmée pour refter fur un pied fixe; elle confifte en 500 actions, chacune de 100 marcs de banque; elle eft adminiftrée par 7 directeurs & un premier commis. Cette compagnie étant complette, elle a commencé fes opérations le 15 de ce mois; fon comptoir eft déjà ouvert pour la distribution des ac

tions.

L'argent arrivé ici depuis peu de Copenhague, & qui confifte en plus de 130000 dahlers, a été envoyé fur le champ à Amfterdam, pour paiement des intérêts de la fomme négociée en Hollande pour la cour de Danemarck.

Le miniftere polonois a fait publier un écrit en langue françoife, intitulé: Précis des recherches

fur la Pomeranie. Cet écrit eft une réponse à la lettre-patente de Berlin, en date du 13 Septembre dernier. On y promet de plus grands éclairciffemens, lorfque la cour de Prufle aura rendu publique, ainfi qu'elle l'a promis, une déduction de fes droits fur le pays qu'elle a fait occuper par fes troupes. La conclufion de ce précis eft que, depuis 1290 jufqu'au 13 Septembre 1772, ce qui fait une fuite de plus 5 fiecles, aucun duc de Stettin ni aucun électeur de Brandebourg ne fe font jamais avifés de dire qu'ils euflent des droits fur le Palatinat de Pomerellie, ou cherché à rendre douteux ceux que la Pologne y a toujours confervés. Cette brochure, qui contient des particularités intéreffantes, a été fuivie de deux autres, dont l'une préfente ce que la république de Pologne oppofe aux prétentions & aux droits du roi de Pruffe; l'autre, écrite avec beaucoup de feu, réfute les déclarations que les trois puiffances ont fait remettre au roi de Pologne.

[ocr errors]

Tous les écrivains politiques ne font pas du même avis fur la révolution de Pologne. Un d'eux cherchant à juftifier l'invafion des trois coursunies, s'explique en ces termes :

Ceux qui ont le plus élevé leur voix contre le partage de la Pologne, changent à préfent de langage, & admirent, dans les déductions des prétentions des puiffances co-partageantes, l'ancienneté -de leurs droits, la profondeur des recherches hifioriques, l'évidence des généalogies & les éclairciffemens dont ces puiffances daignent appuyer leurs prétentions imprefcriptibles. La Pologne cherchera peut-être dans fes archives de quoi répondre à ces déductions, & trouvera des traditions fur l'antique étendue de l'empire des Sarmates. Mais les documens d'une hiftoire qui fe perd dans la nuit des tems feront rares & paroitront fabuleux. Nous avons cependant une hiftoire fort étendue de Pha

ramant, où l'on trouve qu' Agelmont époufa Gilif mene, princeffe des Sarmates; & les limites de leurs états refpedifs du côté de l'Alicie & de la Lodomerie pourroient être fixées avec quelque ombre de vraisemblance. Mais fi l'on veut jetter un coup d'œil philofophique fur l'hiftoire du monde, aura-t-on befoin de manifeftes & de déductions pour juger de la politique générale des nations? Le bonheur des hommes eft préférable, fans doute, aux argumens fondés ou non fondés, qu'on emploie pour les faire changer de maîtres. Si les plus puiffans de ces anciens Sarmates & de leurs fucceffeurs ont fait affez peu de cas des hommes leurs femblables, pour les traiter en efclaves ; fi leur li berté n'étoit qu'une affreufe anarchie & le pouvoir révoltant d'infulter un roi philofophe & vertueux il eft tems que ces petits tyrans difparoiffent de la terre, ou que leur defpotifme ne faffe plus gémir fous les coups leurs malheureux vaffaux. Au lieu de crier à l'injuftice contre un changement qui eft tout naturel dans le cours ordinaire des chofes, on s'en confolera, & l'on rira de voir profcrire des mouftaches, pourvu qu'il n'y ait pas de fang verfé, &c. &c.

Plufieurs avis portent qu'un corps de troupes ruffes dirige fa marche vers la Finlande.

Les dernieres lettres de Pologne portent que le Magiftrat de Léopol, convaincu de l'inutilité d'une plus longue réfiftance, a enfin prêté foi & hommage à l'impératrice-reine le 5 de ce mois.

BERLIN (le 23 Janvier. ) Le Roi a nommé chevaliers de l'Ordre de l'Aigle-Noir le comte de Werten, qui eft entré au fervice de S. M., & le lieutenant-général de Stuterheim. On affure que le prince héréditaire de Brunfwic vient auffi d'être nommé de S. M. général d'infanterie.

Le roi a engagé les états provinciaux de la marche de Brandebourg à prendre fur eux, à perFévrier, 1773. ie. quinz.

B

pétuité, la garantie des intérêts des actions du commerce maritimé, qui ont été fixés à 10 pour 100. Les dividendes, réglés de 6 mois en 6 mois par les directeurs de la fociété, feront pris fur le bénéfice de fon commerce. On prétend que cette direction a déjà fait emplette de plus de 10 mille lafts de fel marin, qu'on attend, au printems prochain, dans les ports de la Pruffe, où le laft de fel fe vend actuellement 150 écus d'Allemagne.

Le landgrave de Heffe-Caffel eft encore en cette cour, où les fêtes fe fuccedent à l'occafion de fon mariage. S. A. S. partira dans quelques jours pour aller à Brunfwic, d'où elle fe rendra dans fes états. La princeffe fon épouse, née le 10 Octobre 1745, eft fille du margrave Frédéric-Guillaume de Brandebourg, de la branche de Schwedt qui defcend du margrave Philippe-Guillaume fils cadet de l'électeur Frédéric - Guillaume frere confanguin du roi.

>

&

On apprend que l'évêque de Breslau, vicaire apoftolique des églifes catholiques romaines de Silefie, a reçu de la cour de Rome, une bulle, en vertu de laquelle le nombre des fêtes eft mis pour le diocefe, fur fon même pied que dans les pays héréditaires d'Autriche, la Baviere & les électorats eccléfiaftiques. Le peuple s'eft foumis à cette innovation, qui a révolté dans d'autres endroits, des hommes faibles, ignorans, fuperftitieux & infenfibles à leurs vrais intérêts; il eft vrai que s'il les avoit imités, la juftice civile feroit venue à l'appui de la puiffance ecclésiastique, & les mutins auroient été punis.

MANHEIM ( le 29 Janvier. ) L'électeur vient d'accorder la place de miniftre intime d'état & de conférence, vacante par la mort du baron de Reibeld, au baron d'Oberndorff, chevalier de

l'Ordre du Lion-Palatin, confeiller intime actuel, grand-bailli de Boxderg, & préfident du conseil aulique, qui conferve encore ce dernier pofte. S. A. S. a nommé, en même tems, confeiller d'état & directeur de la chancellerie, le Sr. Georges de Steingel, confeiller intime actuel, référendaire des conférences pour les affaires de la diete & du cercle, vice-chancelier de l'Ordre de St. Hubert, fecrétaire de l'Ordre de Ste. Elifabeth, & directeur de l'académie des feiences.

Les glaces ont emporté, ces jours derniers, une partie du pont conftruit fur le Rhin, & l'ont jettée fur des fables à une distance affez confidérable.

>

Il eft d'ufage, dans une partie du nord, & dans quelques cantons de l'Allemagne, d'aller fouhaiter la bonne année à fes amis, pendant la nuit du 31 Décembre au 1er. Janvier, en tirant quelques coups de fuíil fous leurs fenêtres, & c'eft à qui fe préviendra pour fe donner cette marque d'attention. Un jeune homme de Sultzbach âgé de 23 ans, fils unique d'un des principaux habitans, avoit attendu minuit, avec beaucoup d'impatience, pour aller régaler de quelques décharges de fon fufil, un de ses amis, qui avoit formé le même deffein, & qui n'avoit pas moins d'emprellement. Il partit au moment où l'horloge fonna, bien enchanté de l'idée où il étoit qu'il préviendroit fon ami, & le difant à fes parens. Il fe trompoit; à peine fut-il à deux pas de fa porte, que fon pere, qui étoit resté tranquille auprès de fon feu, entend un coup de fufil, & en même tems les cris les plus aigus; il court auffi-tôt dans la rue avec effroi, & trouve fon fils étendu fur le pavé, baigné dans fon fang, & couché fur fon fufil, qui n'étoit pas encore déchargé. C'étoit fon ami, qui, depuis 11 heures, fe promenoit dans le voifinage, pour être prêt à

« PreviousContinue »