Scenes et paysages dans las Andes, Volume 2

Front Cover
1861 - Andes
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 255 - CECIL H. GREEN LIBRARY STANFORD UNIVERSITY LIBRARIES STANFORD, CALIFORNIA 94305-6004 (650) 723-1493 grncirc@sulmail.stanford.edu Ail books are subject to recall.
Page 40 - ... poser le pied, après que l'interprète qui nous en faisait les honneurs eut atteint sans accident le bord opposé. Seulement, au lieu de la franchir comme lui, d'un air souriant et vainqueur, nous la traversâmes d'une façon modeste. Perez, Quevedo et moi, en nous traînant sur les genoux et les porteurs en rampant sur le ventre. En touchant l'autre rive, chacun de nous respira comme si sa poitrine eût été débarrassée du poids d'une montagne. Comme je regrettais que ma frayeur m'eût empêché...
Page 15 - ... mouvements de croupe qui témoignaient de leur satisfaction. Ainsi cheminant, nous atteignîmes, vers midi, le versant sud-est de la Puna, dont l'inclinaison était remarquable. Un cercle de neiges lui servait de barrière à l'horizon. Tout à coup, un des muletiers qui marchait en avant, se retourna pour nous montrer, à deux kilomètres de distance environ, les lignes blanches d'un édifice, à demi caché par un accident de terrain. « Lauramarca! » cria l'homme en piquant sa bête; nous...
Page 41 - ... cet égard avec l'interprète et les péons, et il fut décidé que Quevedo serait placé dans son hamac, qu'à l'aide d'un bambou, deux péons porteraient sur leurs épaules. Leurs camarades les accompagneraient pour plus de sûreté, et les relayeraient au besoin. Pendant ce temps, nous nous rendrions à Sausipata avec le reste de la troupe, où nous attendrions leur retour. Après des adieux que l'état de notre ami et l'isolement dans lequel il allait se trouver rendaient pour nous doublement...
Page 15 - Bien que notre entrée eût été assez bruyante pour faire aboyer quelques chiens et donner l'éveil à leurs maîtres, nous ne vîmes s'ouvrir ni portes ni fenêtres. Nos amis, perdant patience, demandèrent alors à grands cris le gouverneur ou l'alcade de la localité, pendant que, de leur côté, les arrieros appelaient les gens de leur connaissance. Les mules, renchérissant sur le tapage et surexcitées d'ailleurs par les émanations de la luzerne et du corral, hennissaient avec un bruit de...
Page 29 - ... que nous trouvâmes à l'extrémité du hameau, assis la tête à l'ombre et les pieds au soleil, tenant chacun entre ses bras une amphore de bière de maïs , à laquelle il buvait à même. En toute autre circonstance, j'eusse voulu savoir d'où provenait cette chicha et de quel rocher du désertde Thyo avait pu jaillir une pareille source; mais j'avais assez de l'effet, sans m'aviser de rechercher la cause : je venais de m'apercevoir que tous nos hommes étaient ivres, et, dans la colère...
Page 95 - Deux d'entre eux, avaient déjà passé leur bras sous celui de (îaliinathias, et le troisième cherchait à capter la bienveillance de nos porteurs, qui l'envoyaient au diable et l'accablaient d'injures dans leur langue, que le sauvage ne comprenait pas. Quant à la Panthère, rebuté par Perez, qui avait sur le cœur la tentative de vol faite sur ses chaussettes , il s'était rapproché de moi d'un air souriant, et, pour répondre à la sympathie qu'il me témoignait, je lui avais placé sur le...
Page 67 - Cçoni, dont le sable, les pierres et les caflas bravas, formaient la décoration principale. A midi, nous nous arrêtions pour déjeuner des restes du souper de la veille , et nous faisions une nouvelle provision de sabalos pour le repas du soir. Au sortir de l'endroit où nous venions de faire halte, les pierres et les broussailles abondèrent de telle sorte sur la plage, que par égard pour nos jambes, nous obliquâmes à droite et rentrâmes dans la forêt dont nous suivîmes la lisière. Vers...
Page 41 - ... je crus reconnaître pour des cinchonas. Je les montrai à nos péons, qui, non-seulement me dirent que je ne me trompais pas, mais me désignèrent, à première vue. parmi des groupes d'arbres de la même famille, les variétés inermes et actives connues sous les noms de morada, anaranjada, carhua-carhua, calisaya, etc., dont ils me promirent d'aller me cueillir des échantillons. Au sommet de l'éminence s'élevaient cinq huttes de paille entourées de bananiers, de cannes à sucre et d'arbustes...

Bibliographic information