Essais sur la peinture;

Front Cover
Chez Fr. Buisson, Imprimeur-Libraire, rue Hautefeuille, N0. 20., 1795 - Aesthetics - 415 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

I
1
II
15
III
28
V
41
VII
67
IX
96
XI
111
XIII
118
LXIV
246
LXVI
247
LXVII
248
LXIX
250
LXX
252
LXXI
253
LXXII
254
LXXIII
256

XIV
128
XV
129
XVI
133
XVII
138
XVIII
142
XIX
146
XX
157
XXI
158
XXII
164
XXIII
166
XXIV
170
XXV
171
XXVI
175
XXVII
178
XXIX
179
XXX
180
XXXII
181
XXXIII
182
XXXIV
186
XXXVI
194
XXXVII
195
XXXVIII
196
XXXIX
197
XL
198
XLI
200
XLII
201
XLIII
202
XLIV
203
XLV
204
XLVI
206
XLVII
211
XLVIII
212
XLIX
215
L
218
LI
221
LII
228
LIV
231
LV
232
LVI
233
LVII
234
LVIII
235
LX
236
LXI
237
LXII
238
LXIII
245
LXXIV
266
LXXV
267
LXXVI
268
LXXVII
269
LXXVIII
272
LXXX
278
LXXXI
279
LXXXII
283
LXXXIV
285
LXXXV
286
LXXXVI
287
LXXXVII
289
LXXXVIII
291
LXXXIX
292
XC
295
XCII
300
XCIII
305
XCV
308
XCVI
309
XCVII
310
XCIX
311
C
312
CI
313
CII
336
CIII
337
CIV
339
CV
355
CVI
358
CVII
361
CVIII
363
CIX
370
CX
371
CXI
373
CXIII
375
CXIV
376
CXVI
377
CXVIII
378
CXIX
380
CXX
385
CXXI
398
CXXII
401
CXXIII
402
CXXV
405
CXXVII
406

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 358 - C'est qu'il a de la finesse, du goût, de l'esprit, de la délicatesse, de la gentillesse et de la grâce tout plein ; c'est qu'il est rustre et poli, affable et brusque, tendre et dur ; c'est qu'il pétrit la terre et le marbre, et qu'il lit et médite ; c'est qu'il est doux et caustique, sérieux et plaisant; c'est qu'il est philosophe, qu'il ne croit rien, et qu'il sait bien pourquoi ; c'est qu'il est bon père, et que son fils s'est sauvé de chez lui ; c'est qu'il...
Page 8 - ... positions et les actions de la nature? Qu'ont de commun l'homme qui tire de l'eau dans le puits de votre cour, et celui qui, n'ayant pas le même fardeau à tirer, simule gauchement cette action , avec ses deux bras en haut , sur l'estrade de l'école? Qu'a de commun celui qui fait semblant de se mourir là , avec celui qui expire dans son lit, ou qu'on assomme dans la rue? Qu'a de commun...
Page 69 - ... tête qui tombe; et ma main gauche ira chercher le coude de mon bras droit, et soutenir le poids de ma tête et de ce bras. Ce n'est pas ainsi que j'entendrais réciter Voltaire. Ajoutez un troisième personnage à la scène, il subira la loi des deux premiers; c'est un système combiné de trois intérêts. Qu'il en survienne cent, deux cents, mille : la même loi s'observera. Sans doute il y aura un moment de bruit, de mouvement, de tumulte, de cris, de flux, de reflux, d'ondulations; c'est...
Page 11 - ... vie. Tenez, regardez vos deux camarades qui disputent; voyez comme c'est la dispute même qui dispose à leur insu de la position de leurs membres. Examinez-les bien, et vous aurez pitié de la leçon de votre insipide professeur et de l'imitation de votre insipide modèle. Que je vous plains, mes amis, s'il faut qu'un jour vous mettiez à la place de toutes les faussetés que vous avez apprises, la simplicité et la vérité de Le Sueur! Et il le faudra bien, si vous voulez être quelque chose....
Page 68 - Le peintre n'a qu'un instant ; et il ne lui est pas plus permis d'embrasser deux instants que deux actions. Il ya seulement quelques circonstances où il n'est ni contre la vérité, ni contre l'intérêt, de rappeler l'instant qui n'est plus, ou d'annoncer l'instant qui va suivre.
Page 200 - D'accord. — Mais il est sourd et mouotone. — Cela se peut; mais il touche, mais il arrête : et que m'importe tes passages de tons savants , ton dessin pur et correct, la vigueur de ton coloris, la magie de ton clair-obscur, si ton sujet me laisse froid ? La peinture est l'art d'aller à l'âme par l'entremise des yeux.
Page 15 - C'EST le dessin qui donne la forme aux êtres; c'est la couleur qui leur donne la vie. Voilà le souffle divin qui les anime. Il n'ya que les maîtres dans l'art qui soient bons juges du dessin, tout le monde peut juger de la couleur. On ne manque pas d'excellents dessinateurs; il ya peu de grands coloristes. Il en est de même en littérature : cent froids logiciens pour un grand orateur; dix grands orateurs pour un poète sublime.

Bibliographic information