La Revue hebdomadaire

Front Cover
Librairie Plon, 1901
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 515 - Mais moi je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent ; faites du bien à ceux qui vous haïssent...
Page 517 - Vous qui regrettez un ami vertueux, vous aimez à penser que la plus belle partie de lui-même a échappé au trépas! Vous...
Page 520 - II est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.
Page 377 - D'un coteau tout pelé d'où ma inuse s'applique A noter les tons fins d'un ciel mélancolique, D'un bout de Bièvre avec quelques champs oubliés, Où l'on tend une corde aux troncs des peupliers Pour y faire sécher la toile et la flanelle, Ou d'un coin pour pêcher dans l'Ile de Grenelle.
Page 248 - Heureux du jour présent et sûr du lendemain, Dans ce logis de sage observé du chemin. Là sont des gens de bien, sans regret, sans envie, Et qui font comme ont fait leurs pères. Dans leur vie Tout est patriarcal et traditionnel. . Ils mettent de côté la bûche de Noël, Ils songent à l'avance aux lessives futures Et, vers le temps des fruits, ils font des confitures. Ils boivent du cassis, innocente liqueur! Et chez eux tout est vieux, tout, excepté le cœur.
Page 517 - Eh! comment ces idées ne seraient-elles point des vérités? Je ne conçois pas du moins comment la nature aurait pu suggérer à l'homme des fictions plus utiles que toutes les réalités, et si l'existence de Dieu, si l'immortalité de l'âme n'étaient que des songes, elles seraient encore la plus belle de toutes les conceptions de l'esprit humain.
Page 378 - C'est un boudoir meublé dans le goût de l'empire, Jaune, tout en velours d'Utrecht. On y respire Le charme un peu vieillot de l'Abbaye-aux-Bois : Croix d'honneur sous un verre et petits meubles droits Deux portraits, — une dame en turban qui regarde Un pompeux colonel des lanciers de la garde En grand costume, peint par le baron Gérard, — Plus une harpe auprès d'un piano d'Érard, Qui dut accompagner bien souvent, j'imagine, Ce qu'Alonzo disait à la tendre Imogine.
Page 515 - Vous avez appris qu'il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent ; « Et moi je vous dis de ne pas résister au mal que l'on veut vous faire, mais si quelqu'un vous a frappé sur la joue droite, présentez-lui encore l'autre.
Page 247 - Les rosés sentent bon dans leurs carrés de buis, Et l'ornement de fer fait bien sur le vieux puits. Près du seuil, dont les trois degrés forment terrasse, Un paisible chien noir, qui n'est guère de race, Au soleil de midi, dort couché sur le flanc. Le maître, en vieux chapeau de paille, en habit blanc, Avec un sécateur qui lui sort de la poche, Marche dans le sentier principal et s'approche Quelquefois d'un certain rosier de sa façon Pour le débarrasser d'un gros colimaçon.
Page 518 - Au reste, celui qui peut remplacer la Divinité dans le système de la vie sociale est à mes yeux un prodige de génie; celui qui, sans l'avoir remplacée, ne songe qu'à la bannir de l'esprit des hommes me parait un prodige de stupidité ou de perversité.

Bibliographic information