Page images
PDF
EPUB

9

» République, & elle veut partager la Cour.

lande & le Semigall en Palatinats. C'est » ainsi que la Mazovie, qui étoit un Duché

au moins aussi puissant que celui de Cour» lande, puisque les Ducs de Pruffe, de Cour

lande, & de Mazovie étoient trois Souverains » égaux relevant de la Couronne; c'est ainsi, 2 dis-je, que la Mazovie a perdu la liberté & ses droits, & que ce Duché, dont les maî.

tres souvent n'ont pas reconnu les Rois de „ Pologne, & où on comptoit 40.mille Gen

tilhommes n'est plus connu que sous les noms de trois Palatinats

que

l'on

[ocr errors]

en

» a fait.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

On me demandera fi la race des Kettlers » n'a donc plus d'Héritiers; pour reponce, je

renvoye le lecteur à la Généalogie ci-jointe. Quoiqu'il en soit, la reunion de la Courlande aiant été agitée depuis quelques années dans la dière de Varsovie & dans celle de Grodno, & les Etats du Duché de Courlande craignant les suites de cette réu.

nion & de la division en Palatinats, qui ne » peuvent être que fatales à leur liberté & » sur tout a leur Religion, puisque felon tou92 tes les aparances ces Palatinats ne seroient » jamais conferées à des Courlandois, mais à jg des Polonois ou Lithuaniens Catholiques,

ils resolurent de prévenir la résolutionn que l'on pouvoit prendre sur cela, & en vertu des droits qu'ils prétendent avoir d'élire leurs Ducs comme autrefois; ils on procedé à l'élection éventuelle d'un Duc pour fucceder à Ferdinand & leur choix est tom

bé sur le Comte Maurice de Saxe, fils na. » turel du Roi Auguste, en faveur duquel ils

» se

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

22

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

se sont determinez tant à cause de son me: » rite , étant un Prince le plus accompli que » l'on puisse trouver, que pour faire connoître » à la Republique qu'ils ne cherchoient pas à , se soustraire de la protection, puisqu'il est » apparent que le fils du Roi n'ira pas contre

les intérêts de fon Pére; ils ont cru par cet »; expedient aplanir toutes les difficultez, pré» venir les plaintes & conserver leurs droits, » privileges, liberté, & Religion. Mais cet » expedient n'a pas eu le succès qu'ils en at„ rendoient; les Polonois ont passé sur toutes

fortes de confiderations, & après avoir con

damné cette Election dans la Dière de Grod» no, où le Comte Maurice de Saxe fut trai

té, ou peu s'en fallut, comme un traitre à » l'Etat , une Commission envoyée en Août » 1727. dans la Courlande s'y conduisit avec , tant de dexterité qu'elle obtint des Deputez

des Etats les Actes de l'Election & de leurs » engagements avec le Comte Maurice, qui

fut chassé de vive force du Duché; & les Commissaires après avoir caffé de nouveau

l'élection , ont mis les choses au point que » la Republique divisera la Courlande en Pa» latinats quand elle voudra fi quelque voisin » ne s'y opose. Voici un Ecrit publié en Po

logne sur ce sujet & l'acte folemnel de la 3. subjection de la Courlande à la Couronne

de Pologne.

ause Questions sur l'Etat de la succession an

Duché de Courlande & Semigall.

[ocr errors]

Q

Uis Status Regiminis illo casu existente

secundum LL. & consuetudines prædictorum Ducatuum fperari vel stabiliri posfit?

Refponfio. Hunc præfentem potius tantum continuari quam introduci, nec alium Statibus Curlandicis obtrudi pofle; Cum enim in Pacta Legem dent contractibus, & olim anno 1561. Status Livoniæ fe libere Serenissimo Regi Sigismundo Augusto & inclitæ Reip. Polonorum in genere sequentibus conditionibus subjecerint, ut totius Livoniæ proprie fic dic. tæ incorporatio immediate Reipublicæ fieret ; Curlandiæ vero & Semigalliæ mediate per Re gimen Illustrissimorum Curlandiæ Ducum; Idque in Gotthardo tum temporis Ordinis Ma. gistro per pacta Subjectionis principium sump serit, atque ad præsentia tempora in Cellfli ma ejus familia per litteras Investituræ continuárum fit , inde fequitur, quod Familia hac decedente, alia & quidem Nationis Germanicæ substitui debeat, nisi 2. Sereniffimus Rex & Respublica pactis conclufis velint contrariari atque aliam regiminis Formam contra pacta introducere, quod 3. Serenissimus Rex & Resc publica eo minus fecundum Jura fibi arrogare & prærendere poffunt, cum fæpe dicti Ducatus lint Feudum oblatum, uti ex allegatis Pact is Tome III.

нь

per

ju

n & & fc

per expressa verba luculenter

apparet , adeoque non tanquam armis devicta Gens, quæ Leges à Victoribus accipere teneatur, fed quæ leges & conditiones subjectionis secum attulit, conLideranda fit: quia 4.ad Poloniam Titulo lucrativo accefferit, cum altero & quidem maxima pars Livonia immediate Regno Polonia incorporata sit , atque usque pačta Olivensia AO. 1662. manserit, in qua confideratione 5. Gotthardus piæ memorize in Teftamento fuo Mitaviæ die 23 Febr. 1587. condito apud Sereniffimum Regem Poloniæ inftantiam fecit, ut deficiente ftirpe Masculina fue Familiæ, Regimen prædictorum Ducatuum per Magic ftratum Germanicum Auguftanæ Confessionis continuaretur.

Nec obftat 1.) per prædicta pacta Olivenfia Livoniam omissam atque Regno Sueciä сelam effe, adeoque ceffanie caufà ceffare effectum pactorum Subjectionis de anno 1561. Bamque:

Refp. 1. Status Curlandiæ non fuiffe in culpa hujus factæ Ceffionis Livoniæ per pacem Olivensem , fed injuriam temporum , atque fufficere , quod primis temporibus at: que circa Subjectionis Tempus Livonia Reipublicæ revera accesserit, eique sit incorporata.

Refp. 2. Quod magna pars Livoniæ, nunc ad differentiam ceflze, Livonia Polonica dicta, Reipublicæ adhuc dum integra permanserit , atque ab inclita Republica usque in hodiernum diem possideatur , præterea forsitan ex gratia divina recuperatio amiflæ feu potius celize Livoniæ per subsecuturam pacem feliciter fperari poflis.

Nec

[merged small][ocr errors][ocr errors]

Nec obftat: 2) constitutio de anno 1589. juxta quam decedente præsente Celfillimorum Curl. Ducum ftirpe Ducatus Curlandiæ & Sem migallize immediate Reipublicæ incorporari atque in Palatinatus & Capitaneatus diftribui debeat, namque.

Refpa Quod Rex & Refpublica in præjudicium Pactorum & Privilegiorum per pacta acquisitorum absentibus Curl. Statibus ex prædictis 5. rationibus nil potuerant concludere, nifi hoc absurdum fequi deberet, quod Reges & respublica contra omnia jura Authoritatem & poteftatem prætenderent, pacta publica in fciis & inauditis Intereffatis limitare, mutare, imo plane tollere poffe.

Q U E STIO II.

An subsecutura Ducum Familia præcise ex Germana Natione Auguftanæ Confeffionis effe debeat?

Refp. Quod fic: 1. quia expreffa verba pactorum Subjectionis hoc decidunt. 2. Quia contra Dignitatem Equestris Ordinis Curlandi. ci effer, alieno, quam propriæ Nationis Domino subjectum esse. 3. Quia cum alterius Nationis principe diverGi mores in præjudicium præsentium non raro metuendi esfent.

Nec obftat in pactis subjectionis, de Prin-' cipe quod Nationis Germaniæ debeat effe, nil plane, fed faltem de Magistratu id ipsum expressum effe, adeoque etiam Principem alierius Nationis conftitui poffe, namque. Refp. Secundum Politicos & Publicistas,

Hh2

per

« PreviousContinue »