Page images
PDF
EPUB

rope étoit attentive à ce qui s'y passeroit. On fait que, sur tout depuis le commencement de ce siecle, les Harangues des Rois de la Grande-Bretagne à l'ouverture du Parlement, font considerées comme des especes d'Oracles touchant la situation generale des affaires de l'Europe; celle-ci devoit exposer à la Nation, & en même tems aux yeux de l'Europe entiere les sentimens des Alliez de Hanovre & leurs difpofitions par raport à l'Alliance de Vienne: voici comment Sa Majesté Britannique s'en expliqua.

Harangue du Roi George à fon Parlement;

du 28. Janvier 1727.

MYLORD'S ET MESSIEURS,

[ocr errors]

E vous informai l'année passée des Traitez

de Paix & de Commerce conclus entre l'Empereur & le Roi d'Espagne : cette foudaine & incomprehensible Union ayant d'abord donné de justes motifs de soupçons & d'inquietude aux Puissances voisines de l'Europe; ce qui s'est passé depuis dans ces deux Cours , & leurs Traitez Secrets d’Alliance offensive, conclus fans doute à peu près dans le même tems, ont jetté les fondemens d'une Puissance aussi formidable qu'exorbitante , & font fi directement contraires aux interets & Privileges les plus chers & les plus precieux de notre Nation, qu'il faut Nous resoudre, ou à Nous soumettre fans resistance à la Demande positive & injuste, que fait le Roid'Efpagne , que Nous lui rendions Gibraltar; &

que

X 4

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

que nous consentions paisiblement que l'Em

.. pereur jouisse d'un Commerce étendu qu'il a usurpé ; ou bien il faut prendre le parti de Nous mettre en état de Nous faire Nousmêmes justice, & de defendre nos Droits incontestables, contre les Engagemens reciproques dans lesquels ils sont entrez, au mepris & en violation de la Foi publique, & des Traitez les plus solemnels.

J'ai aussi reçu de differens endroits des avis, sur lesquels je puis entierement compter , qu'on est convenu par un des Articles des Engagemens Secrets, de mettre le Pretendant sur le Trône de la Grande-Bretagne. Si le tems fait connoitre que le Sacrifice du Commerce de cette Nation à une Puissance , & de Gibraltar & de Fort-Mabon à une autre, a été le Prix & la Recompense des efforts qu'on doit faire pour contraindre ce Royaume à se soumettre à un pretendant Papiste, quelle indignation cela ne doit il pas allumer dans tout Anglois Protestant?

Ces Unions dangereuses ne se renfermoient pas dans cette Partie de l'Europe, mais elles s'étendoient auffi jusques dans la Moscovie; & fi notre Flotę n'étoit arrivée à tems dans çes mers-là pour empêcher cette Cour d'executer les Delseins qu'Elle avoit formez contre quelques-uns de ses Voisins, on se feroit frayé un chemin à l'invasion de ces Royau

& on auroit donné de puissans Secours pour favoriser toute entreprise qu'on auroit pû faire d'un autre côté.

One pareille situation d'affaires ne m'a pas permis, și à mes Alliez , entre lesquels on a toujours vû regner la plus parfaite Harmo

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

mes,

[ocr errors]

nic, Union & Concert, de demeurer les bras croisez, & de ne pas faire attention à notre propre sûreté, aufli bien qu'à la Cause commune de l'Europe, C'est ce qui a obligé le Roi Très-Chretien de faire de grandes Depenfes l'année derniere, pour augmenter ses Troupes ; & les Etats Generaux, convaincus du danger present, ont non-seulement accedé au Traité d'Alliance defensive, signé à Hanovre, mais ont aussi pris de bonne heure de fortes Resolutions pour une augmentation extraordinaire de leurs Forces, tant par Mer que par Terre. L'accession de la Couronne de Suede eft fi prochaine, & les Négociations avec le Dannemarck sont si avancées, que Nous avons tout lieu d'en attendre un heureux succès , aussi bien que

de bons effets. Je suis persuadé que cette exposition fuccincte de la presente situation des affaires, m'assurera non seulement l'appui & le secours de mon Parlement, pour travailler à ce grand & neceffaire ouvrage, conjointement avec mes Alliez ; mais qu'elle justifiera aussi les mesures qui ont été prises jusques ici , & les Depen. ses qui ont deja été faites,

On c'est servi de la confiance que vous me témoignâtes l'année paflée, pour l'avantage du Public: & comme le principal Article de la Depenfe où l'on a excedé, a tombé sur la Marine , parce qu'on a été obligé d'équiper, & de mettre en Mer trois Escadres conliderables, je suis persuadé que la neceflité de ce Service, & la Gloire qui revient à la Nation Angloise de l’Equipement de ces Escadres, fuffiront pour le justifier auffi long tems que nos Amis avoueront avec plaisir, & nos

XS

Enne.

[ocr errors]
[ocr errors]

boris

dem We'lon

Ennemis avec chagrin, qu'ils ont vû & ref- hon asenti les Effets de la Puissance de la Nation

ure er Angloise.

there, & Il ne faut pas s'étonner que

les Princes en gagez dans ces Entreprises, foient si vivement touchez de voir qu'on a empêché la reuslite

HRE de leurs Projets. Le Roi d'Espagne, qui depuis quelque tems n'attendoit qu'une occa

Equil lion favorable pour faire éclater la haine qu'il a pour Nous, devenu impatient par les Traverses qu'il a essuyées, ne peut plus deguiser cette haine: il vient d'ordonner à fon Ministre qui reside ici, d'en partir inceflamment, laillant un Memoire qui differe peu d'une Declaration de Guerre, dans lequel il demande encore, & insiste sur la restitution de Gibraltar ; il ne nie pas fon Traité d'Alliance Offensive, ni fes Engagemens pour le soutien de la Compagnie d'Oftende : il veut que je rapelle mes Escadres, que la conduite m'a recessité d'envoyer aux Indes Occidentales, aufli- bien que sur les Côtes d'Espagne, & attache à cette Condition la continuation de la Correspondence entre les deux Couronnes: & suposant que c'est exercer actuellement des hoftilitez , que de laisser mes Flottes dans ces Mers, il mena-. ce d'employer toute sa puissance pour les repoufler par la force.

Non content de ces menaces, de ces insultes, & de ces infractions faites aux Traitez, le Roi d'Espagne fait aujourd'hui des preparatifs pour attaquer & aflieger, Gibraltar ; & pour executer cette Entreprise, ou pour couvrir un autre dessein, il a assemblé un grand Corps de Troupes dans le voisinage de cette Place. Mais comme l'état prelent où se trouve la

Gar

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Garnison avec les renforts que j'ai ordonné d'y faire entrer, me donne peu de lieu d'aprehender, & aufli peu à mes Ennemis d'esperer qu'ils reu(liront dans cette Entreprise. Les avis certains que j'ai, qu'on est presentement dans la Resolution d'envahir ces Royaumes en faveur du Pretendant, par un Embarquement qui se doit faire surr les Côtes d'Espagne, me donnent sujet de croire, que quoi qu'il puisse arriver qu'ils entreprennent le Siege de Gibraltar, les preparatifs immenses qu'on fait publiquement, '& que l'on avoue être faits pour l'execution de ce dessein, sont principalement deftinez à amuler le Monde , & a mieux cacher l'Invasion meditée, qui, comme je suis informé très-certainement qu'on en est convenu depuis quelque tems, doit être le premier pas, & le commencement de la Rupture premeditée depuis long.tems.

MESSIEURS DE LA CHAMBRE DE

COMMUNES.

Ces considerations vous doivent fi bien fai: re connoître à tous notre commun danger & combien il est prochain, & je ne doute point que cela ne vous inspire tout le zele imaginable, & que vous ne vous portiez avec promtitude & de bon coeur à la levée des Subfi. des necessaires pour la defense de notre Patrie , & pour accomplir les Engagemens, dans lesquels nous sommes entrez avec nos Alliez. J'ai ressenti trop de contentement du bonheur de mon Peuple, lorsque je l'ai vû jouir d'une Paix entiere, & qu'il y avoit tout lieu de s'attendre que ni cette Paix, ni leur prosperi

« PreviousContinue »