Page images
PDF
EPUB

garanti, mais Son Altesse Serenissime aiant été
invité formellement par l'Empereur à acceder
à l'Alliance de Vienne, même avec des offres
conGiderables, & n'ayant pas jugé à propos d'ac-
cepter ce parti, il lui sembla qu'il ne lui con-
venoit plus d'acceder à l'Alliance oposée, ainsi
il se contenta de la Convention fuivante, qu'il
fit avec le Roi d'Angleterre.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Convention entre le Roi de la Grande-Bre

tagne e le Landgrave de Helle-Cassel
du 12. Mars 1726.

[ocr errors][ocr errors]

A

Grande-Bretagne faite au Landgrave de Heffe-Caffel , eut été acceptée & aprouvée à Caffel le 25. Janvier 1726., par Son Alteffe Sereniffime; Sa Majesté Britannique aiant approuvé les Conditions specifiées dans la fufdite Declaration, a ordonné à fon principal Secretaire d'Etat & Confeiller Privé le Vicomte Thownshend Souffigné, d'entrer en Negociation avec le Ministre de Sadite Alteffe Šerenissime, le Major-General Diemer, & de dreffer une Convention en dûe forme fur le pié de ladite Declaration, qui aiant conferé ensemble là-desfus, font convenus au nom du Roi & du Landgrave kuldits, des Articles fui Vans.

ART. I. Son Altesse le Landgrave de Hef se-Caffel tiendra prêt pour le Service de Sa Majesté le Roi de la Grande-Bretagne , un Corps de 12000. Hommes, favoir 8000. Fans tafsins & 4000. Chevaux : lequel Corps fera employé, lors que Sa Majefté le requerra,

dans

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

1

.

dans tous les lieux où il sera besoin, & toutes les fois que le cas de l'Alliance Defensive , conclue à Hanovre le 3. Septembre dernier, le demandera.

II. Comme Sadite Alteffe n'a pas presentement un Corps de 12000. Hommes effectifs fur pié, Elle fera obligée de lever immediatement ce qui manque, pour rendre ce Corpslà complet & en état de marcher. Elle sera aufli tenue à maintenir à ses propres fraix ledit Corps de Troupes pendant le terme de deux ans entiers, pour être toujours prêt à entrer en Campagne, & au moment que Sa., dite Majesté le requerra pendant ledit tems.

III. Le Ministre dudit Landgrave aiant reprefente que Sadite Altesse, son Maître, pour rendre ledit Corps complet, comme il est mentionné ci-deffus, feroit obligée de lever audelà de 3000. Fantastins & plus de 2000. Chevaux, & de pourvoir de Chevaux la plâpart des Cavaliers qui n'en sont pas pourvûs; Sa Majesté le Roi de la Grande-Bretagne, en con&deracion de la très grande depense que ledit Landgrave est obligé de faire pour ces levées d'Hommes & de Chevaux pour monter les Cavaliers fufdits, & pour l'entretien dudit Corps pendant le tems qu'il ne sera pas employé dans son Service, payera audit Landgrave la Somme de 125000. livres fterling, en deux payemens , favoir 72000. livres après la Ratification des presentes Conventions ; & 50000, livres au mois de Fevrier 1727.

IV. Mais en cas que Sa Majesté le Roi de la Grande - Bretagne eut besoin dudit Corps de Troupes avant ledit mois de Fevrier, Sa Majesté passera à Son Altesse le Landgrave.

ladite

X2

8

ladite Somme de 500oo. livres sterling, pour le moins deux mois avant que

lesdites Trous pes commencent à marcher.

V. Lorsque lesdites Troupes entreront au service de Sadite Majesté le Roi de la Grande-Bretagne, elles seront sous fon Commandement &.entierement à la disposition pour être employées là où la necessité de ses affaires & le cas de l'Alliance Defensive, conclue à Hanovre le 3. Septembre dernier, le requerra.

VI. Pour ce qui regarde les Subsides, le Payement & l'Entretien des susdites Troupes ,' lorsqu'elles seront prises au service de Sadite Majesté, comme il est dit ci-dessus, le tout sera reglé sur le pié de la Convention faite à Londres le 13. Fevrier 1702.

VII. S'il arrivoit que Sadite Altefle le Landgrave fut attaquée ou inquietée en haine d'avoir fourni le susdit Corps de Troupes, Sa Majesté le Roi de la Grande-Bretagne ne manquera pas d'assister puissamment ledit Land grave, afin de mettre une fin à cette attaque ou moleftation.

VIII. Cette Convention sera ratifiée, & la Ratification d'icelle sera échangée de part & d'autre, auffi-tôt qu'il sera poflible, après la Signature des Presentes

En Temoignage de quoi nous les Miniftres dudit Roi & dudit Landgrave, étant suffifamment autorisez à ce sujet, avons signé la prefente Convention & apolé les Cachets de nos Armes. Fait à Weftmunster le 12. Mars 1726,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

(L.S.) TOWENSHEND. (L. S.) DIEMAR.

Pen

Pendant toutes ces Negociations, les Puisfances armoient de part & d'autre, comme si les deux Alliances principales n'avoient pour but que d'allumer la Guerre d'un bout à l'autre de l'Europe, pendant que l'on ne cessoir de crier des deux côtez que chaque Alliance n'étoit que défensive. Les grosses remises que l'Espagne fit à Vienne, & les mesures que Pon pric dans cette derniere Cour pour aug. menter les Troupes Imperiales, firent juger à la France, à la Grande-Bretagne & leurs Alliez, qu'il étoit de la prudence de se mettre sur leurs gardes. On savoir que l'Espagne n'étoit pas en état de faire long-tems ces depenses exceflives, sur-tout fi la fource de les Tresors étoit pour quelque tems interrompue: c'est ce qui fit prendre le parti au Ministere Brittannique d'envoyer une Escadre dans les Mers de l'Amerique pour empêcher la Flotille ou les Gallions de passer en Europe. Ceux-ci étoient à Porto - Bello, celle-là à la Havana. L'Amiral Hosier, qui commandoit l'Escadre Angloise, se posta à Bastimentos, d'où il bloqua tellement les Gailions, que les Espagnols craignant quelque entreprise, les dechargerent, & en transporterent les Tresors à travers les terres jusques à Panama, où certainement ils n'avoient rien à craindre d'une Escadre Angloise. L'Amiral Anglois ne se contenta point de ce Blocus, il fic une manoeuvre fi adroite, foit en detachant de tems en tems quelquesuns de ses vaisseaux, soit en en postant d'autres sur la route de la Flotille, que celle-ci resta auffi comme bloquée dans le Port de la Ha vana. Quand la nouvelle de la destination & de la

X 3

con

& que

conduite de cette Escadre Angloise fut arrivée à Madrid, on ne manqua point de crier * avec justice, du moins en aparence , que les Anglois avoient les premiers declaré la Guerre. Ceux-ci se defendirent , en faisant voir que bien loin de là, leur but n'étoit que de l'empêcher en ôtant à l'Espagne & à les Alliez les moyens d'executer le deflein qu'ils avoient conçu de la commencer, leur conduite devoit être considerée comme celle d'un homme qui ôteroit à un furieux les armes dont il pouroit blesser on allassiner quelqu'un pourroit on dire que cet homme fut l'ennemi de ce furieux ? On peut voir tout co que dirent les Anglois pour justifier leur conduite dans un Ecrit qui a pour titre, Motifs de la conduite de la Grande-Bretagne, que le Ministere fit composer par le Docteur Hoadley a Evêque de Salisbury, & que l'on a publié en François presqu'en même tems.

Les Gallions ne purent donc revenir en Europe, mais l'Amiral Castagnetta, que le Roi d'ECpagne envoya à la Havana, trouva le moyen, après avoir assemblé quelques Vaisseaux de Guerre pour son Convoi, & fait plusieurs feintes pour tromper la vigilance des Anglois, qui avoient une Escadre sur les Côtes de Galice & de Portugal, de ramener la Flotille tonte entiere dans les Ports de Biscaye , des Asturies, de Galice & d'Andaloulie.

Pendant que cela se passoit, le Parlement d'Angleterre ouvrit ses Seançes. Touté l’Eu

rope

* Voyez le Mercure Historique mois de Janvier 1727. Art. d'Elpagne, où se trouvent les Attestations & Decia. fations que l'Espagne, publia alors sur ce fujet.

« PreviousContinue »