Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

Ce sont vos propres paroles, je repondis de n'en avoir point, aparement à caute du peu de sejour que je ferois à cette Cour, que d'ailleurs j'étois bien persuadé des égards du Roi mon Maitre envers Son Altesse Royale , Monseigneur le Duc, & que Sa Majesté souhaitoit du meilleur Coeur du Monde tout ce qui pourroit lui être agreable.

Votre replique fut, que son Excellence Monsieur de Mardefeldt" à Petersbourg s'étoit declaré sur ce point de la même maniere.

Vous ne disconviendrez point , Monsieur, que le tout s'est ainsi paflè , que rien n'y est ajouté, ni omis, que jamais il n'a été fait mention entre nous du Traité d'Hanovre, ni des conferences, qui se font tenues, & qui se tiendront la-deffus.

Pour chez Monsieur de Reichel, il est vrai que par occalion de la Gazette d'Am

où l'on avoit inseré le Traité fuldit, dans lequel Monfr. de Reichel crût avoir vê que les Puissances Contractantes s'y garantissoient les Conquêtes faites & à faire; après l'avoir relû tous deux, vous ne pûtes jamais trouver cette Clause ; je lui assurai le contraire, étant contre la nature d'un Traité défen Gf.

Voila tout ce que j'eus l'Honneur de lui dire là-deflus, fans y joindre jamais la moindre chofe sur l'accesfion que l'on demande.

Je vous prie Monsieur de me donner un mot de reponse, pour que je puisse mieux renvoyer les personnes qui me tiendront à l'avenir des difcours de cette nature. Cela est d'autant plus necessaire, que je

trou.

fterdam,

[ocr errors][ocr errors]

trouve à propos d'en donner connoissance à ma Cour par la poste d'aujourd'hui, pour la prevepir en cas que pareilles nouvelles parviennent jusqu'à elle.

La poste part à 5. heures, Monsieur; ainG d'autant plus accordez moi ma demande.

J'ai l'honneur, Monsieur, d'être avec beaucoup de confideration, &c.

[ocr errors][ocr errors]

(Signé)

B V LO W.

Stockholm le 13.

1726.

[ocr errors]

Reponse à Monsieur Le Baron de Bulow.

MONSIEUR,

[ocr errors]

'Ai été bien surpris de recevoir une Lettre de VOUS, Monleur, darée de la méme ville où

nous demeurons, & je l'ai été bien d'avantage de son contenu.

Je suis fort faché, que votre memoire vous ait fait faux bond für le sujet des conversations que nous avons euës ici.

Vous étes le maitre, Monsieur, d'en écrire à voire Cour ce que vous trouverez à propos, j'en ferai de même à la mienne.

J'ai l'Honneur d'être avec bien de la confideration.

(Signe)

GOLOWIN.

Cone

Confiderations du Comte de Golowin.

Les deux premiers points font vrais, & je

le premier en Cour.

Le premier point de la seconde visite est aussi vrai. Je ne lui ai jamais parlé du Duc d'Holstein, encore moins me suis-je fervi de ces paroles , mais dans cette visite il me fiç de grandes protestations de l'estime particulie re du Roi lon Maître pour Sa Majesté Imperiale & de la fipcerité de ses injentions à cultiver son amitié. Après lui avoir jetorqué ce Compliment, je lui dis, comme il souhaitoit aufli bien que moi, que nous fuffions bons amis, il me permettroit bien de lui faire une question, s'il étoit chargé de se joindre aux Ministres de France & d'Angleterre pour engager la Suede à l'Acceffion au Traité d'Hanovre.

Il repondit , qu'il n'avoit ni ordres ni instructions pour cela , que Messieurs les François & les Anglois pourroient faire ce qu'ils trouveroient à propos, que pour lui il ne s'en meleroit pas, qu'il me prioit même d'en assurer Sa Majesté Imperiale aussi bien que des sentimens du Roi fon Maître qu'il venoit de declarer.

Monsieur de Reichel assure, qu'il lui a parlé de la même maniere, & que pour ce qu'il dit ici de lui, il n'y avoit pas un mot de vrai, & qu'il voyoit bien, que Mr. de Bulow vouloit lui donner une ridicule par là, dont il s'expliqueroit de bouche avec lui.

LC

Le Roi de Prusse ayant rapellé Mr. Bulow envoya un autre Ministre, mais celui-ci ne fe mêla point de l'accession. Ainsi Mrs. de Brancas & Pointz chargez seuls de cette delicate negotiation, eurent en tête le Comte de Freitag, Ambassadeur de l'Empereur , & le Comte Gola lowin, auquel l'Imperatrice de Russie joignit bien-tôt l'adroit Prince Dolgoruki , qu'elle rapella de Warsovie pour l'envoyer à Stockholm épauler le Ministre Imperial ; on voulut y envoyer en même tems le Baron de Bassewitz premier Ministre de fon Altesse Royale le Duc de Holstein , mais la Cour de Suede fit entendre que la presence ne seroit point agreable; enforte qu'on se contenta d'envoyer en fa place deux Officiers de la Cour de Son Altesse Royale qui ne firent ni bien ni mal, outre que ce Prince avoit à Stockholm le Major General Reichel Son Ministre accredité.

Les Etats de Suede, qui étoient assemblez, avoient nommé un commité secret pour trao vailler à l'affaire de l'accession avec les Senateurs Commissaires nommez par Sa Majesté pour conferer avec les Ministres invitans. Cette affaire alloit avec beaucoup de lenteur lorsque tout d'un coup l'Amiral Wager, parut dans la mer Baltique avec une Escadre ou plûtôt une petite Flote, puisqu'il avoit sous ses ordres environ 30. Vaisseaux Anglois sans compter les Danois. Je n'entrerai pas ici dans le detail des raisons qui firent presser l'envoi de cette Escadre; si ce fut aux instances de la Cour de Suede & du parti des Patriotes, ou si la Cour d'Angleterre l'envoya de son propre mourement ; quoiqu'il en soit il est certain que sans attendre l'Escadre Danoise , l'Amiral Anglois se presia de se rendre, non dans le Golfe de Finlande mais dans les Dalres, c'est-à-dire fur les côtes de Suede, où il ne fut pas plûtôt arrivé qu'il se rendit à Stockholm pour declarer à Sa Majesté Suedoise, qu'il avoit ordre de se poster de maniere que la Flotte Ruffienne ne put rien entreprendre contre la Suede; & quelques jours après ayant remis à la voile, il fut se por ter sous l'Iné Nargin d'où il envoya à l'Imperatrice de Russie la Lettre suivante, ou le Roi George declaroit à cette Princesse les raisons de cet armement.

Lettre du Roi de la Grande - Bretagne à

l'Imperatrice de Ruffie.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

در

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

la

grace de Dieu, Roi de la Grande Bretagne, à la très-Haute, très - Puissante Princesse, Notre très - chère ,, Sæur & Grande-Duchesse de toute la Russie,

seule Souveraine de Moscovie &c. &c.&c. » Salur, Bonheur & Prosperité.

Très Haute, très. Puissante, & très-Illus„tre Princesse, Votre Majesté ne pouvant

ignorer que les grands preparatifs de guerre

qu'Elle fait en tems de Paix , tant par mer o que par terre, nous donnent de grands » justes sujets d'ombrage, aussi bien qu'à nos

Alliez dans le Nord, Elle ne doit pas être surprise que nous ayons envoyé une forte Escadre de Vaisseaux de guerre dans la Mer Baltique sous les ordres de notre Amiral le Chevalier Charles Wager, pour prevenir les dangers qui pourroient naître d'un armement li extraordinaire.

[ocr errors]
[ocr errors]

w

» Vo

« PreviousContinue »