Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

de Catholica Majeftas præfatam Renunciationem seu jurium ceffionem à dicto excellentissimo Princis pe de Sultzbach in favorem Serenissimi Regi Boruffiæ reportare non poterit , velin ejus defe&tum æquis valens, ut fuprà di&tuin est præftare recufaverit, eo cafu Serenissimus Rex Pruflice declarat o intelligit præsentem Tractatum feu fædus nullam vim, nullumque robur habiturum effe, eodem prorsus modo, ac fi nunquam fa&tum, conclufumve fuisset, jamque nunc pro tanc de nullitate præfentis Traclatus proteftatur.

In quorum fidem præfati Ministri Plenipotentiarii præfentem Tractatum ser fædus duplici ad amuffim Copiâ exaratum atque confectum, propriis manibus fubfcripferant, figillifque appofitis muniverunt.

Actum Wusterdomi die 12. Octobris 1726. • Les Parties contractantes trouvoient également leur compte dans ce Traité; mais l'Empeteur l'y trouvoit réellement, puisqu'il enlevoit un des Contractans à l'Alliance de Hanovre , au lieu. que le Roi de Prusse ne se repaifloitque d'efperances par raport à la Succession promise ici: Voici le fait.

Lorsque Frana Guillaume dernier Duc de Cleves, de Berg, de Juliers, de la Mark, de Ravestein, &c mourut fans enfans, il laiffa trois jours nées comme lui de Guillaume son Predeceffeur. Ces Princesses étoient Marie: Eleonore l'ainée, mariée en 1572. à Albert Frederic Marquis de Brandebourg, Duc de Prufle; morte en 1608. avant fon frere Guillaume, ne laiffant qu'une fille nommée Anne qui fut mariée à Jean Sigismond Electeur de Brandebourg. La seconde fille de Guillaume

de

de Cleves étoit Anne, qui fut mariée à Phia lippe Louis Comte Palatin du Rhin. à Neus bourg l'an 1574., & dont n'âquit WolfgangGuillaume de Neubourg, &elle mourut en 1632. la troisiéme fille fut Madelaine, mariée à Jean Comte Palatin de Deux-Ponts, dont est venu la Branche de Suede. Enfin la quatrieme 'étoit Sibile, mariée à Charles d'Autriche Marquis de Burgau, qui ne laissa point d'enfans.

Le Duc Jean Guillaume étant mort sans ens fans en 1609. la succession fut ouverte à ses soeurs, qui toutes prétendirent y avoir part ; quoique leur pere eut ordonné par son Testa ment que ses Etats ne seroient point divisez; De là une contestation qui alors, manqua d'allumer la guerre dans toute l'Allemagne ; les Maisons de Brandebourg, Palatine & de Deux-Ponts pretendant également à cette riche Succession.

L'Electeur de Brandebourg pretendoit re: presenter la Princesse ainée Marie - Eleonore morte en 1608. ayant son frere.

Le Duc de Neubourg fils de la Princesse Anne alleguoit 1. que la mere ayant survêcu à la Princesse Eleonore , morte, avánt celui dont il

faloir partager la succession, étoit devenuë l'ainée; 2. qu'il étoit l'unique heritier mâle, 3. qu'il avoit pour lui un privilege de l'Empereur Charles V. de l'an 1546. accordé à son Ayeul Guillaume de Cleves, portant qu'en cas que fa pofterité mâle manquât, une de ses filles ayant des enfans mâles lui succederoit, or la Princeise Anne étoit la seule des quatre qui avoit eu une posterité mâle. La dispute resta entre l'Electeur de Brandebourg & le Dug Tome III.

N

de

Po

de Neubourg, qui, pour éviter un fequestre prejudiciable aux deur Parties, convinrent d'un partage provisionnel le 9. Mars 1629. par les Articles XII. & XIII. duquel, il fut ftipulé que l'Electeur de Brandebourg auroit pour fa part le Duché de Cleves, & les Comtez de la

Mark & de Ravensberg, & le Duc de Neubourg ·les Duchez de Juliers & de Berg avec les pais

de Ravestein & de Brequefant , & par une convention faite le 26. d'Août de l'année suivante , qui confirme tous les Articles du precedent Traité, il a été ftipulé que l'Electeur de Brandebourg auroit le Duche de Cleves e tout Le Comté de la Marck, que le Duc de Neubourg auroit les Duchez de Juliers & de Berg, & les pais de Ravestein & de Brequefant; mais que par raport au Comté de Ravensberg il ne seroit point partagé, & les deux Parties s'y reserverent également la souveraine Puissance, la Jurisdiction & les Revenus annuels.

Le 8. Avril 1647. on fit un nouveau Traité qui continue & proroge celui de 1629. avec la clause, nifi omnis lis ac contentio de Pofesjone five Jure legitimo, five cum bonâ gratiâ compoa fata foret : par lequel il étoit ftipulé que l'Electeur possederoit Cleves, la Marck, & Raveftein; & le Prince, Juliers, Berg, la Seigneurie & Winnendael & Brequesänt; le Gouvernement du Comté de Ravensberg restant en commun. Et à la suite de cette ftipulation on trouve celle-ci. En la poffeffion desquelles cha. fes lefdits Sereniffimes Contractans, auffi - bien

que leurs descendans ne se troubleront l'un l'extre dire&tement ni indirectement , de fait ni en quelque autre maniere que ce soit, ni par euxmêmes, ni par d'autres; mais au contraire ledit

Elec

Electeur Sereniffime de Brandebourg e seis def cendans , ledit Sereniffime Prince Palatin de Neubourg buses descendans defendront & protegeront l'un l'autre dans lesdits pays qui leur font affignez par ledit present Traité provisionel contre la Maison Electorale de Saxe + Comte Palatin de Deux-Ponts ; item contre les Comtes de Manderssheyt en de Nevers, tous autres qui en droit ou hors de droit pretendroient ou voudroient attenter quelque chose contre lefdits Pays ou partie d'iceux, s'affifteront l'un l'autre de conseil e de fait. Voilà dans quelle fituation cette affaire est restée jusqu'à present, que la Ligne du Duc de Neubourg qui contracta alors, menace de finir en la personne de l'Electeur Palatin regnant, qui n'a point d'enfans mâles. C'est ce qui donna lieu au Roi de Prusse, Electeur de Brandebourg, de renouveller ses pretensions sur toute la Succellion de la Maison de Cleves & Juliers; & profitant des circonstances à engager l’Empereur à decider en la faveur la succession éventuelle ; à quoi s'opose non seulement l’Electeur Palatin, mais aussi la Maison Electorale de Saxe; & sur tout la Maison de Sulzbach

qui

* Lá Maison de Saxe pretend la Succession de Cleves, Juliers, &c. en vertu du Droit d'expectative donné en 1486. par l'Empereur Maximilien I. à l'Electeur de Saxe, & confirmé le 8. Avril 1926. au mariage de Sibille, fille de Jean Duc de Cleves, avec l'Electeur Jean Frederic , & en second licu le 16. Mai 1644. à Spire par l'Empereur Ferdinand I. Jean-Guillaume dernier Duc de Cleve & Juliers etant more en 1609. Outre cela l'Electeur de Saxe allegue l'inveftiture que l'Empereur Rodolfe donna de ces Etats-là en 1610. Electeur Chretien II. Il joint à tous ces Droits qu'il der cend de Sibille Soeur de Guillaume Duc de Cleves, & Tan“, le de Jean Guillaume le dernier Duc.

[ocr errors]
[ocr errors]

fans en

qui pretend fucceder aux Droits & Titres de
la Maison Palatine de Neubourg, ainsi qu'on
peut voir par la Table ci jointe.

Philipe (Wolfg. Philipe (Jean
Louis į Guill. Guillau. Guillau-
de de Neu meElect. meblcct:
Neu-

bourg. ) Palatin. Palatin.
bourg

1685. en 160.9.

mort Wolf

fans.
gang
Com-

Jean de
Deux-

Charles. Elizaběh:
te Pa
latin de Ponts.

Philipe Angufte

Eleet. mariée au Deux

Palatin. Prince de Ponts.

depuis Sultza
Char-

11715. Lbach.
les de
Bir-
ken-
(feld.

Joseph
Augu- ŚChrif,

Charles
Ite de tian Au- Theoda-,

marié à la
Sultz-

fille de
guste de) re de
lbach. Suliz- Sultz-

l'Eleacut
(bach. bach.

Charles (Philipe.

[ocr errors]

Quelques instances qu'ait fait l'Empereur, foit en écrivant à l'Electeur Palatin , soit en lui envoyant des Ministres choisis, comme les Comtes Etienne Kinski & Wurmbrandt, on n'a pu jusqu'à present porter ce Prince , & encore moins le Princé regnant de Sultzbacb, à rien ceder de leurs Droits en faveur de la Maison de Brandebourg. Ainsi toutes les suites de la Negotiation entre la Cour de Berlin & les Ministres Imperiaux n'ont abouties qu'à jetter des defiances entre les Alliez de Hanovre.

« PreviousContinue »