Page images
PDF
EPUB

au cas

tous les Memoires , & toutes les pieces des Ministres des Puisances Neutres, ce qui auroit trop grosi ce Volume : Mais on ne manquera pas de les inferer dans un second Tóme que l'on trouve que cet ouvrage ait l'approbation du Public.

Ön a cependant jugé à propos d'ajouter à ce premier Volume, le Traité de la Grande Alliance , quoi que ce soit une piece antecedente & subsequente par ce que l'on a cru qu'on ne devoit pas omettre une piece , qui a servi de base 6 de fondement à cette Alliance.

Utrecht le 12. No.

yembre 1712.

TRA

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Entre l'Empereur, le Roy d'Angleterre & les

Etats Généraux des Provinces Unies.

[ocr errors]

AUTANT que le Roi d'Espagne
Charles II. de glorieuse memoire,
étant mort sans enfans, Sa Sacrée
Majesté Imperiale a assuré

que

la Succession des Roiaumes & Provinces du Roi defunt appartiennent légitimement à fon Auguste Maison ; & que le Roi T.C: delirant avoir la même Succession

pour

le Duc d'Anjou fon petit-fils , & alleguant qu'elle lui vient de Droit en vertu d'un certain Testament du Roi' defunt , il s'est d'abord mis en possession de tout l'heritage ou Monarchie d'Espagne pour le fusdit Duc d'Anjou, & s'est emparé à main armée des Provinces du Païs-Bas Espagnol, & du Duché de Milan, & qu'il tient une Flotte dans le Port de Cadix, toute prête à faire voile, & qu'il a envoyé plusieurs Vaisseaux de Guerre aux Indes qui font soûmises à l'Espagne,

*

& que par ce moyen & plusieurs autres, les Roiaumes de France & d'Espagne font si étroitement unis , qu'il semble qu'ils ne doivent plus être regardez à l'avenir , que comme un seul & même Roiaume, cellement que si on n'y prend garde ; il y a bien de l'apparence que Sa Majesté Imperiale ne doit plus esperer d'avoir jamais aucune fatisfaction de la prétention; Que l'Empire Romain perdra tous ses Droits sur les Fiefs qui font en Italie, & dans le Païs-Bas Espagnol de mêine que les Anglois & Hollandois perdront la liberté de leur Navigation & de leur Commerce dans la Mer Mediterranée, aux Indes & ailleurs; Et que les Provinces-U. nics seront privées de la seureté qu'elles a. voient par l'interposition entr'elles & la France des Provinces du Païs-Bas Espagnol, appellées communément la Barriere; Et qu'enfin les François & les Espagnols étant ainsi unis deviendroient en peu de tems fi formi, dables qu'ils pourroient aisément soumettre toute l'Europe à leur obeïllance & empire: Or comme cette conduite du Roi T. C. a mis Sa Majesté Imperiale dans la necellité d'envoyer une Armée en Italie, tant pour la conservation de ses Droits particuliers, que pour celle des Fiefs de l'Empire ; de même, le Roi de la Grande Bretagne a jugé qu'il étoit neceffaire d'envoyer ses Troupes auxiliaires aux Provinces. Unies, dont les affaires sont dans le même état, que si on en étoit déja venu à une Guerre ouverte , & les Seigneurs Etats Généraux, dont les Frontieres sont prêque de toutes parts ouvertes, par la rupture de la Barriere , qui empêchoit le voisinage des François, sont contraints de faire, pour la seureté & pour la conservation de leur République, tout ce qu'ils auroient dû & pû faire , s'ils étoient effectivement attaquez par une Guerre ouverte. Et comme un état si douteux & fi incertain en toutes choses , est plus dangereux que la Guerre même, & que la France & l’Espagne s'en prevalent pour s'unir de plus en plus, afin d'opprimer la liberté de l'Europe , & ruiner le commerce accoûtuiné; Toutes ces raisons ont porté Sa Sacrée Majesté Imperiale, Sa Sacrée Royale Majesté de la Grande Bretagne, & les Hauts & Puissans Seigneurs Etats Généraux des Provinces-Unies, d'aller au devant de tous les maux qui en proviendroient, & delirant d'y apporter reméde selon leurs forces, ils ont jugé qu'il étoit nccefaire de faire entr'eux une étroite alliance & confederation pour éloigner le grand & commun danger. Pour cet effet ils ont donné leurs ordres & instru

5

&tions, Etions, savoir Sa Sacrée Majesté Imperiale, aux très-Nobles, très-illustres , & très-Excellents Seigneurs, le Seigneur Pierre de Goes Comte du Saint Empire Romain, Seigneur de Carelsberg ; Chambellan de Sá Majesté Imperiale , Conseiller du Conseil Imperial Aulique, & lon Envoyé Extraordinaire auprès des Hauts & Puisians Seigneurs les Etats Généraux des Provinces-Unies, & le Seigneur Jean Wenceslas de Wratislau Mitrowitz, Comte du Saint Empire Romain, Seigneur de Giuctz & de Mallexhitz, Chambellan de Sa Majesté le Roi des Romains. & de Hongrie , Conseiller & Assesseur de la Chancellerie Privée & Aulique de Boheme, & Envoyé extraordinaire de Sa Majesté Imperiale auprès de Sa Majesté Britannique, tous deux fes Ambassadeurs extraordinaires & Plenipotentiaires ; Sa Sacrée Majesté le Roi de la Grande Bretagne, au très-Noble, très-illustre, & très-Excellent Scigneur, le Seigneur Jean Comte de Marlborough, Baron Churchill de Sandridge, Conseiller du Conseil Privé de Sa Sacrée Roiale Majesté, Général de son Infanterie , & Général de toutes ses forces aux Païs-Bas, fon Ambassadeur Extraordinaire, Commissaire, Procureur & Plenipotentiaire. Et les Seigreurs Etats Généraux, aux Seigneurs Die

« PreviousContinue »