Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][merged small]

gne, &

[ocr errors]

l'Empereur une satisfaction raisonnable sur la Succession d'Espagne; ce qu'elles ont aussi executé très-fiiellement : & l'on ne fauroit fans injustice leur ôter le témoignage d'avoir fait en ceite Guerre leurs plus grands efforts, également & par-dessus leurs Alliez. De plus, quand mêine on accorderoit, que l'Etat auroit dû envoyer plus de Troupes en Catalo

& qu il auroit dû remplacer en Portugal, celles qui en fortirent 1700., pour marcher en Espagne, il n'en resteroit pas moins pour conftant , selon toutes les régles imaginabics de l'équité, que les efforts considerables qu'il fait aux Pais - Bas, par-dessus la Grande-Bretagne, fufiroient pour compenfer abondamment, ces manquemens préten. dus.

Surquoi il est à remarquer, que dans l'A. drelle des Communes, on fait monter à une très - grosse fomme l'Extraordinaire de la Guerre d'Espagne & du Portugal, & qu'à l'égard de celui des Païs Bas, on n'en dit rien autre chose, finon que les Extraordinaires de la Guerre aux Païs-Bas, paffent la Somme de 1107096. livres ft. ; Et que la Chambre des Communes n'a pû faire de comparaison entre ceite Somme , & celles que l'Etat a employées pour la même fin aux Païs-Bas, parce qu'on ne luien a point

com,

communiqué d'Etat; Mais on y peut fuppléer, en disant ici, que si la Grande-Bretagne a employé de très grandes Sommes, pour l’Extraordinaire de la Guerre d'Espagne & de Portugal, les Etats Généraux en ont aussi employé de très-grandes pour celui de la guerre du Païs-Bas, que ces Sommes montent à 65861821. & qu’ainsi elles excedent celles que la Grande-Bretagne ya mi: ses de 53683765. livres a compter sur le pied d'onze livres de Hollande pour une livre sterling.

Peut-être voudroit-on alleguer ici, que l'Erat a beaucoup retiré des Contributions, des Pasleports de guerre, des Subsides de Liege & de Limbourg, & des Revenus d'une partie du Haut quartier de Gueldres, dont il eft en possession. Mais ces avantages s'évanouissent dès qu'on leur oppose les Contributions que payent aufli les Habitans du Bra. bant & de la Flandre du resort de l'Etat , & même quelques endroits de deux Provinces d'entre les fept, la dépense des Fortifications & des Magasins de Liege, Huy, Limbourg, Ruremonde, Venlò, Stevenswaert, Bonn & Traerbach; les nouveaux ouvrages dont l'I tat a fait renforcer quelques-unes de ces Places, pour le bien de la Cause Commune, les dépenses de l'Artillerie, & des Muni

tions

[ocr errors]

tions de guerres pour tous les Sieges , qui ont été faits en cette longue & pesante guerre; & qui ne sont point comprez dans les 05861821. livres ci-dessus mentionnez; & enfin, les Quartiers d'hiver que les Troupes Auxiliaires de Prusse ont pris chaque année dans le Haut-quartier de Gueldre, & les marches & remarches Cúntinuelles des autres Troupes par le même País, ce qui a tellement ruliné les Habitans, qu'ils ne sont plus en état de payer les impositions.

Le quatriéme & dernier Point qui reste à examiner , regarde les Subsides lesquels , pendant la premiére année de la guerre, ont été

payez également, & ensuite inégalement, par la Grande-Bretagne & par cet Etat. L'état qui en a été remis à la Chambre so trouvera fous le nombre 6. Surquoi il faut. abserver.

Premiérement, que cet état ne fait point mention des 40. mille écus par an que les Etats Généraux payent séparément à l'Evêque de Munster, ni des 150. mille écus, qu'ils ont parcillement payez aussi par. an au Duc de Wirtemberg depuis l'an 1704. jusqu'à l'an 1709; encore moins d'une comme de 40000 j. écus que les Etats Généraux, ont été obligez de payer ; pour faciliter le Traité avec le Roi de Danemark ,

pour

[ocr errors]

deux Obligations liquides d'une plus grande fómme , qui ont dû être restituées au Roi de Dannemark contre une Prétention illiquide; fuivant l'Art. 9. du Traité conclu avec ledit Roi le 15. Juin 1701. Laquelle somme de 4000co, écus , pouroit pourtant être portée ici en compte de la part de l'Etat , pour plusieurs bonnes raisons.

Secondement, que par le Traité avec le Portugal, la Grande-Bretagne n'est pas chargée plus haut que l'Etat , inais que de la maniere, & par les mêmes raisons, que Sa Majesté a trouvé bon de prendre sur soi la portion de l'Empereur dans les 12000. homines, elle s'est pareillement chargée de la portion dans les fubfides. Ce tiers là peut être porié. en compte à l'Empereur, mais il ne le doit point être aux Etats Généraux ; & fi on le retranche, comme il doit être retranché, l'Article des Subfidcs payez au Roi de Portugal par la Grande-Bretagne en oppofition à ceux de l'Etat , fera reduit à la moitié, ce qui sera une diminution de 2722222. écus. Ainsi la difference des payernents de la Grande-Bretagne & de l'Etat , ne restera plus si grande qu'elle paroît dans la Liste remise à la Chambre des Communes.

Posé, neantmoins, que laissant à part ces. justes considerations, on convint que la Gran

des

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

de-Bretagne eut payé pendant les dix années de la Guerre, 3155032 écus de plus que l'Etat, ce qui reviendroit à un peu plus de 300000, écus par an, ce surplus de payement se trouveroit bien petit, eu égard à la difference des forces de l'un & l'autre Etat; & il faudroit encore demeurer d'accord, que l'Etat en payant la moitié des subsides de Dannemark, & autres, se trouve dans la Proportion, plus chargé par le payement de cette moitié, que la Grande - Bretagne ne l'est dans ce qu'elle a payé de plus sur cet ArLicle.

Au reste, on ne doit point passer sous filence, que l'Etat, en se chargeant au commencement de la moitié des Subsides promis au Roi de Dannemark, & à d'autres Princes, a fait plus que l'op ne devoit prétendre de lui; mais ce qu'il a fait en ce cas-là, n'a point dû tirer à conséquence pour les autres

Traitez qui se feroient à l'avenir, & jamais il ne s'ell engagé à payer indistinctement la moitié de tous les Subsides, que l'on auroit pû promettre dans la suite à l'occasion de cette Guerre. On peut dire au contraire qu'il avoit de grandes raisons pour ne s'y pas engager, soit eu égard à l'inégalité de ses Forces & de celles de la Grande-Bretagne; soit eu égard aux Traitez faits dans la précedente

Guerre

[ocr errors]
« PreviousContinue »