Page images
PDF
EPUB

mettre des Garnisons; celles du Païs - Bas Espagnol, qu'elles couvrent presentement, ont été considerablement diminuées. Outre que par là l'Eunemi eft reduit à la neceflité, pour assûrer ses Frontieres, d'y redoubler ses Garnisons & d'en tenir jusques sur la Somme. On a donc tort de prétendre que l'Are mée soit afoiblie par les Garnisons qu'il faut mettre dans les Places conquises, & sur tout d'affirmer comme on fait, qu'encore à present l'Etat y employe plus de 42. mille hommes,

De tout cela, il n'est pas malaisé de conclure lesquels sont les mieux fondez, de ceux qui pretendent que pendant toute cette Guerre l'Etat eft demeuré en refte aux Païs-Bas de 20837. hommes, & que la Grande-Bretagne en a fourni 13892. trop; ou de ceux qui soutiennent, au contraire, que la Grande-Bretagne n'a pas

fourni la moitié de ce qu'elle devoit aux mêmes Pais-Bas , quand on accorderoit, ce que pourtant on n'accorde point, que les 42. mille hommes, qu'on fuppose employez dans les Garnisons, ne devroient pas entrer en compte. Les premiers vont directement contre les Traitez du 3. Mars 1678. du ri. Novembre 1701. & de la Grande-Alliance; Les autres s'y appuyent, & les suivent à la lettre. Les premiers re

jettent

[merged small][merged small][ocr errors]

jertent la proportion ci devant reçuë, & les autres s'y attachent ; Les premiers n'ont au. cun égard à la difference, qu'il y a entre les forces des deux Nations, & les autres croyent que suivant la teneur des Traitez elle fait la régle de la proportion; Les premiers enfin, le fondent sur un simple Message verbal envoyé au Parlement, sans l'aveu ni la connoillance de l'Etat , & qui, au pis aller, ne pouveroit qu'une partie de ce qu'ils pretendent; & les autres, s'arrêtent aux Traitez, &à ce que la raison, & la Puissance de l'un & de l'autre état dictent clairement.

On convient que la Reine de la GrandeBretagne a fait hors du Pais-Bas , & fingulierement par Mer, en Portugal, en Espagne, & en Italie des efforts plus grands que ceux des Etats Généraux, mais on nie que, sur ce fondement, la Grande-Bretagne puisse avec raison accuser l'Etat de n'avoir pas satisfait à ses engagemens. du moins jusqu'à ce qu'on ait montré que ce surplus d'efforts, ait excedé les manquemens au Païs. Bas.

Et comme le compte de Straffort Am. bassadeur Extraordinaire & Plénipotentiaire de Sa Majesté Britanique a donné à connoître, qu'à l'égard des Troupes dont on a aug. menté l'Armée au Païs-Bas depuis l'an 1703.;

Sa

Sa Majesté s'attendoit que les Etats Généraux renforceroient leur quote - part jusqu'à la proportion de trois cinquiémes contre les 15128. hommes qu'elle y paye actuellement, ou qu'à faute de cela , elle en diminueroit le nombre, jusqu'à la proportion de deux cinquiémes contre celles de l'Etat'; on a ciû qu'il seroit bon, pour une plus grande intelligence de la chose, de joindre ici un Compre de l'état desdites Troupes.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Er sous l'an 1706.

on en a trop re-
tire pour

les
Troupes d'Italie 1538

2630

123139

Les Troupes de la Grande

Bretagne & de l'état se montent ensemble a ,

187736

Suivant la prétention de la
Grande-Bretagne, l'Etat au-
roit accepté au commence-
ment de la Guerre de fournir - 102000
LaGrande-Bretagne - 4cooo
En 1703. la Grande-
Bretagne

10000
L'Etat

10000
Depuis l'an 1703. la Grande-
Bretagne & l'Etat auroient
encore pris à leur service
25736. hommes dont l'Etat,
suivant la prétention de la
Grande - Bretagne, devoit
porter trois 5 mes ou 15442)
La Grande-Bretagne deux
smes ou

1029

.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »