Page images
PDF
EPUB

Bataille pres

leurs , il n'y en est pas resté assez pour former une Ecadre.

Comme ces sentimens là éroient bien fondez, on les a le plus souvent suivis, & on s'en est fort bien trouvé. La preuve en eft claire, car depuis la perte que la France fit à Vigos en 1702., & celle qu'elle souffrit à la

de

Malaga en 1704., elle ne s'est plus trouvée en état de mettre en Mer aucune Flore considérable, La seule

qu'on y âit vûë fut dans la Mediterranée en 1706, pour soûtenir le siège de Barcelone ; mais elle étoit fi peu considerable, qu'cile se retira à la vûë de la Flore combinée, sans o'er ha. zarder lc Combat,

Après avoir montre, comme on vient de faire, sur quels fondemens l'Etat a fait &ié glé chaque année les Armemens de Mer, il eft à propos d'examiner s'il a fourni fa qunte-part, proportionnément à celle de S. M. Brit; ce qui sans doute ne feroit pas, G log devoit s'en raporter au Memoire de Mrs. les Commissaires de l'Amiranté de la Gr.Br. Mais en premier lieu, posé le cas qu'il n'y ait rien à dire à la Lille qu'on y donne des Vailleaux fournis par S. M., & qu'on la reçoive aveuglément, telle qu'elle se trouve dans ledit Memoire; on pourroit encore de mander, fi tous les Vaisseaux que l'on y mar

ques

[ocr errors][ocr errors]

que ,

comme ayant été employez dans la Mediterranée & dans la Canal, y étoient nécessaires ? Cette question ne seroit point de ftituée de fondement. On y voic des années, ou le nombre des Vailleaux employez pour ce service-là, excede de beaucoup cefui que S. M. même avoit fair proposer. Par exemple, on y compre 74. Vaisseaux pour l'année 1904. , & 79. pour l'année 1705, Cependant, les Projets fournis par l'Amira Mitchel, pour ces années là , ne demandent que 24. Vaisseaux de l'Etat , contre 60. Vaisseaux de S.M., tant pour le service de la Mer Mediterranée, que pour celui de Canal & de la Mer du Nord. D'où vient donc que Mrs. les Commissaires de l'Amisauté metrect prélentement eix compte, de la part de S. M. 74. & 79. Vaisseaux pour le seul service de la Mediterranée & do Cie nal, & que l'on y requiere de la part de l'Etat 44. Vaisiaux pour une année & 47. polis fautre? On laille, au refte , au jugemene d'un chacun, fi ce nombre de Vaisseaux D'auroit pas été trop grand, eu égard au service qu'on en poovoit retirer , & aux forces: que l'Ennemi pouvoit alors mettre en Meto Le fentiment de l'Etat fut, que 24. Vail'caus de fa part , & 40. de la part de S.M. (uffiro.kene pour le feryice de ces années-11.,

RS

TE

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Il faut remarquer de plus, que de tous les Vaisseaux que l'Etat à fournis, on ne tient compte en ce Memoire que de ceux qui ont servi dans la Mediterranée ou dans le Canal, conjointement avec ceux de S. M., & que l'on n'y fait aucune mention de la Mer du Nord, dont le soin & la sûreté ont été laic fez presque entiérement pendant quelques années à la charge de l'Etat. Il ne faut pas s'étonner après cela , de ce que le nombre des Vaisseaux fournis par les Erats Généraux paroît si perit dans le Memoire de Mrs. les Commissaires de l'Amirauté, en comparaifon de ceux de la Reine de la G.B., puis qu'on en retranche tous ceux qui ont servi dans la Mer du Nord, & qu'on n'y employe que ceux qui ont agi conjointement avec ceux de S. M. C'est lans doute cette omilfion qui a donné lieu aux préjudiciables Refolutions de la Chambre des Communes, & il est raisonnable de croire qu'elles n'eussent jamais été prises, fi les raisons de l'Etat leur avoient été connuës.' On en jugegera par la Liste suivante, qui contient le veritable nombre des Vaisseaux de l'Etat qui ont servi pendant cette Guerre, pour la Cause Commune dans la Mediterranée, dans le Canal, & dans la Mer du Nord. Ce font tous Vaisseaux de Ligne; on n'y a compris ni

les

les Frégates, ni les autres moindres Vail-
seaux.
En 1702, 55.: 1703., 50.: 1704., 56.:

1;05., 36.; 1706., 54.: 1707, 49.:
1708,, 53.: 1709., 10.: 1710., 43.,
& 1711., 40.

[ocr errors]

Tout cela est de fair : On le peut prouver 'en tout temps par de bons & valables Documens. Ainsi c'est à tort, & fans fondement, qu'on charge l'Erar de n'avoir pas fourni fa quote - part aux Armemens de Mer.

Le second point regarde les Troupes en Flandres,Turquoi l'on se plaint; Que les Etats Généraux n'y ont pas observé la premiére Proportion de trois contre deux ; 'dont ils seroient convenus avec le feu Roi Guillaume; Qu'ils ont fourni 20837. hommes, moins

quote part; Et qu'ils n'ont pas satisfait à la condition de la défense du Commerce & de la correspondence avec la France, sur laquelle pourtant, l'augmenta. tion de Troupes avoit été accordée en 1703. Pour l'éclaircissement de ce point ,on a cru qu'il ne seroit pas inutile de joindre ici fous le nombre 2. l'Etat des Forces, tant de la Reine que des Etats Généraux , qui a été remis ela, Chambre des Commu.

que leur

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

nes, & qui autant qu'on peut en jugers à fcrvi de fondement à ses Resolutions

La première chose qui se présente à remarquer sur cet état des Forces, c'est qu'on y confond sous l'année 1701. dans un Article général les 44992. hommes que l'Etat Tetint en service après la Paix de Ryswick, avec les 34866 homnes, qu'il y prît de nouveau immediatement après la mort de Charles il. Roi d'Espagne ; & que fous l'an 1702. on a pareillement mêlé enlömöle les Troupes que l'Etat avoit prifes certe année là., avec celles qu'il avoit négoriées de divers Princes dès le commencement de l'année préecdente. Si tout cela n'avoit pas été conra fondu, on auroit vû clairement que l'Etat avoit augmenté ses Troupes de plus de cinquante mille hommes, long-temps acant que du côté de la Grande-Bretagne, on en fut venu à aucune augmentarion confiderable ; te qui me iteroit bien d'être porté en compte en égard aux dépenses que l'Étar y a faites & fupportées leul.

On ne s'arrêtera point à relever certaines erreurs particulieres qui fe font glissées en cet état des forces. On fc contentera de dire; & de montrer, qu'il ne prouve nullement, ce qu'on prétend qu'il prouve. On n'y voit point, par exemple, que les Etats ayent

pen

« PreviousContinue »