Page images
PDF
EPUB

ont fait conjointement avec Sa Majefté,& les autres Alliez, qu'en comparant l'état préfent des affaires avec celui où elles étoient au commencement de la Guerre, on y remarque un très-heureux changement; de forte que pour concevoir une jufte efpérance de parvenir par une bonne Paix à la fin defirée, il femble qu'il ne manque rien que de conferver entre les Allicz cette même Fermeté, Union, & Vigeur, avec laquelle la Guerre a été commencée & a continué juf qu'à prefent.

Que L. H. P. ont toûjours confideré l'u nion & la bonne harmonie entre S. M. & L'Etat, & entre leurs Sujets de part & d'au we, comme le plus grand appui de la Caufe Commune, & qu'Elles la confiderent encore fur le même pied, jugeant que présen tement elle eft autant & plus néceffaire que jamais Que par cette raifon Elles ont toâjours recherché avec foin l'affection & Famitié de S. M., de même que la confervation & l'accroiffement de ladite union & bonne harmonie entre les deux Nations; Qu'elles la rechercheront toûjours, & qu'il n'y a rien de plus douloureux pour Elles, que de fe voir reduites à fe juftifier fur de pareilles cenfures, qu'Elles ont fi peu méritées ; d'autant plus que cela donne lieu aux Ennemis, àqui

Plus

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

l'union entre la Grande-Bretagne & l'Etat doit être redoutable, d'efperer qu'il arrivera du refroidiffement & de la divifion entre les Alliez fi étroitement unis, ce qui ne peut que faire beaucoup de mal aux uns & aux

autres.

Qu'ainfi L. H. P. défireroient que ces pier res d'achopement n'euffent pas été mifes dans le chemin, & qu'il feroit bon qu'elles en fuffent ôtées au plûtôt: ce qui fait qu'on attend de la haute équité de S. M. & de fon zéle pour la Caufe Commune, qu'Elle ne voudra pas que la continuation du fervice de fes Troupes dans les Païs Bas, & particuliérement defdits 15.178. hommes foit attachée & dépende de l'augmentation de celles de l'Etat. Et que de leur côté L. H. P. contribueront autant qu'il fera dans leur pouvoir, & qu'il dépendra d'Elles, à procurer & avancer le bien de la Caufe Commune, ainfi qu'Elles ont toûjours fait ci-devant, & principalement à prendre des mefures avec S. M. & concerter en toute confiance les moyens d'y reüffir, de même qu'à faire voir à S. M. par des effets, qu'Elles recherchent & eftiment infiniment fon affection & fon amitié, dont le Sr. van Borffele donnera à S. M. toutes les plus fortes affurances.

11 fera auffi remis un Extrait de la présen

44

te Refolution de L. H. P., avec une copie du
fufdit Memoire, entre les mains du Sr.Com-
te de Straffort, Ambaffadeur Extr. &c. de.
Sad. M., lequel fera prié de feconder par
fes bons offices les bonnes intentions de L.
H. P.

Paraphé,

H. VAN ISSELMUNDE, ut,

Et Signé,

[ocr errors]

F. FAGEL.

MEMOIRE

Servant à montrer que c'eft à tort qu'on impute
aux Etats Généraux des Provinces-Unies des
Pays-Bas, par les Refolutions ou Votes de la
Chambre des Communes du Parlement de la G.
Bretagne, & par Adreffe de ladite Cham-
bre préfentée enfuite à S. M. la Reine de la G.
Bretagne, d'avoir manqué pendant le cours de
cette Guerre, de fournir ce qu'ils doivent, fui-
vant leur Quote ou Contingent, pour pouffer
ladite Guerre.

Es Réfolutions, ou Votes, ci-deffus mentionnées, font en date du Mardi 16. Fé, vrier 1712., & contiennent ce qui fuit.

Co

Re

[ocr errors][ocr errors]

Refolu: Que Meffieurs les Etats Généraux n'ont point fourni leur Quote pour le fervice de Mer, à proportion du nombre des Vaisseaux fournis par la Reine; & que durant quelques années confécutives, il a manqué à leur dite Quote z.tiers, &généralement plus de la moitié.

Refolu: Que les Troupes fournies & payées par la Reine depuis 1705. jufqu'en 1711., pour poußer la guerre en Espagne, montent à 57973. hommes; outre 13. Bataillons & 18. Efcadrons, pour lesquels Sa Majesté a payé des Subfides à l'Empereur.

Refolu: Que les Troupes fournies par les Etats Généraux depuis 1705. jusqu'en 1708.,' pour le fervice d'Espagne, ne montent qu'à 12200. hommes; & que depuis 1708. jufqu'à prefent, ils n'y ont envoyé aucunes Troupes.

Refolu: Que la Reine a non feulement fourui fa Quote des 12000. hommes, fuivant le Traité, pour le fervice de la guerre en Portugal; mais qu' Elle a auffi pris fur Elle la Quote de l'Empereur, fourniffant ainfi deux tiers, pendant que les Etats Généraux ont feulement fourni un tiers pour ce fervice.

Refolu: Qu'après l'année 1705. lorfque les Troupes Angloifes & Hollandoifes marchérent en Caftille, & ne revinrent point en Portugal, S. M. ya remplacé plus que fa Quote en Troupes,& les Etats Généraux n'ont eu aucunes Troupes en Portugal.

Re

Refolu: Que la premiere proportion de 3cinquiémes contre 2. cinquièmes, dont on étoit convenu entre feu S. M. le Roi. Guillaume & les Etats Généraux, par raport à la guerre en Flandres, n'a point été obfervée par les Etats. Généraux.

Refolu: Que durant le cours de cette guerre, les Etats Généraux ont fourni 20837. hommes au deffons de leur Quote.

Refolu: Que la condition pour défendre tout Commerce & toute.correfpondance entre la Hollande & la France, & fur laquelle condition les Troupes d'augmentationont été accordées en 1703. &fenfuite continuées n'a point été observée par. les Etats Généraux.

Refolu: Qu'au commencement de cette guer re, les. Subfides de la part de Sa Majefté & des Etats Généraux ont été payez par égales portions; mais que depuis, Sa Majefté a payé 3. Millions 155. mille Risdales plus que fa Quote.

Ces Refolutions ou Votes de la Chambre des Communes, ainfi données par voie de Décifion, à la charge des Seig. Etats Généraux, qui ont 1 honneur de vivre avec S. M. de la G. B. dans une bonne amitié & confian◄ ce; & d'être unis par de très étroites Alliances; l'Adreffe qui a fuivi ces Votes,& les con féquences que la chofe entraine après foi, dans un temps que la bonne Union & Har

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »