Page images
PDF
EPUB

les quinze mille cent septante huit hommes, qui ont été engagez dans le service de Sa Majesté, depuis l'an 1703. mais ces derniers, sous conditions que l'Etat contribueroit de la part autant de Troupes contre lesdits 15178 hommes que porte la proportion de trois contre deux; ont fait raport à l'Assemblée, que dans le temps qu'ils examinoient ladite Lettre , ils ont apris, que le Sr. Comte de Straffort, Ambassadeur Extraordinaire & Plé. nipotentiaire de Sadite Majesté, avoit infinué à quelques-uns, le jour avant son départ pour Utrecht , qui fût lundi dernier, qu'il avoir reçû ordre par le Sicur de St. Jean, Secretaire d'Etat, de déclarer à Leurs Hautes" Puissances qu'elles devroient remplir lcur quote-part de trois cinquiémes contre lesdits 15178. hommes; ou qu'autrement Sa Maje. flé en licencieroit autant qu'il faudroit , pour faire justement deux cinquiémes contre trois cinquiémes, par proportion au nombre de Troupes que l'Etat fournit aux Pais-Bas contre lesdits 15178. hommcs; Que cette insinuation étoit fondée sur la supposition que l'Etat, au commencement de la Guerre, autoit consenti de fournir aux Pais-Bas 102006. hommes', savoir 42000. hommes pour les Garnisons, & boooo. pour la Cainpagne ; &

que la Grande-Bretagne n'auroit dû four

[ocr errors]

nir

nir contre ce nombre-là, que 40000, hommes aux Païs-Bas : Que depuis on avoit augmenté les Troupes en mille fept cent trois de 20000. hommes, la moitié à la page de la Grande-Bretagne, & l'autre moitié, à celo le de l'Etat ; mais qu'à l'égard des 15178. hommes contribuez par Sa Majefté Britannique, depuis l'an 1903. on devoit y observer la premiere proportion, de 60000. hom. mes, contre 40000. ou de trois cinquiéme contre deux cinquiéme, qu'à cette occasion eux, Srs. Deputez , avoient au li examiné les vôtes ou Rcsolutions, prises le 16.Fevrier de cette année nouveau stile, par la Chambre des Communes dudit Parlement de la Grande-Bretagne, par lesquelles on charge l'Etat, de n'avoir pas satisfait , à divers égards à ses engagemens, en ne fournissant

pas

la quote part, qu'il étoit obligé de fournir pour la Guerre ; & qu'ils avoient pareillement examiné l’Adresse présentée sur ce sujet à Sa. Majesté, laquelle Adresle, les vôtes , ont été Imprimées & publiées par tout. Que pour montrer le

peu

de fondement, tant de ladite supposition, que du manquement dont les susdites Resolution & Adresse chargent l'Etat, ils avoient dressé un Memoire lequel ils ont remis en même temps à l'Assemblée tel qu'il sera inseré à la fin de la préfence

aussi-bien que

Sur

Surquoi ayant été deliberé, il a été troue vé bon, & arrêté, que la Copic dudit Memoire & Pieces y jointes , sera envoyée au St. van Bosfiele, Envoyé Extraordinaire de Leurs Hautes Puiffances à la Cour de Sa Majefté la Reine de la Grande - Bretagne, & qu'il lui fera ordonné, de representer tant de bouche , que par écrit a Sadice Majefté, & par tour où cela poura être de quelque utilité, que l'insinuation dudit Comte de Straf fort, portant que l'Etat devroit fournit ce qui manque à leur trois cinquiéme contre lesdits 15178. hommes, ou qu'autrement Sæ Majesté en diminueroit le nombre jusqu'à la proportion de deux cinquiémes contre celles de l'Etat, leur a fait beaucoup de peine, & qu'aufli, à leur sentiment, elle n'est pas bien fondée, vû que d'un côté, on ne peut pas prétendre avec raison que l'Etàt, chargé comme ileft, augmente encore les Trouperose & que de l'autre, le bien de la Cause Coma mune, ne peut pas permettre que Sa Majesté diminuë les liennes, dans les conjonAtures présentes. Que ladite suppofition, sur laquelle cette intinuation est fondée, ne peut-être adnoise par Leurs Hautes. PuislanGes; Que quand même elle le seroit, toute le difference en question se reduiroit à 4703 hommes que l'Etat auroic de trop peu, au!

05

Parti

Pais-Bas , où que Sa Majesté y auroit de trop ; surquoi certainement il seroit juste de prendre en consideration & de faire entrer en compte l'augmentation des Troupes que l'Etat a faite au commencement de cette Guerre, avant que la Grande-Bretagne en eut fait aucune considerable, aussibien que celles qu'il a entretenuës par-dessus les 120000. hommes, ainsi qu'il est montré par le susdit Memoire. Que pour ces raiCops le Sr. van Borsele suppliera Sa Majesté de vouloir bien ne pas exiger de l'Etat qu'il augmente ses Troupes, ni auffi diminuer le nombre des siennes.

Que de plus le Sr. van Borssele representera à cette occasion à Sa Majesté que Leurs Hautes Puissances ont vû avec beaucoup de douleur , par lesdits Votes & Adresse

, publiquement imprimées & répanduës par toute la Terre, quelles y sont condamnées fans qu'on ait entendu leurs raisons, comme fi elles n'avoient pas fatisfait à leurs engage

& qu'elles n'eussent pas contribué aux charges de la Guerre, ce qu'elles doivent proportionnément à Sa Majesté. Que Leurs Hautes Puissances pour ne pas demeuTer chargées de ce blâme; & pour informer Sa Majesté des raisons qui leur persuadent qu'on les en charge à tort, lui ont ordonné

.de

mens ,

[ocr errors]

de présenter ledit Memoire à Sa Majesté; en y ajoûtant que G Sa Majesté ; comme on l'espére, veut bien faire une équitable & favorable réflexion, sur les efforts que l'Etat a fait, & continuë de faire dans cette présente Guerre , après en avoir déja essuyé deux autres extrêmement onereuses ; & fi elles veut bien considerer qu'il a commencé celle-, ci avec 110000. hommes, qui est un effort fi grand que jamais auparavant, il n'en avoir fait un semblable ; que de plus, il a de tems en temps augmenté considerablement le nombre de ses Troupes ,

à quoi l'on doit joindre les Subsides qu'il doit payer annuelle. ment, & les Equipages de Mer qu'il fait; Leurs Hautes Puissances s'assurent, que nou seulement Sa Majesté, selon son équité fire. nommée, mais aufli toute la Terre demeu. Tera convaincuë, que dans cette Guerre l'Ecap a fait autant & plus que l'on ne pouvoit attendre, selon la raison & la juitice, d'un bon & fidelle Allié; & qu'il n'y a qu'un ex. cès d'amour pour leur Liberté & pour leur Religion, & de zéle pour aider à decourner l'Esclavage dont toute l'Europe est menacée qui ait pû les porter a faire de si grands efforts, & à les continuer fi long-temps; Qu'elles rendent grace à Dieu de ce que par

fa bonté, il a tellement beni les efforts qu'elles

RO

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »