Page images
PDF
EPUB

A la faveur d'un joli moule
Qui me diftingue de la foule,
Des yeux fins je fais l'agrément.
Dès long-tems, jaloux de paroître,
Pour plaire à l'amant fortuné,
Chez certains peuples je suis né,
Et chez d'autres encor à paître;
Ce sont les arts qui m'ont orné.
Le fat autrement que le sage
Me fait valoir selon l'usage;
Mais pour relever les appas,
Je fers la belle en favorite,
Quand les brillan's ne manquent pass
Beaux petits pieds, beaux petits pas
Seront toujours d'un grand mérite.

De Manheim.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

Si je voulois tromper tes yeux,
Je te dirois avec malice
Qu'un seul pied me porte en tous lieux ;
Mais évitons

trop

d'artifice. Pour te le déclarer tout net, En logogryphe j'en ai sept, Er quant aux mots que je renferme , On pourroit la plume, à la main, T'en indiquer jusqu'à demain ; Mais choisifons, & tiens-toi ferme. Le nom du Monarque des lis, Parmi ceux dont je m'embellis, Répand sur moi plus de lumiere, Et par des tours ingénieux, Je te découvre une riviere Qui traverle la France entiere ; Un instrument harmonieux; Un oiseau de forme grossiere; Ce dont s'occupe le sçavant; Deux mots qui désignent le maître , Qu'en souverain l'on voit paroître, Et qu'un François redit souvent; Ce qu'observe un fou comme un sage; Ce que l'on apprend par usage;

Un insecte aflez curieux,
De son tombeau victorieux,
Avec le trésor qu'il compose;
Tout le contraire de la prose;
La plus agréable des fleurs,
Par son parfum , par ses couleurs;
Aux beaux jours du printems éclose,
Un poislon très - appétillant,
Quand il fort de la poële à frire;
Un mêts vulgaire & nourrissant;
Un plaisir que la joie inspire ;
Ce qui faisoit marcher le char
Pour le triomphe de César;
Ce par où passent les carosses,
Que traînent quelquefois des rosses;
Ce qui crompe & , notons ce point,
Cent autres mots qu'on ne dit point.
Déjà longue est ma kyrielle:
Mais dieux ! quel crime d'oublier
Ce fruit d'une plante immortelle ,
Par qui la paix devient fi belle
Et qu'on ne peut trop publier!

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

Par le même,

[ocr errors]
[ocr errors]

A U T R E.
Monêtre est composé de quatre:
A trois de plus le monte ma valeur:

Il t'est facile, ami lecteur,
De voir si tu dois en rabattre.

En moi , le plus mince apprentif
Découvrira deux traits du verbe substantif:
La tige de ce fruit, dont un saint patriarche

Nous fit présent, au sortir de ton arche:
Deux de ces mots qui se nomment pronoms;

La reine des conjonctions:

Et , s'il est permis de cour dire ;
Certain vent qui n'a pas l'haleine de Zéphyre.

)

[ocr errors]

Par M. Cat..

A V T R E.

Jadis de la vertu j'étois la noble image,
Et des héros guerriers l'honorable partage.
Le sang seul m'achetoit ; mais aujourd'hui l’ar.

gent

71 M'allie avec le vice & m'obrienr aisément, C'est assez sur ce point; mais pour mieux me con

noître Combine bien mes pieds & divise mon être; En moi tu trouveras une monnoie, un poids, Une armute qu'avoient nos Chevaliers François; Ce qu'on fait quand on vient d'unir fun existence; Un fameux patriarche, une ville de France; Un illustre guerrier, la terreur du Piémont; En Silésie un bourg ; le pere de Jason; Ce qui dans le monde est la chose la plus yaine, Qui d'un sens fait pourtant le plaisir ou la peines Un solide connu de qui la lection A l'Hôpital a fait un immortel renom.

a Si ce n'est pas assez, lecteur, pour me comprens

.

dre, Je revicos tout à toi

pour

mieux me faire enten. dre. Je plais, plus je suis vieux : les lis & le croissant De mon domaine sont le plus bel ornement,

Par M. L. C. D. L. M. de Dax

V

« PreviousContinue »