Page images
PDF
EPUB

nant embrassés étroitement, c'étoit... pour vous donner du pain. Alors, ces fix honnêtes infortunés s'inondent de leurs larmes; ils se pressent réciproquement contre leurs cours... O hommes! .. Quel spectacle!

Voilà, Madame, l'action plus.qu'héroïque que je vous prie de communiquer à votre société. Puifle ce trait liéclatant de sensibilité aller chercher l'humanité affoupie au fond des cæurs! Puise.c.il être une voix qui crie aux oreilles endurcies de ces riches dénaturés qui, tandis qu'ils se gargent, je ne balance pas à me servir de cette vieille expreslion, des mêts les plus abondans & les plus fuperflus, laissent leurs semblables, des hommes, des familles entieres mourir de faim. Ah ! Ma. dame, on ne présente point allez cette affreuse vérité : j'ai bien vu du monde , des cercles différens, des grands, des petits, depuis le premier jusqu'au dernier des écars, j'ai tout examiné, tour parcouru. Croiriez - vous qu'il ne m'est jamais arrivé d'entendre dire : j'ai tant de bien, jen mettrai tant à fecourir des infortunés. J'ai vu beaucoup de ces êtres

que pelle des gens comme il faut , & auxquels on pourroit appliquer ce vers de Pope:

l'on ap

Unfinish'd things, one knows not what to call. se ruiner pour des filles deshonorées ; beaucoup de financiers sans pudeur s'avilir par un luxe insultant ; beaucoup de

i beaux esprits sansgénie, songer à étendre la sphère de leur petite réputation; plus encore d'hommes foi - disant occupés à établir leur fortune & à l'augmenter. Il faut espérer qu'avant de mourir je connoitrai des cours bienfaifans, des Jacques ; c'est le dernier des spectacles dont il me reste à jouir : je doute, quelque touchant qu'il soir, qu'il m'attendrisse autant qu'il m'étonnera,

[ocr errors]

LA CIGALE & LE HIBOU.
Du natin jusqu'au soir chantoit une cigale,
Bien que la voix déplût, elle s'imaginoit,
Dans l'art du chant, n'avoir point son égale.

Sa musique importunoit
Un vieil hibou qui près delà dormoit

Dans le trou d'une masure.
Le Hibou, comme on sçait , des autres animaux
Différe par l'esprit, l'humeur , & la nature

Et la figure.

[ocr errors]

Pendant le jour il goûte un plein repos,

La nuit il erre à l'aventure,
Ou bicn il fond sur les oiseaux

Qui lui servent de pâture.
Les grands sur les petits ont un droit assuré.
L'insecte babillard fut par lui conjuré

D'interrompre fa mélodie:

On ne lui dit pas qu'elle ennuic;
Mais on le pensoit bien. Vraiment ; je me tairai!

Dit-elle, moi qui me pique
D'exceller dans la musique,

De par les dieux non ferai.
Et la chanteuse à cet avis rebelle;
Par fon caquet d'étourdir de plus belle.
L'oiseau dormant lent naître son couroux;

Mais pourtant il se modére.
Encor une fois, ma commere,

Aunom de Dieu raisez vous.
M'obliger en ce pointest-ce une grande affaire !
Je vous promets pour

salaire (N'est-ce rien) l'amitié de messieurs les Hibous.

La Cigale n'en tiene compre, Et va toujours lon train : le Hibou dit,ch quoi?

Sera-t'il dit qu'à ma honte,

Un fi vil animal triomphe ainsi de moi ?

Priere , avis, ne feront rien sur toi, Maudite langue! oh! nous verrons, ma bonne,

Si vous saurez nous mépriser toujours, Pour l'attrapper , il lui tient ce discours':

Ecoutez , je vois, ma mignonne,

Qu'on a tort d'exiger de vous D'interrompre un ramage & fi tendre & li doux

Qu'un roslignol en deviendroic jaloux. Mais quoi ! chanter toujours ! vous devez être

lase.

Votre gosier en doit être altéré,
J'ai du vin , j'ai des fruits peut-être à votre gré,

D'entrer céans me feriez vous la grace ?
L'appas friand d'une collation,
Joint au plaiGir de s'entendre exaltéc.
Fait qu'elle taupe à l'invitation. ",
Sitôt que le Hibou la voit à fa portée, !

Il fond sur elle , & chez les morts
Elle va recevoir le prix de ses accords.
.

:)

L'OURS & SA FEMME. Fable. UN

N Ours aimoit éperdûment sa femme, Elle à son tour adoroic son mari : Or, un beau jour que cet époux chéri, En belle humeur jouoit avec sa Dame, (Quand un Ours aime, un Ours est tout de feu) Par cent façons pleines de gentillesle, Il s'efforçoit de prouver sa tendresle; Et pate & griffe , alors d'entrer en jeu. Que de plaisirs ! l'iffue en fut tragique; Car le bon Ours, dans le temas qu'il se pique D'être galant lui creve les deux yeux. Lors s'écria, qu'ai-je fait malheureux! Ai-je donc pû détruire tant de charnies'! Maudits ergots, instrumens de mes larmics, Plus ne serez la cause de mes maux, Mes dents vont faire office de ciseaux.:: Que faites vous, dit l'épouse affligée? Ce soin plutôt vous eût été permis; Mais je ne puis en être soulagée Réservez les contre nos ennemis,

>

« PreviousContinue »