Page images
PDF
EPUB

Cous nos yeux, il y a moins de 40 ans, est fi difficile à tirer de l'obscurité ?

L. C.

AV I S.

les

I. On publie actuellement le Droit commun de la France & la Coutume de Paris, réduits en principes tirés des loix, des ordonnances, des arrêts , des jurisconsultes & des auteurs; & mis dans l'ordre d'un commentaire complet & méthodique sur cette coutuine, contenant dans cet ordre les ulages du châtelet sur les liquidations des comptes,

partages, les substitutions, les dînes &700tes autres matieres ; Nouvelle édition considérablement augmentée par feu M' François Bourjon, ancien avocat au parlement, revue, corrigée & aussi augmentée d'un grand nombre de notes; tome premier. A Paris, chez Grangé, imprimeurlibraire, au cabinet littéraire, pont Notre-Dame; Cellot, imprimeur - libraire, rue Dauphine, & à l'écu de France, grand'salle du palais, 1770; & chez Lacombe, libraire , rue Christine, 2 vol. infol. br: 48 liv. Le premier volume paroît.

Nous ferons connoître plus particulierement cet ouvrage utile, dont la premiere édition a été promptement enlevée, & dont cette seconde, beaucoup augmentée, est depuis long-tems attendue.

II.
Nouvelles Cartes à jouer.
Les cartes à jouer n'offrent que des figures gros-

2

[ocr errors]
[ocr errors]

de

fieres , sans delfin, fans proportion, avec des couleurs dures & des traits révoltans pour la vue ; c'est ce qui a fait imaginer au Sr Mitoire de faire graver nouveaux patrons & de donner à ces figures plus d'élégance, plus de deffin & plus de netteré dans la composition de la figure & des accefloires qui la caractérisent, de suivre les mê. mes modèles , avec les mêmes distributions d'actributs, & de couleurs, mais en les perfectionnant & les rendant plus faciles & agréables à voir & à jouer. On trouve ces nouvelles cartes perfection nées chez le sieur Mitoire , marchand papetier: cartier, rue d'Anjou au marais, à Paris.

Le fixain des jeux entiers eft de 3 liv.; celui du piquet, 2 liv. 8 Cols; celui du brélan, 2 liv.6 f.

[ocr errors]
[ocr errors]

ILI.

Pastilles & Confitures. Ravoisé, marchand confiseur , au Fidèle Ber. ger, à Paris, rue des Lombards, continue de vena dre avec succès des pastilles pour faire de l'orgeat & de la limonade. On connoît de plus en plus la commodité de ces pastilles, par l'agrément de les conserver long-tems & de pouvoir les porter sur soi, à la challe, en voyage & dans les pays étrangers. Une pastille, qui revient à 2 1.6 den. suffit pour un grand verre d'eau, où elle fond facilement. On peut les couper ou les écraser avant que de les

y mettre, alors elles fondent tout de fuite. La bóëte de douze carafes est de 30 sols, & celle de 24 eft du prix de 3 liv.

On trouve chez lui une nouvelle confirure d'orange de Portugal, à mi-sucre, très - agréable & aperitive , & aussi le véritable fyrop de vinaigre rafraichissant,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

IV. Institution académique & militaire, éia

blie pour l'instruction de la Noblese, fous la conduite de M. Rolin; dans une maison fituée en bon air , rue St Dominique près la barriere.

Tous les élèves porteront le même uniforme, qui consiste en un habit de drap bleu de Roi pour t'hiver & de camelot pour l'été, galonné d'une treffe d'argent; le chapeau uni, avec un plumet blanc, une épée, un full, giberne & ceinturon pour le maniment des armes. Le Sr Rolin fecharge de fournir le tout pour zuo liv.

Chacun aura un couvert & gobelet d'argent, un lit, trois paires de draps , dix-huit chemiles, autant de cols, de mouchoirs, de servieites, fix bonnecs de coton , ou douze coëffes de nuit, deux paires de bas de foie blancs, deux de laine, fix.de corron & fix de fil, deux paires de souliers, l'uniforme & une redingotte; un habit commun pour les jours d'étude.

Le prix de la pension, depuis l'âge de cinq ans jusqu'à dir, en donnant les maîtres de latin, d'écriture, d'histoire, de géographie & de mathémariques, les évolutions & exercices milicaires, est de 800 livres ; & depuis dix ans jusqu'à vingt, de 1000 liv. Les parens qui desireront donner en outre à leurs enfans les maîtres de danfes, de deilin, d'allemand, d'escrime , d'instrumens & autres paieront huit livres par mois pour chaque maitre, & vingt-quatre pour le manége.

Les jeunes élèves qui u'apprendront encore qu'à lire & à écrire, ne paieront que 6ooliv.

[ocr errors]
[ocr errors]

par mois.

[ocr errors]

On reçoit des élèves à 600 livres de pension: dans ce cas on paie à part chaque maître dont on veut qu'un enfapt (uive le cours , à raison de huit livres

Le Sr Rolin se chargera de toutes les fournitures, entretien en linge, habits, chapeau, souliers & tous les maîtres noyennant la somme de 1800l. depuis dix ans jusqu'à vingt , & de 1200 liv. depuis cinq ans jusqu'a dix.

Le cours des études commencera au mois de Janvier; on feia un examen général & public à la St Louis On n'aura de vacances que la quinzaine suivante , après laquelle les études recommencesont.

Il y aura tous les ans, pendant trois mois, à commencer le premier Mai, un cours de physique expérimentale de l'Abbé Nollet, dans la maison du Sr Rolin, qui a fait en conséquence un cabinet de machines.

Le Sr Rolin ne sera renu de paier aucun frais de maladie; comme il veut que la maison soit dans un bon ordre, & y avoir les meilleurs maitres de Paris, Mielieurs les Parens sont priés de payer esactement les quartiers d'avance ainsi les maîtres.

On peut voir dans le Profpe&tur imprimé que M. Rolin distribue, l'ordre bien entendu des inctructions

que

l'on donne aux élèves & les inoyens dont on le sert pour éclairer leur esprit & former leur cour.

[ocr errors]

que

NOUVELLES POLITIQUES.

De Petersbourg , le premier Mai 1770. L'IN

"IMPÉRATRICE vient de faire une promotion dans la marine.

Il arrive des officiers étrangers qui demandent à être employés dans les armées de l'Impératrice.

De Warsovie , le 9 Mai 1770. On mande de Podolie que toute l'armée Russe de Romanzow a passé le Nielter, & que celle

& du Comte Panin est en route vers Bender.

De Stockolm , le 12 Mai 1770. Ces jours derniers on a coulé la Statue pê. destre de Gustawe Vala , dont le modèle a été exécuté par le sieur l'Archevêque, Sculpteur François. Cette fonte a parfaitement réusli.

Du 25 Mai. Sainedi dernier le Comte de Modêne, Ministre Plénipotentiaire de France en cette Cour, donna un grand souper & un bal à l'occafion du mariage du Dauphin. Le Sénat & leş Ministres étrangers, ainli que la principale noblesse du pays

furent invités à cette fête. De Coppenhague, les Juin 1770. Le Roi par une déclaration du 6 du mois dernier a accordé une amnistie générale en faveur de tous les gens de mer qui ont déserté de ses Etats, & qui en sont sortis sans permission, à condition qu'ils rentreront à son service dans l'espace de quatre ans, à compter de la date de la publication de cette amnistie.

De Mayence, le 13 Juin 1770. Le 11. le Marquis d'Entraigues, Ministre plénin potentiaire du Roi de France auprès de l'Electeur, a donné à l'occasion du mariage du Dauphin à toute la haute noblesse de cette ville un splendide dîner , fervi de 70 couverts. Après midi il y a eu concert, & on a servi à l'assemblée des rafraî. chissemens de toute espèce.

De la Haye, le 20 Mai 1770. L'Abbé du Prat, chargé des affaires de France pendant l'absence de l'Ambassadeur de Sa Majesté

« PreviousContinue »