Page images
PDF
EPUB

page it

pag. 1

TOME PREMIER.'

Discours préliminaire.

PREMIÈRE PARTIE.

De la nécessité de faire un choix dans l'innombrable quantité de

livres qui existent; sur quels ouvrages doit porter ce choix ; et

quels sont les motifs qui doivent le déterminer.

SECONDE PARTIE.

De la prédilection particulière que des hommes célèbres de tous

les temps ont eue pour certains ouvrages ,

et surtout pour les

chefs-d'ouvre littéraires.

pag. 29

De la Bible considérée sous le rapport religieux, moral, histo-

rique et littéraire.

pag, 219

TOME SECOND.

TROISIÈME PARTIE.

Notice indicative et succincte des morceaux les plus beaux et les

plus estimés que l'on a toujours distingués dans les chefs-d'oen-

vre littéraires des auteurs du premier ordre et de quelques écri-

vains du second..

pag. I

QUATRIÈME PARTIE.
Mémorial bibliographique, indiquant sommairement les éditions

les plus correctes et les plus belles des meilleurs ouvrages de la

littérature sacrée, grecque, latine, française et étrangère. p. 127

Religion.

132

Jurisprudence.

153

Sciences et Arts.

179

Belles-Lettres..

Histoire.

355

CINQUIÈME PARTIE.
De l'établissement d'une bibliothèque; de la disposition des ta-

blettes; des soins qu'exigent les livres; de leurs formats; de leur

reliûre; et de leur classification,
Emplacement.
Du corps de bibliothèque et de la disposition des ta-
blettes.

419
Des soins qu'exige une bibliothèque.

424
Du format des livres.

427

De la reliítre des livres.

De la classification des livres.

Additions

447

Table des matières.

453

227

[ocr errors]
[ocr errors]

434
442

[ocr errors][merged small]

LA

pensée et la parole, caractères distinctifs qui assignent à l'homme le premier rang parmi les êtres animés, sont sans contredit les preuves les plus irrefragables de sa céleste origine, et en même temps de sa destination à communiquer avec ses semblables et à vivre en société; mais si le plus beau, le plus noble attribut que nous ayons reçude l’Auteur de la nature, est la faculté de manifester nos pensées par la parole, il faut convenir que la plus grande et la plus étonnante découverte dont puisse s'honorer l'esprit humain, est celle de l'écriture (1). Habitués à parler dès

(i) On'a beaucoup disserté sur l'origine de l'écriture. (Nous ne parlons ici que de l'écriture alphabétique.) Les opinions des savans tant anciens que modernes, sont divisées entre trois peuples qui se disputeroient l'honneur de cette découverte. Cicéron, Jam. blique, Tertullien, Plutarque , etc., défèrent cette gloire aux Égyptiens, dans la personne de Thoth, fils d'Hermès ou Mercure Trismégiste. Pline et Diodore de Sicile regardent les Phéniciens comme les pères de l'écriture. Kircher s'est déclaré pour les Égyptiens ; il a été vivement combattu par Renaudot. Buxtorf, Conringius, Spanheim, Meier, Morin, Bourguet et Court de Gebelin se sont prononcés ouvertement pour les Chaldéens. Mais selon Génebrard, Bellarmin, Huet, Montfaucon, Calmet, Renau, dot, Jos. Scaliger, Grotius, Casaubon, Walton, Bochart, Vos

que nous quittons le sein maternel, habitués des le bas âge à tracer des caractères sur le papier ,

sius, Prideaux, Capelle, Simon, le président de Brosses, etc. , etc., tout dépose exclusivement en faveur des Phéniciens. Nous partageons cette dernière opinion, en ce sens que par la Phénicio on ne doit pas seulement entendre les villes de la côte maritime de la Palestine, mais encore la Judée et le pays des Chananéens et des Hébreux, (car les Phéniciens n'étoient primitivement que le reste des anciens Chananéens que les Israélites n'avoient point chassés). Ainsi, par écriture phénicienne ne pourroit-on pas entendre la samaritaine (avec laquelle elle a une telle analogie que Scaliger et Bochart ont donné le nom de samaritain et de phénicien au même alphabet)? Le samaritain dont nous parlous est l'ancien caractère hébreu qu'il ne faut pas coufondre avec l'hébreu carré ou chaldéen , adopté depuis la captivité, suivant 8. Jérôme, Saint Irénée et Saint Clément d'Alexandrie. Ce qui nous fait pencher vers ce sentiment, c'est que le monument historique le plus ancien, le plus certain, le plus authentique où il soit question de l'art d'écrire, est le Pentateuque; et l'on ne peut guère douter qu'il n'ait été écrit en vieux samaritain ou hébreu primitif. Entre une infinité de passages de ce livre antique , qui attestent que l'art de l'écriture existoit déjà , nous citerons les suivans tirés de l'Exode (cap. xvii, 14): Dixit autem Dominus ad Moysen : SCRIBE hoc ob monimentum in libro ; et plus loin (cap. XXIV, Ý 4): SCRIPSIT autem Moyses universos sermones Domini ; ailleurs (cap. xxxiv, 27): Dixit Dominus ad Moysen : SCRIBE tibi verba hæc, etc., etc. C'est Moyse lui-même ( 1571 avant J.-C.), qui s'exprime ainsi ; et Job, que , d'après son livre, on juge contemporain de Jacob (environ 1720 ans avant J.-C.), nous parle aussi de l'écriture : Quis mihi tribuat (dit-il, cap. xix, † 23 et 24), ut SCRIBANTUR sermones mei? Quis mihi det ut EXARENTUR in LIBRO? Stylo ferreo, et plumbi lamina , vel celte SCULPANTUR in silice ? Plus loin ('cap. XXXI, ♡ 35): Et librum scribat ipse qui judicat, etc. Ces passages ne prouvent-ils pas évidemmcut que l'écriture étoit déjà, dans ces temps reculés, très familière aux Hébreux? Ni Job, ai Moyse n'en parlent point comme d’uno

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

nous ne réfléchissons pas assez sur les merveilles de la parole (1), et sur les merveilles plus grandes

découverte ; ils s'expriment à ce sujet aussi naturellement, aussi simplement que nous le ferions aujourd'hui, si nous parlions d'écrire une lettre, un discours, un livre. L'invention de l'écriture dont ils faisoient usage , étoit donc antérieure au temps où ils vivoient; et cette écriture devoit être celle du peuple dont ces écrivains faisoient partie. D'ailleurs, les Phéniciens étoient-ils antérieurs aux Hébreux, dont Abraham est la souche? Leur illus. tration vient du commerce, dont ils furent redevables au voisinage de la mer; mais ce commerce ne fut florissaut qu'après Moyse. Nous ne parlerons ici ni de Cécrops, ni d'Agenor, ni do Cadmus, parce qu'ils passent moins pour avoir inventé l'art d'écrire, que pour l'avoir transféré aux Grecs. D'après ce que nous venons d'exposer, vous pensons que l'écriture a pris naissance dans le pays des Hébreux; que sans doute Joseph, puis ses frères, la connoissoient lorsqu'ils abordèrent en Égypte, et que l'échafaudage de l'origine des lettres attribué au fabuleux Thoth (qui n'est peut-être que Joseph ou Moyse), n'a été élevé par l'imagination des premiers historiens ou des poëtes, bien postérieurs à ces temps reculés, que sur la vérité historique des Livres saints , dont la tradition s'étoit altérée, défigurée, puis perdue chez les autres penples.

(1) La Harpe dit : « Quand on pense à tout le chemin qu'il a fallu faire pour parvenir à un langage régulier et raisonnable, malgré ses imperfections, la formation des langues paroit une des merveilles de l'esprit humain, que deux choses seules rendent concevable, le temps et la vécessité. » Cette pensée avoit été plus développée par Scaliger, long-temps auparavant: « Trois causes, dit-il, ont contribué d'abord à former, et par la suite à perfectionner le langage , savoir : la nécessité, l'usage , et le désir de plaire. La nécessité produisit un ensemble de paroles très imparfaitement liées; l'usage, en les multipliant, leur donna plus d'expression , et c'est au désir de plaire qu'on dut ensuite ces tourpures, cet heureux assemblage de mots qui donnent aux phrases de l'élégance et de la grâce. »

encore de l'écriture. Cependant, quoi de plus digne de notre attention que ces deux objets , dont le dernier surtout est un prodige si inconcevable pour l'homme de la nature (1), et si admirable pour l'homme social

par l'influence qu'il a eue sur les progrès de la civilisation! La pensée, plus

n'est pas

A

(1) L'anecdote suivante, tirée du Voyage de John Crevecoeur dans la Haute Pensylvanie, Paris, 1801, 3 vol. in-8°, étrangère à notre sujet : « Un jeune guerrier sauvage, ayant un jour conté l'histoire de sa nation à un habitant des Etats-Unis, celui-ci prit d'abord lques notes, et se rappelant ensuite les circonstances que le Sauvage lui avoit racontées , il les écrivit, et lut cette histoire à celui dont il la tenoit. L'étonnement du Sauvage fut extrême. Quoi! dit-il, avec une plume tenue par trois : doigts , tu peux dire à mes paroles : Arrête-toi sur cette écorce; et elles s'y arrêtent! Toutes les fois qu'il t'en prendra fantaisie, tu pourras lui dire encore : Répète-moi ces pensées ; et elle te les répétera! Pourquoi avec nos dix doigts n'en pouvons-nous pas faire autant? Comment ces lignes mortes, comme celles que nos enfans tracent sur le sable, peuvent-elles redire les paroles vivantes d'un homme absent ou parti pour l'Ouest? C'est le faire parler sans qu'il ouvre la bouche, et même après que ses yeux ont cessé de voir le soleil de la vie. Que distinguent-ils donc, les tiens, dans ces petites figures noires que tu traces avec tant de rapidité? Pour roient-ils voir quelque chose là où les miens, qui valent bien les tiens, ne voient cependant rien ? Comment peuvent-elles émettre

[ocr errors][ocr errors]

une idée? Auroient-elles donc une ame, une voix ? Ou bien, est-ce toi qui leur prête la tienne? Mais peut-être parlenta elles à tes oreilles ? Voyons!..... Je ne les entends pas; les entends-ta, toi? --- Non.- Eh bien! si elles sont aussi muettes pour toi que pour moi, comment as-tu donc fait pour répéter ce que je t'avois dit? etc. , etc., etc. » Le Voyage de Crevecoeur est un cadre ingénieux dans lequel il a peint au naturel les moeurs des Sauvages d'Onéida. Cet ouvrage est une espèce de suite à ses Lettres d'un Cultivateur américain , Paris, 1787, 3 vol. in-89.

un son,

« PreviousContinue »