Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

I

qualité de procureur général de l'art de la verrerie ; une manière cet ordre. Il mourut dans son ab- de mouler des figures en bois ; baye de Grodno en 1747 , à 40 une petite curiosité chimique , ans après s'être acquis une qui consiste à marbrer un giobe grande réputation par son Spe- de verre de différentes couleurs ; cimen Ecclesiæ Ruthenicæ. On a et un procédé ingénienx pour encore de lui en manuscrit : faire une plante de métal. Parmi Opus de vitis Sanctorum ordinis le grand nombre d'ouvrages qu'il Divi Basilii magni , deux vol. a publiés en allemand et en latin, in-folio.

on distingne ses Observationes KULPISIUS, (Jean-George) et son Ari de la Verrerie , traduit

Chymicæ, Londres, 1678, in-12; *professeur en droit à Gieslen, puis à Strasbourg, assista aut

en françois par M. le baron d'OLCongrès de Riswick, en qualité

bach , et imprimé à Paris en d'envoyé du duc de Wittemberg, 1752, in-4.° Les chimistes qui et mourut en 1698. Le plus es

l'avoient précédé, avoient cultivé timé de ses ouvrages, est un Com

la chimie pour augmenter les lu

mières de la médecine: Kunckel mentaire , in-4° sur Grotius, sous le titre de Collegium Gro

et fit usage pour perfectonner les tianum : il est savant.

arts. C'étoit un artiste qui avoit

peu de théorie, mais qui portoit KUNADUS, (André) théo- dans la pratique une sagacité et logien Luthérien , né à Dobelen

une intelligence qui lui tenoient en Misnie l'an 1602, fut pro- lieu de savoir. Il s'attacha surfesseur de théologie à Wittem- tout à suivre le travail de Néri berg , et ministre général à sur la vitrification; et ses découGrimma. Il mourut en 1662 , à

vertes donnèrent beaucoup d'ém 60 ans. On a de lui : I. Une Ex- tendue à cette partie importante plication de l'Epître aux Galates. de la chimie. Une de ses expém II. Un Abrégé des lieux communs riences paroît démontrer contre de théologie. III. Des Disser- · le célèbre Buffon, que l'or n'est tations sur la tentation au Dém pas vitrifiable; Kunckel en atenu sert; Sur la Confession de dans un feu de verrerie pendant St.- Pierre ; Sur ceux qui plus d'un mois, sans qu'il ait diressuscitèrent

aut temps de la minué d'un grain , ni reçu la Passion, in-4°, etc.

moindre altération. Au reste KUNCKEL , (Jean) né dans

ses ouvrages brillent plus par le le duché de Sleswick en 1630 ,

détail de ses expériences , que fut chimiste de l'électeur de par le style. Il écrit comme un Saxe, de celui de Brandebourg,

artiste grossier , sans art et sans

méthode. et de Charles XI, roi de Suède. Ce monarque récompensa son KUNRATH, (Henri) chi mérite , par des lettres de no- miste de la secte de Paracelse blesse, et par le titre de con- fit beaucoup parler de lui au conseiller métallique. Kunckel mou- mencement du xviie siècle, et rut en 1702, à 68 ans, après fut, dit-on, professeur en méz avoir fait plusieurs découvertes , decine à Leipzig. Mollerus préentr’autres celle du Phosphore tend que Kunraih étoit un adepte d'urine. On lui doit encore plu- qui possédoit la pierre philososieurs nouvelles opérations sur phale. Il nous apprend lui-même,

[ocr errors]

qui le

« qu'il avoit obtenu de Dieu le lible mît fin aux controverses don de discerner le bien et le mal l'engagèrent à se faire Catholidans la chimie. » Il mourut à que. La cérémonie de son abju, Dresde en 1607. On a de lui, plu- ration se fit le 25 juillet 1713. sieurs ouvrages d'une obscurité Kuster jouit, alors de la faveur et impénétrable qui ne servent des distinctions que pouvoit esqu'à montrer le fanatisme ou la pérer un savant et un nouveau Charlatanerie de leur auteur ; et converti. L'abbé Bignon le prém que s'il avoit obtenu de Dieu le senta à Louis XIV, gradon du discernement, il n'avoit tifia d'une pension de 2000 livres. pas reçu celui de

raison et L'académie des belles-lettres lui du bon sens. Les curieux recher- ouvrit ses portes , en qualité d'aschent son Amphitheatrum Sa- socié surnuméraire; distinction pientiæ æternæ, Christiano-ca- qu'elle n'avoit faite à personne balisticum , Divino magicum ; avant lui. Ce savant mourut peu Hanoviæ, 1609 , in-folio. On y de temps après, le 12 octobre mit un nouveau titre en 1653. Ce 1716, à 46 ans. On ne peut livre fut censuré par la faculté de nier que Kuster ne fût un abyme théologie de Paris.

d'érudition ; mais son mérite se

bornoit là. Il étoit de ces érudits KUS ou Chus, surnommé

enthousiastes pour le genre qu'ils Dent d'Eléphant par les Orien

ont embrassé , et qui traitent taux, parce qu'il régna en Ethio

toutes les autres sciences de vaipie , pays d'où l'on tire l'ivoire,

nes ou de frivoles. Un livre de étendit ses conquêtes dans le Zanguebar et la Cafrerie. On le croit philosophie le faisoit fuir; et il fils de Chanaan et petit - fils croyoit bonnement qu'un homme de Noé.

qui corpiloit, étoit fort au

dessus d'un homme qui pensoit. KUSTER, (Ludolphe) né à Ayant trouvé un Traité philoBlomberg dans le comté de Lippe sophique dans la boutique d'un en 1670, du premier magistrat libraire , il le rejeta en disant : de cette ville , se distingua de « Ce n'est qu'un livre de raisonbonne heure par l'étendue de sa nement : Non sic itur ad astra.» mémoire. Après avoir achevé Il étoit d'ailleurs d'un naturel l'éducation des enfans du comte doux et paisible ; mais comme il de Schwerin, premier ministre n'avoit pas lu dans le grand livre du roi de Prusse , il voyagea en du monde , ses manières étoient Angleterre et en I'rance. De re- un peu rebutantes. Ses ouvrages tour à Berlin , le monarque Prus- les plus estimés sont : I. une sien le fit son bibliothécaire ; Édition de Suidas , à Cambridge, mais le séjour de cette ville lui en grec et en latin , en 1705, étant désagréable , il se retira en formant trois vol. in- fol. Cet Hollande. Réduit à une extrêine ouvrage demandoit une prodimisère , il se rendit à Paris, où gieuse lecture : l'auteur n'épargna l'abbé Bigion , son ancien ami, rien pour le rendre parfait en l'invitoit de venir. Les sollicita- son genre. C'est aussi la meiltions de son protecteur, jointes leure édition que nous ayons du aux réflexions qu'il avoit faites Lexicographe Grec. L'université sur la nécessité de reconnoitre de Cambridge récompensa l'édiune Eglise dont l'autorité infail- teur, en le mettant au nombre

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

de ses inembres. La littérature pas de le maudire et de blaspirtu grecque étoit ce que Kuster posa mer contre sa puissance. Ceci séiloit le mieux. Il regardoit l'His- pendants comme ils le croient toire et la Chronologie des mots méchant, il faut bien se le rena grecs , (c'étoient ses expressions dre · favorable ; ils élèvent donc ordinaires), cortime tout ce qu'il dans une grande plaire une coy avoit de plus solide pour un

lome qu'ils enveloppent de hailsavant. II.' Bibliotheca novorum

lons; toutes les fois qu'ils passent Librorum, cinq vol. in-8°: Jour- devant cette colonne, ils y jettent nal assez médiocre, du moins aux un inorceau de poisson ou quelyeux de nos littérateurs François. qu'autre aliment, et ont soin de il

conimença en avril 1697 , et ne point Cileillir de fruits et de finit avec l'année 1699. L'auteur ne tuer aucun animal dans le vois'ét it associé , pour ce travail, sinuge : ils croient par ces petites Henri Sike. III. Historia critica attentions

9 prolonger leur vier Homeri , 1696, in-8°, curieuse. Au reste , ils n'offrent jamais à Il se cacha , dans ce livre et dans leur divinité que ce qui ne leur est le précédent, sous le nom de boi à rien, les nageoires, par Neocorous, qui signifie en grec, exemple, et la queue des poissons, Sacristain. Kuster a la tiême si- ou quelqı antrechose qui ne pourgnification en allemand. IV.Jam- roit servir à leur nourriture. blicus, de vitii Pithagoro , à Amsterdam , en 1707 , in-4. V. 20

KYPLE, (Jean ) homme vum Testamentum, en grec, 1710,

bienfaisant d'Angleterre , dont le Amsterdam , in-fol. avec les va- nom mérite de passer à la postériantes de llill, augmentées et

rité. Il étoit né à Hoss, petit rangées dans un ordre méthodi- bourg de la province d'Héreford, que. VI. Une belle édition d'A- et il mourut en 1724, à

90 ristophane en grec et en latin, Avec un revenu de 500 guinées imprimé d'abord à Oxford en seulement il fit plusque beaucoup 1708, et ensuite à Amsterdain de princes : il défricha des terris, en 1710, in-fol. Voyez I. ARIS- pratiqua des.chemins favorables

au commerce, batit in Temple,

nourrit les pauvres de son canKUTCHU, (Mythol.) princi- ton, entretint une maison dc pal Dien des habitans du Kamts- charité, dota des filles , mit des chatka qui lui reprochent sans orphelins en apprentissage, cesse d'avoir fait les montagnes lagea et guérit des malades , trop escarpées et les torrens trop appaisa les différends de ses voirapides , de faire tomber trop sins. C'est le célèbre Pope qui a de pluie et d'exciter les tempe- fait connaitre ses vertus dans so!! tes : dans tous les accidens qui Epitre morale sur l'emploi des leur arrivent, ils ne manquent richesses:

[ocr errors]

ans.

[ocr errors]

TOPHANE.

soul

et

Fin du Tome sixième.

« PreviousContinue »