Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen;

Front Cover
Chez les libraires associés, 1779 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 191 - C'étoit la faifon la plus reculée, où les vaifleaux duflent partir du Canada. Alors on convertiflbit tous ces papiers en lettres de change , qui devoient être acquittées en France par le gouvernement, qui étoit cenfé en avoir employé la valeur. Mais la quantité s'en étoit tellement accrue, qu'en 1754 le tréfor du prince n'y pouvoit plus fuffire , & qu'il fallut en éloigner le paiement.
Page 155 - Il eft aifé de penfer que de pareilles nations ne pouvoient pas être auffi douces, auffi foibles que celles du midi de l'Amérique. On éprouva qu'elles avoient cette activité , cette énergie qu'on trouve...
Page 159 - L'air & la terre, dont l'humidité contribue fi fort à la végétation, leur donnent peu de chaleur pour la génération. La même fève qui couvre les campagnes de forêts & les arbres de feuilles, y fait croître chez les hommes, comme chez les femmes, de longues chevelures , ijjSés, épaifles, fortes & tenaces. Des hommes qui n'ont guère plus de barbe que les eunuques, ne doivent pas abonder en germes reproductifs.
Page 150 - Après s'être condamnés mutuellement aux flammes de l'enfer , ils s'égorgèrent à la voix de leurs Prêtres , qui ne crioient que fang & que vengeance. Enfin , le généreux Henri toucha l'âme de fes fujets.
Page 149 - L'hiftoire offre plus d'un exemple, où l'on peut Ibupçonner que ce n'eft pas la choie qui a fait le mot , mais le mot qui a fait la chofe. L'expédition du brave de Gourgue n'eut pas d'autres fuites. Soit qu'il manquât de provifions pour refter dans la Floride ; foit qu'il prévît qu'il ne lui...
Page 183 - Que deviendrons-nous, fi nous réulïïflbns à chafler les François? Ce peu de mots prononcés avec un air de myftere & d'inquiétude, rappella promptement à tous les efprits leur premier fyftême , qui étoit de tenir la balance égale entre les deux peuples étrangers , pour aflurer l'indépendance de la nation Iroquoife.
Page 156 - ... trop meurtrières. Eft-on convenu de la trêve ou de l'union ? On s'en donne mutuellement le gage , par des colliers de porcelaine. C'eft une efpece de coquillage ou de colimaçon.
Page 157 - ... humaine. Quand on fait conduire un canot , battre l'ennemi , conftruire une cabane , vivre de peu , faire cent lieues dans les forêts , fans autre guide que le vent & le foleil , fans autre...
Page 147 - Efpagnols l'avoient parcourue en 1512, mais fans s'y établir. On ne fait lequel admirer le plus, ou du motif qui les engagea dans cette découverte, ou de celui qui la leur fit abandonner.
Page 179 - Elle les droit du nord de notre hémifphere : mais en trop petit nombre pour que l'ufage en fût étendu. Le caprice & la nouveauté leur ont donné plus ou moins de vogue, , depuis que l'intérêt des colonies de l'Amérique 9 voulu qu'elles priflent faveur dans les métropoles.

Bibliographic information