Preussische Jahrbücher, Volume 40

Front Cover
Georg Stilke, 1877 - Europe
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 649 - Je ne parle point, dans ce moment, de l'honnêteté ni de la vertu; mais, ne considérant simplement que l'intérêt des princes, je dis que c'est une très-mauvaise politique de leur part d'être fourbes et de duper le monde : ils ne dupent qu'une fois, ce qui leur fait perdre la confiance de tous les princes. Une certaine puissance, » en dernier lieu, déclara dans un manifeste les raisons de sa conduite, et agit ensuite d'une manière directement opposée.
Page 213 - Cependant, malgré des désordres partiels et de légères déviations, l'Europe s'avançoit vers la perfection où le christianisme appelle les peuples comme les individus , lorsque la réforme vint subitement arrêter ses progrès , et la précipiter dans un abîme où elle s'enfonce tous les jours , et dont nous ne connoissons pas encore le fond.
Page 652 - Conserver le rôle d'honnête homme avec des fourbes est chose bien périlleuse; être fin avec des trompeurs est un parti désespéré, dont la réussite est fort équivoque. Que faire, donc ? La guerre et la négociation : Voilà justement ce que fait votre très humble serviteur et son ministre.
Page 612 - Réflexions politiques sur quelques écrits du jour et sur les intérêts de tous les Français...
Page 652 - Enfin, nous avons affaire d'un côté aux gens les plus têtus de l'Europe, et de l'autre aux plus ambitieux. Conserver le rôle d'honnête homme avec des fourbes est chose bien périlleuse; être fin avec des trompeurs est un parti désespéré, dont la réussite est fort équivoque. Que faire, donc...
Page 213 - On parle souvent des analogies de la Révolution et la Réforme ; tâchons de les résumer. La Révolution part de la souveraineté de l'homme ; la Réforme de la souveraineté de Dieu. L'une fait juger la révélation par la raison ; l'autre soumet la raison aux vérités révélées. L'une débride les opinions individuelles ; l'autre amène l'unité de la foi. L'une relâche...
Page 604 - Il s'était d'abord emporté sur des dénonciations; mais, revenant à sa raison, il comprit que j'étais de cette race qui n'est bonne que sur un premier plan, qu'il ne fallait me mêler à personne, ou bien que l'on ne tirerait jamais parti de moi.
Page 609 - Si Napoléon en avait fini avec les rois il n'en avait pas fini avec moi. Mon article, tombant au milieu de ses prospérités et de ses merveilles, remua la France...
Page 604 - Il n'y avait point de place vacante; il en créa une, et la choisissant conforme à mon instinct de solitude et d'indépendance, il me plaça dans les Alpes ; il me donna une république catholique avec un monde de torrents : le Rhône et nos soldats se croiseraient à mes pieds, l'un descendant vers la France, les autres remontant vers l'Italie, le Simplon ouvrant devant moi son audacieux chemin.
Page 213 - Réforme, lit-on dans le second chapitre de l'Essai sur l'indifférence ne fut elle-même, dès son origine, qu'un système de philosophie anarchique, et un monstrueux attentat contre le pouvoir général qui régit la société des intelligences. Elle fit reculer l'esprit humain jusqu'au paganisme...

Bibliographic information