Page images
PDF
EPUB

NANTES.

IMP. VINCENT FOREST ET ÉMILE GRIMAUD, PLACE DU COMMERCE, 4.

1

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[blocks in formation]

IMP. VINCENT FOREST ET ÉMILE GRIMAUD, PLACE DU COMMERCE, 4.

Dunning Nijhoff 2-9-27 13603

LES DU VAUBOREL

Normands et Bretons *.

II

MANOIRS, CADETS, FILLES NOBLES.

Au commencement du seizième siècle, en Normandie comme en Bretagne, la Noblesse presque tout entière est aux champs et s'y plaît. Les preuves de cette assertion se trouvent à la fois dans les registres des paroisses, où sont consignés les mariages, baptêmes et décès des résidants; dans les titres de propriétés où la demeure des contractants est toujours énoncée. Quelles mines précieuses pour déterminer exactement l'état des personnes, combler les lacunes et battre en brèche les préjugés! Lisons attentivement et notons à mesure.

Chaque groupe rural renferme une ou plusieurs' maisons

* Voir la livraison de janvier 1886.

1. En 1513, la paroisse de Bais en Bretagne compte 19 maisons nobles. (Voir Une paroisse de l'arrondissement de Vitré, par l'abbé J.-M. Guet.)

Les registres de ladite paroisse prouvent que la plupart de ces manoirs étaient alors habités par leurs nobles possesseurs. Ils relatent, en effet, les mariages, naissances et décès des de Cornillé, de Pouez, de Béru, de la Cigoigne, de Teillays, de Châteaugiron, de Montalembert, de la Jonchée, de Poys, etc. Au siècle suivant, le Bois-Mellet, Beauvais, Villescot, sont encore occupés par les de la Vallette, de la Hune; au 18', les manoirs sont déserts et passent en partie aux mains du Tiers-État. — Les Léziart forment une légion dans les paroisses de Livré, Mecé, Parcé, etc., et résident en leurs manoirs de la Marchelays, de la Lezardière, du Vauhoudin, du Chantier, etc. (Voir Mœurs et coutumes des familles bretonnes, t. II.)

« PreviousContinue »