L'Esprit des journaux françois et étrangers, Volumes 3-4

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

248f svlr in of - hinten

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 96 - Si l'on nous parle de la part de ces gens-là, nous n'écouterons rien; si c'est de la vôtre , nous écouterons , mais nous irons droit notre chemin ; ainsi si l'on veut que vous nous fassiez dire quelque chose , ne vous gênez pas. Soyez tranquille sur votre sûreté ; nous n'existons que pour vous servir, nous y travaillons...
Page 118 - Louis XVI et ses conseils pourront néanmoins fournir, s'ils le jugent à propos , des défenses verbales qui seront recueillies par les secrétaires de l'assemblée, et ensuite présentées à la signature de Louis XVI.
Page 105 - ... ou elle serait sans énergie, sans action pour faire exécuter la loi ; dans tous les cas, il n'y aurait plus de liberté. Ce n'est donc pas pour l'intérêt du roi, mais pour l'intérêt même de la nation, que le roi doit être inviolable. On convenait cependant que cette inviolabilité était menaçante pour la liberté, mais on prétendit y remédier par la responsabilité des ministres. Voilà par quels sophismes on cherchait à égarer la...
Page 123 - ... de sa qualité de premier fonctionnaire public; il pouvait, comme chacun des autres citoyens, se coaliser avec les ennemis de la patrie, leur fournir des secours, leur envoyer le numéraire de la France ; il pouvait luimême se mettre à la tête d'une armée, en diriger les forces contre la nation ; il pouvait à la tête d'une armée, faire égorger les citoyens; il pouvait en un mot, comme un autre particulier méchant et corrompu, commettre tous les attentats dont il s'est rendu coupable.
Page 56 - Hélas ! il ne vécut pas jusqu'au lundi ; et ce fut le vendredi que le plus exécrable des parricides rendit nos pères orphelins , et fit verser à toute la France des larmes qu'une révolution de près de deux siècles n'a pas encore pu tarir.
Page 3 - Saint-Yves , pour toute la France, au prix de 27 liv. pour Paris, & de 33 pour les Provinces , rendu franc de port par-tout le Royaume.
Page 71 - Celle d'Auguste fut la bonté d'un politique qui n'a plus d'intérêt à commettre des crimes; celle de Vespasien fut souillée par l'avarice et par des meurtres ; celle de Titus est plus connue par un mot à jamais célèbre, que par des actions ; celle des Antonins fut sublime et tendre; mais une certaine...
Page 109 - XVI; vous n'avez pas même envisagé en cela sa personne : il n'était roi que par le bienfait d'une constitution monarchique; il a tout naturellement cessé de l'être par le premier élan de la nation vers une constitution républicaine. » Mais on vous contestera même la possibilité de condamner Louis XVI à une peine ; on vous rappellera la...
Page 130 - ... âmes des bonnes gens (ceci fait nombre) se rallient et s'encouragent. Je le sais, toutes les conspirations seraient écrasées par la souveraineté nationale, dont le peuple français ne se départira plus, par cette divine liberté qui doit anéantir toutes les tyrannies de l'univers; mais les troubles momentanés qu'on veut éviter seraient inévitables; et la faction royale, qu'on ne doit pas avoir à détruire deux fois, nécessiterait encore une large effusion de sang dans la République.
Page 131 - ... interprétations et les subtilités , est formelle illégalement sur l'échafaud, rien ne sera plus sacré, ni les lois ni les personnes , pour la classe d'hommes perdus qui vont au crime comme les héros à la victoire : les innocens de la famille ci-devant royale seront égorgés , et les meurtriers exécrables appelleront cet attentat contre la justice éternelle un grand service rendu à la nation ! Ils lui en rendront d'autres plus importans encore dans le même genre; ils nommeront , factieux...

Bibliographic information