Œuvres de Robespierre

Front Cover
F. Cournol, 1866 - France - 346 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 272 - Déclaration des droits de l'homme et du citoyen LE peuple français, convaincu que l'oubli et le mépris des droits naturels de l'homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a résolu d'exposer dans une déclaration solennelle ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous les citoyens, pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer et avilir par la tyrannie; afin que le peuple ait toujours devant les yeux...
Page 275 - Il ya oppression contre le corps social lorsqu'un seul de ses membres est opprimé. Il ya oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.
Page 101 - Oui, je vais conclure, et contre vous; contre vous qui, après la révolution du 10 août, avez voulu conduire à l'échafaud ceux qui l'ont faite ; contre vous qui n'avez cessé de provoquer la destruction de Paris ; contre vous qui avez voulu sauver le tyran; contre vous qui avez conspiré avec Dumouriez; contre vous qui avez poursuivi avec acharnement les mêmes patriotes dont Dumouriez demandait la tête...
Page 336 - La liberté et la vertu sont sorties ensemble du sein de la divinité : l'une ne peut séjourner sans l'autre parmi les hommes. Peuple généreux, veux-tu triompher de tous tes ennemis, pratique la justice, et rends à la divinité le seul culte digne d'elle. Peuple, livrons-nous aujourd'hui , sous ses auspices, aux transports d'une pure allégresse : demain, nous combattrons encore les vices et les tyrans ; nous donnerons au monde l'exemple des vertus républicaines, et ce sera l'honorer encore.
Page 271 - Les citoyens, dont les revenus n'excèdent point ce qui est nécessaire à leur subsistance , sont dispensés de contribuer aux dépenses publiques ; les autres doivent les supporter progressivement selon l'étendue de leur fortune.
Page 154 - Peuple, toi que l'on craint , que l'on flatte et que l'on méprise; toi, souverain reconnu, qu'on traite toujours en esclave , souviens-toi que partout où la justice ne règne pas, ce sont les passions des magistrats , et que le peuple a changé de chaînes et non de destinées.
Page 325 - Et d'ailleurs, qu'y at-il entre les prêtres et dieu ? Les prêtres sont à la morale ce que les charlatans sont à la médecine.
Page 271 - Ceux qui font la guerre à un peuple pour arrêter les progrès de la liberté et anéantir les droits de l'homme, doivent être poursuivis par tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des assassins et des brigands rebelles.
Page 123 - Robespierre dans son rapport sur les principes de morale politique qui doivent guider la convention nationale dans l'administration intérieure de la république...
Page 323 - Tel laboureur répandait la lumière de la philosophie dans les campagnes, quand l'académicien Condorcet, jadis grand géomètre, dit-on, au jugement des littérateurs, et grand littérateur au dire des géomètres...

Bibliographic information