Page images
PDF
EPUB

સામે જો

Le 25, jour de la fête de St. Louis, les princes & princeffes, les feigneurs & dames de la cour, les ambaffadeurs & miniftres des cours étrangeres, eurent l'honneur de rendre leurs refpects au roi, à l'occafion de la fête de S. M. Plu fieurs morceaux de mufique furent exécutés à fon leyer par fes muficiens ordinaires, fous la conduite du Sr. d'Auvergne, furintendant de la mufique de la chambre du roi, en furvivance du Sr. Francœur.

Le 26, L. M., accompagnées de la famille royale, ainfi que des feigneurs & dames de la cour, affifterent, dans la grand'falle du château, à la repréfentation du Connétable de Bourbon, tragédie du Sr. Guibert, auquel L. M. ont témoigné leur fatisfaction: la mufique guerriere des entre- actes, & celle qui tient à cette piece, font de la compofition du Sr. Berton, maitre de la mufique du roi, chargé de la conduite de ce fpectacle.

Le 27, le corps de ville de Paris ayant été conduit à l'audience du roi, avec les cérémonies d'ufage, les Srs. Roéttiers & Angelefme de St. Sabin, nouveaux échevins prêterent le ferment, dont le Sr. de Malesherbes, miniftre & fecrétaire d'état, fit la lecture, ainfi que du fcrutin, qui fut préfenté par le Sr. de la Bourdonnais de Braffac, maitre des requêtes. Le corps de ville eut enfuite l'honneur de rendre fes refpecs à la famille royale.

Le même jour 27, Mme. la princeffe de Piémont partit du château de Verfailles pour fe rendre à Choify, accompagnée de Mme, Elifabeth de France, de la comteffe de Marfan, gouvernante des enfans de France, & de la comtefle de Breugnon, fous-gouvernante, & des marquifes de So. rans & de Bonnic, nommées par le roi pour accompagner dans fon voyage cette princeffe, fui- vie d'un détachement des gardes-du-corps de S.

M. & des officiers de fa maifon, qui doivent la fervir jufqu'au moment où elle aura joint fes pro• pres officiers. L. M., ainsi que la famille royale, fe rendirent le même jour à Choify, d'où Mme. la princeffe de Piémont repartit le lendemain pour aller coucher à Nemours. Cette princeffe, regrettée univerfellement, & deftinée à faire le bonheur du prince auquel elle eft unie, acquittera la France de fa dette envers le Piémont, pour le préfent ineftimable qu'il lui a fait de Madame, & de Mme. la comteffe d'Artois.

Leurs Majeftés revinrent le 28, avec la famille royale, au château de Verfailles.

Le 2 de ce mois, Monfieur eft parti avec Madame pour se rendre à Chambery. Ce prince voulant difpenfer du céremonial, les endroits par lefquels il doit paffer, voyage incognito fous le nom de comie d'Alençon.

Le Sr. Lemarié d'Aubigny, ci-devant confeiller maitre des comptes de Paris, a eu l'honneur d'être préfenté au roi en qualité d'avocat - général de cette même cour, par le garde de fceaux de France..

Le Sr. Courrejolles a eu l'honneur de prélenter au roi un nouvel inftrument de physique qui, obferve le tems, & qui en tient compte de telle. forte que les phyficiens qui font des obfervations météorologiques, n'auront plus befoin de s'en occuper. Cet inftrument, appellé Météorologue ou Météorographe, tint note de tous les mouvemens de l'atmosphere pour toutes les heures de la nuit & du jour. Celui qu'il a préfenté au roi, eft appliqué à un baromêtre.

PARIS (le 7 Septembre. Il paroit un édit du roi, donné à Verfailles au mois d'Août, portant fuppreffion des offices de receveurs des tailles, & création d'offices de receveurs des impositions, fans porter néanmoins aucune atteinte aux droits

[ocr errors]

appartenans à ceux qui font pourvus actuellement des offices de receveurs des tailles, à ceux qui ont été reçus en furvivance, ou qui, ayant l'agrément, ont fait commettre, en attendant leur majorité, à l'exercice de ces charges, dont ils continueront de jouir leur vie durant.

Un fecond édit, du 18 du même mois, rétablit 4 offices d'huiffiers au parlement de Paris.

On a publié plufieurs arrêts du confeil d'état du roi. Le premier, du 8 Juillet, proroge pendant 5 années, l'attribution donnée aux Srs, intendans & commiffaires départis dans les provinces & généralités du royaume, par l'arrêt du 7 Avril 1771, concernant la police du roulage.

Le 2e., du 24 du même mois, ordonne qu'à l'avenir, les villes, corps, communautés, hôpię taux, & provinces, ne pourront être autorifés à faire des emprunts, qu'en deftinant un fond annuel aux rembourfemens des capitaux.

Le 3e., du 26, caffe & annulle deux arrêts du parlement de Paris, des 12 & 19 Juillet 1775, * & ce qui s'en eft enfuivi, & ordonne que l'or donnance du bureau des finances du 5 dudit mois de Juillet 1775, portant évocation d'une procé dure criminelle encommencée àla juftice de Vaux, contre l'inspecteur & les ouvriers commis par les ordres de S. M. à la fabrication du pavé dans les bois de Vaux, fera exécutée felon fa forme & teneur.

Le 4e., du 1er. Août, ordonne une impofition annuelle, à commencer en 1776, de la fomme de 800 mille livres; fçavoir, celle de 721 mille 905 liv. fur les pays d'élection, & celle de 78 mille 95 liv. fur les pays conquis, pour être employée aux travaux du canal de Picardie & de celui de Bourgogne, de la navigation de la Charente, & autres ouvrages de cette nature, def tinés aux progrès de la navigation.

Le roi, toujours occupé du bonheur de fes peuples, ayant cru devoir changer la forme de l'adminiftration des meflageries & diligences, adoptée fous les regnes précédens, il a été rendu 5 arrêts du confeil d'état, en date du 7 Août, qui font tous relatifs à cet objet.

Le Ier. réunit au domaine de S. M. les privileges concédés par les rois, fes prédéceffeurs, pour les droits de carroffes, diligences & meffageries du royaume, & fait très-expreffes défenfes à tous conceffionnaires, poffeffeurs & fermiers de s'immifcer dans l'exercice defdits privi leges, à compter des jours qui feront fixés par des arrêts particuliers qui leur feront notifiés un mois à l'avance. Le 2e. réunit également au domaine du roi le privilege accordé pour l'établiffement des voitures de la cour & de celles de St. Germain, & révoque les baux paffés en vertu defdits privileges.

Le 3me.commet les Srs. de Boullongne, confeiller d'état ordinaire & au confeil royal, intendant des finances; Boutin, conseiller d'état & intendant des finances; Dufour de Villeneuve, confeiller d'état ; & les Srs. de Meulan d'Ablois, Raymond de Saint-Sauveur, de Colonia & Feydeau de Brou, maitres des requêtes, pour procéder aux liquidations ordonnées par les arrêts de ce jour, aux anciens fermiers des diligences & meffageries du royaume, y compris les voitures de la cour, Saint-Germain, & les meffageries qui en dépen

dent.

Le 4me., nomme pour adminiftrateurs, les Srs. Bernard, de St. Vidlour, Jacquinot, Raguel, Royer & Morambert, qui, fous le nom de Dénys Bergaut, dont ils font cautions, feront chargés de l'adminiftr. tion générale des meffageries, carrofies & diligences dans toute l'étendue du royaume.

[ocr errors]

Le sme., auquel eft annexé le tarif qui fera fulvi à l'avenir, fert de réglement fur les diligences & meffageries. Il nous a paru trop intéreflant pour ne pas le rapporter en entier.

Extrait des regiflres du confeil d'état.

Le roi s'étant fait repréfenter l'arrêt rendu en fon confuil céjourd'hui 7 Août, par lequel S. M., en réuniffant dans fa main les meffageries qui faifoient ci-devant partie du bail des poftes, & les droits de carroffes & de quelques metfageries, poffédés par différens particuliers, à titre d'engagement, concelhon ou autrement, s'eft réfervé de preferire les regles à fuivre pour l'adminiftration defdites diligences & meffageries, de déterminer les obligations de ladite administration envers le public, & celles du public envers elle; de fixer le tarif des prix à payer, foit pour les places dans lefdites diligences, foit pour le port des Hardes, argent & autres effets; s'étant fait pareillement représenter le réfultat de fon confeil de ce jour, par lequel elle a chargé de ladite régie & adminiftration Denys Bergaut & fes cautions, S. M. a vu avec fatisfaction, que ledit établissement préfente à fes fujets des avantages multipliés; que fi la néceffité de conferver dans toute fon intégrité les revenus qu'elle tire des diligences & meffageries, s'oppofe au defir qu'elle auroit eu de fupprimer dès à préfent le privilege exclufif qui leur eft accordé, les principes qui feront fuivie par la nouvelle ́ adminiftration, les commodités qui en réfulteront pour les voyageurs & négocians, la célérité & le bas prix des tranfports devant lui affarer bientôt une préférence décidée : S. M., dès que ledit fervice fera entierement & folidement établi, pourra, fans diminuer les revenus qu'elle tire defdites diligences & meffageries, & ceux qu'elle doit en attendre, fe livrer aux mouvêmens de fon affection paternelle pour fes peuples, les fouftraire audit privilege exclufif: S. M. a penfé. qu'en attendant qu'elle puiffe leur procurer la totalité des avantages qui doivent en résulter, il eft de fa bonté de prendre les mefures les plus promptes pour en régier le fervice, & pour faire jouir fes fujets des commodités qu'il doit leur procurer dès les premiers tems de fon établiffement. A quoi voulant pourvoir: oui le rapport du Sr. Turgot, confeiller ordinaire au confeil royal, * Septembre, 1775, ae, quinz. C

&

« PreviousContinue »