Page images
PDF
EPUB

Maroc est une guerre non- seulement de terre , mais même de mer; qu'il ejt nécelaire que

les command dans des vaisseaux du roi de Maroc soient dans cette perfuafion , pour qu'ils se conduisent en conséquence, & ne soient pas étonnés

que

les commandans de guerre du roi, en vertu des ordres pofitifs dont ils sont chargés depuis la rupture ouverte entre les deur puissances , les traitent comme ennemis partout ils les rencontreront.

On a reçu depuis peu de Monte-Video l'avis qu'au mois d'Avril dernier, les Portugais étoient venus attaquer cette place avec une escadre de .cinq vaisseaux, & des troupes de débarquement; mais que notre gouverneur avoit réulli , non-seulement à les mettre en fuire, mais aussi à couler à fond un vaisseau ennemi. A l'occasion de cette hostilité, on a levé à Buenos-Ayres II mille hommes de troupes , qu'on a joints à mille des anciens, & dont une partie sera pour la défense de cette colonie, & l'autre employée dans une expédition contre les Portugais dans la colonie du St. Sacrement.

[ocr errors]

FRANCE,

VERSAILLES (le 5 Septembre.) Le roi ayant jugé à propos de remettre en regle l'abbaye de Beaupré, ordre de citeaux, filiation de Morimond en Lorraine, s. M. y a nommé Don Bernard Malin, ci-devant prieur de cette maison. Ele le a accordé en même tems , les entrées de la chambre au comte de Beauteville , ci-devant son ambassadeur en Suiffe.

Le prince de Rohan-Guémené, commandant des gendarmes de la garde du roi en survivance, a eu l'honneur de prêter serment entre les mains de S. M. le 20 du mois dernier, pour la place de grand-chambellap , sur la démission de Mgr. le duc

[ocr errors]

de Bouillon, auquel le roi en a accordé la survie yanice.

Le inême jour, le comte de Viry, ambassadeur extraordinaire du roi de Sardaigne, s'étant rendu ici , y présenta à Mine. Clotilde , au nom du roi fon maitre, & du prince de Piémont, une parure completie très-riche de diamans,

Le 21, le comte de Viry fut conduit & reçu ici dans le même ordre & avec les mêmes céré. monies que lorsqu'il fit la demande publique de Mine. Clotilde. Il defcendit d'abord dans la salle des ambaladeurs, & s'étant rendu ensuite chez Monsieur, il accompagna ce prince chez le roi, & complimenta S. M.

Le roi , précécé de Monsieur , accompagné de les principaux officiers, &, du prince de Condé, se rendit, vers midi & demi, dans la chapelle du château. S. M., devant laquelle les deux huil. siers de la chambre portcient leurs maffes, étcic aufii accompagnée de ses principaux officiers ; le maitre & l'aide des cérémonies marchoient devant elle, à la tête du cortege. La reine suivoit, accompagnée de ses dames d'honneur & d'atours, & des dames de son palais. Mme. la princesse de Piémont, à laquelle Mgr. le comte d'Artois donnoit la main, éroit fuivie de la comtelle de Marsan , gouvernante des enfans de France, & marchoit après la reine. Madame, Mme. Elisabeth, suivie de la princesse de Guémené, aussi gouvernante des enfans de France en survivance, Miae. Adélaïde, Mme. Victoire & Mme. Sophie, aufli accompagnées de leurs dames d'honneur & d'atours & des dames qui doivent les accompa-, gner, suivoient la reine. Mademoiselle & Midaine la princesse de Lamballe marchoient ausli à la suite de la reine. En arrivant à la chapelle, L. M. s'étant avancées jusqu'au prie-dieu, Monsieur & Mine. la princesse de Piémont fe mirent à genoux fur deux

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

carreaux placés sur les marches qui montent au far cluaire. Mgr. le comte d'Artois, Mme. Elisabeth, Mme. Adélaïde, Mme. Victoire & Mme. Sophie allerent fe placer aux deux côtés de L. M., dans leur rang ordinaire.

Le cardinal de la Roche-Aymon ,' grand aumo. nier , fortit de la sacristie au moment où L. M. arriverent à la chapelle, & alla présenter de l'eau bénire au roi & à la reine, . Il monta ensuite à l'autel, & prononça un discours relatif à la cérémonie. L. M., ainsi que la famille royale, s'ap procherent de l'autel. Le comte de Viry, ambalsadeur extraordinaire de S. M. Sarda, étoit entré dans la chapelle quelque tems avant L. M., & avoir été placé entre le prince de Marsan & le Sr. de Tolozan, introducteur des ambassadeurs, fur une forme à la droite du roi. Cet ambassadeur s'approcha aussi de l'autel pour être témoin du mariage.

Le cardinal de la Roche-Aymon en commença la cérémenie par la bénédiâion de 13 pieces d'or & d'un anneau d'or ; il les présenta à Monsieur, qui mit l'anneau au quatrieme doige de Mme. la princesse de Piémont, & lui donna les 13 pieces d'or en foi de mariage.

Le cardinal ayant demandé à Monsieur si, com: me procureur du prince de Piémont, il prenoit Mme. Clotilde pour femme & légitime épouse, ce prince, avant de répondre oui, le tourna du côté du roi, & lui fit une profonde révérence. La princeffe ne fit aussi la même réponse qu'après en avoir demandé la permission à LM., ainsi que cela s'étoit pratique le jour des fiançailles.

Les cérémonies du mariage ayant été achevées, Mme. la princefle de Piémont & Monsieur ayant reçu la bénédidion nuptiale, L. M. revinrent à leur prie-dieu, & le cardinal de la Roche-Aymon commença la mesle, pendant laquelle la musique

[ocr errors][merged small][ocr errors]

du roi exécuta un motet de la composition du Sr. Matthieu , maitre de musique de la chapelle du roi en semestre.

Après l'offertoire , Mme. la princesse de Piémont alla à l'offrande , ainsi que Monsieur. A la fin du Pater, l'ancien évêque de Limoges, premier aumônier, & l'abbé de Beaumont, aumônier de quartier du roi , étendirent & loutinrent au-dessus de la tête de Mme la princesse de Piémont & de Monsieur, un poële de brocard d'argent, & ils ne l'ôterent qu'après que le cardinal de la Roche-Aymon eut achevé les prieres ordinaires.

Après que la meffe fut finie, le cardinal de la Roche-Aymon s'approcha du prie-dieu de L. M., & leur présenta les registres ordinaires des mariages de la paroisse , qui avoient été apportés par le Sr. Allard, curé de fa paroisie du château, qui avoit affifté à la cérémonie du mariage , ainsi qu'à celle des fiançailles. Le roi, la reine , Monsieur Madame, Mgr. le comte d'Artois, Mme. la princesse de Piémont , Mme. Elisabeth, Mme. Adélaide , Mme. Vi&toire , Mme. Sophie, & le prince de Condé signerent sur les registres ; après quoi L, M. , accompagnées comme elles l'avoient été en allant à la chapelle , retournerent à leurs appartemens, avec le même ordre qui avoit été observé en y allant.

Vers les six heures du soir , L. M. accompagnées de la famille royale & des princes & princesses qui avoient assisté à la cérémonie du ma. riage, pafferent dans la grande galerie , où elles tinrent appartement,' & jouerent à différens jeux.

Leurs Maj. se rendirent ensuite dans le fallon qui avoit été préparé à la salle de spectacle, pour le festin royal, & y souperent à leur grand cou

avec la famille royale. Mademoiselle & la princesse de Lamballe eurent aussi l'honneur de fouper avec L. M. ·

[ocr errors]

vert

La musique du roi exécuta, pendant le feftin royal, plusieurs morceaux de symphonie sous la conduite de Sr. d'Auvergne, lurintendant de la musique de S. M.

Le 22 , Madame la princesse de Piémont reçut les complimens des ambassadeurs, qui se rendirent chez elle en corps. Le corps de ville de Paris, ayant à la tête le duc de Collé, gouverneur de Paris, eut aussi l'honneur de complimenter S. A.R., à qui il fut présenté par le Sr. de Malesherbes, ministre & secrétaire d'état , & de lui offrir les présens d'usage en pareille circonstance. Le Sr. de la Michodiere, prévôt des marchands , porta la parole au nom du corps de ville.

Le même jour 22, vers le 6 heures & demie du soir , Leurs Majestés, accompagnées, comme la veille, de la famille royale, du prince de Condé, de Mademoiselle & de la princesse de Lamballe , le rendirent dans le sallon qui avoit été préparé pour le bal paré sur le théâtre de la salle de fpe&acle, qui, d'après les ordres du maréchal duc de Dos ras, premier gentilhomme de la chambre du roi en exercice , avoit été décoré avec la plus grande magnificence. La cour fur erès-nombreuse & trèsbrillante ; Monsieur & la reine ouvrirent le bal, & Mgr. le comte d'Artois dansa le second menuet avec Mme. la princesse de Piémont.

Le 23, l'abbé Gaston, premier aumônier de Mgr. le comte d'Artois , donna la bénédicion nuptiale, dans l'église paroisliale de St. Louis, à 12 jeunes filles de cette ville; qui ont été dotées d'une somme de 600 liv. chacune, par le conseil de Mgr. le comte d'Artois, à l'occalion de la naissance du duc d'Angoulême. En sortant de l'église, les nouveaux inariés, précédés de la musi, que du régiment des gardes luiles, se rendirene à l'appartement de Mgr. le duc d'Angoulême, & dînerene ensuite à une table de 60 couverts, sous une tente préparée à cet effet..

[ocr errors]
« PreviousContinue »