Almanach des Muses: 1765-

Front Cover
Claude Sixte Sautreau de Marsy, Vigée (M., Louis-Jean-Baptiste-Étienne), Marie Justin Gensoul
Delalain, 1787 - French poetry
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 55 - arbitre, tu languis. cher Abbé : je vois, malgré tes foins, que ton triple menton, l'honneur de ton Chapitre, aura bientôt deux étages de moins. Efclave malheureux du chagrin .qui te dompte, tu fuis un repas qui
Page 113 - annonce d'un Dieu l'éternelle exiftence; on ne peut le comprendre, on ne peut l'ignorer. La voix de l'Univers annonce fa puiflance
Page 268 - pas même celle de blâmer ceux qu'on voit un peu trop aimer Ou leurs erreurs , ou leur maîtrefle ! 'Adieu ; puis-je me confoler par 'votre amitié noble
Page 113 - un jour. Vois ton Dieu dans ton père, un Dieu veut ton amour. Que celui qui t'inftruit te foit un nouveau père
Page 242 - cacher, quand on n'a que fon cœur. Vous ferez comme moi, quand vous aurez mon âge, Archevêques, Abbés, empourprés Cardinaux, Princes, Rois,
Page 56 - ce n'eft pas Vivre, felon moi. Quelques femmes toujours badines, quelques amis toujours joyeux, peu de Vêpres, point de
Page 229 - la nue-; d'autres fois, pour montrer ma flexibilité , je m'agite en ployant mes rameaux à ta vue* A tout ce beau
Page 248 - un fruit étranger, que toujours quelque ver en fecret vient ronger ; par-tout de la douleur j'y trouve les images. l'amour a
Page 247 - dans une paix profonde , je n'entends plus mugir les tempêtes du monde. Le monde a
Page 247 - du ciel, habiter le ciel même, que j'aime à voir tes pas empreints dans ces

Bibliographic information