Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen;

Front Cover
Chez les libraires associés, 1779 - France - 648 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 421 - SI DONNONS EN MANDEMENT à nos âmes & féaux Confeillers les Gens tenans notre Cour de Parlement à Aix , que ces préfentes ils ayent à faire lire , publier & regiftrer , & le contenu en icelles garder , obferver & exécuter félon leur forme & teneur : Car tel eft notre plaifir ; en témoin de quoi nous avons fait mettre notre fcel à cefdites Préfentes.
Page 413 - A ces caufes & autres à ce nous mouvans, de l'avis de notre confeil & de notre certaine fcience, pleine puiflance & autorité royale, nous...
Page 315 - ... passionnés. Le principe de l'éloquence du barreau est donc que le juge a besoin d'être éclairé , non d'être ému. Cette règle a pourtant quelques exceptions. La première, lorsqu'il s'agit d'apprécier la moralité des actions , d'en estimer le tort , l'injure , le dommage , de déterminer leur degré d'iniquité ou de malice, et de décider à quel point elles sont dignes devant la loi de sévérité ou d'indulgence , de châtiment ou de pardon. Dans ces causes, la loi, qui n'a pu tout...
Page 458 - ... car tel est notre plaisir. En témoin de quoi nous avons fait mettre notre scel à cesdites présentes. Donné à Versailles, le vingt- troisième jour de mars, l'an de grâce mil sept cent vingt-huit , et de notre règne le treizième.
Page 318 - ... commode pour la mauvaise foi des plaideurs. Vous vous êtes chargé là d'une bien mauvaise cause , disait un juge à un avocat célèbre ! J'en ai tant perdu de bonnes, répondit l'avocat , que j'ai pris le parti de les plaider sans choix et telles qu'elles se présentent.
Page 319 - Divinité même, semblent devenir mortelles et périssables par la contagion de notre fragilité : immuables en elles-mêmes , elles changent par rapport à nous ; comme nous , on les voit naître , et , comme nous, on les voit mourir.
Page 422 - LOUIS , PAR LA GRACE DE DlEU , Roi DE FRANCE ET DE NAVARRE , A nos âmes & féaux Confeillers , les Gens tenant nos Cours de Parlement , Maîtres •des Requêtes ordinaires de notre Hôtel , Grand-Confeil , Prévôt de Paris , Baillifs , Sénéchaux , leurs Lieutenans Civils , & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra : SALUT.
Page 316 - Patru, ayant rendu au moins douteuse la clause de l'acte qui faisait leur titre , et réduit les juges à ne savoir que penser de la volonté du donateur , mit à leurs pieds les malheureux captifs à la rédemption desquels était destinée la modique somme qu'on leur disputait sur une...
Page 92 - Ormuz, dont elle recevoit des loix. Ces conquérans la perdirent dans la fuite , & elle éprouva depuis un grand nombre de révolutions. ThamasKoulikan la rendit à la Perfe , à qui elle avoit appartenu. Ce fier ufurpateur avoit alors le plus vafte plan de domination.
Page 555 - Ces refus attirans , l'écueil des fages mêmes ; Et la Nature enfin , y voulut renfermer Tout ce qui perfuade , & ce qui fait aimer. En prenant ce tiflu que Vénus lui préfente , Junon n'étoit que belle , elle devient charmante.

Bibliographic information