Page images
PDF
EPUB

44

LET TRE
De Meffieurs les
ETATS GENERAUX

Des Provinces Unies, à la Reine de la Grande
Bretagne, que Mr. de Borfele leur Envoyé
Extraordinaire lui prefenta dans une Au-
dience particuliere le 6. de Juin 1712.

Près toutes les

Votre

A Majefté àj données pendant le cours

de fon glorieux Regne, de fon grand zéle pour le Bien public, & de fon attachement à la caufe commune des Hauts Alliez; après tant de marques, qu'Elle a eu la bonté de Nous donner de fa pretieuse affection, & de fon amitié pour nôtre République; & après les affurances réiterées, "qu'Elle Nous a données & fait donner tout recemment des fes intentions de faire agir fes Troupes contre l'Ennemi commun, auffi long-temps que la Guerre ne fera pas terminée par une Paix générale; il eft impoffible que nous ne foyons furpris & touA 3

chez

[ocr errors]
[ocr errors]

chez des deux Déclarations que nous venons de recevoir, l'une après l'autre, de la part de Vôtre Majefté: La premiere par le Duc d'Ormond, vôtre Général, de ne pouvoir rien entreprendre fans vos nouveaux Ordres: l'autre par l'Evêque de Bristol, vôtre Plénipotentiaire au Congres d'Utrecht, de ce que Vôtre Majefté, voyant qué Nous repondions fi mal aux avances qu'Elle Nous auroit faites, & que Nous ne voulions point concerter avec fes Miniftres au fujet de la Paix, Elle feroit fes affaires à part; & qu'Elle eftimoit de n'être plus dans aucune obli gation, quelle qu'elle puiffe être, à notre égard.

Dés que nous avons été avertis de ces Déclarations, nous avons envoyé nos or dres à nôtre Miniftre, qui à l'honneur de rélider auprès de Vôtre Majefté, de lui réprefenter les raifons de nôtre furprise & les conféquences de ces Déclarations; & de la prier avec tout le respect que nous avons toûjours eu, & que nous conferverons toûjours pour fa Perfonne Royale, de vouloir donner d'autres ordres au Duc d'Ormond, afin qu'il puiffe agir avec tou te vigueur, fuivant la raifon de Guerre, & d'avoir la bonté d'entrer à nôtre égard,

dans

1.

dans d'autres fentimens, que ceux que l'Evêque de Bristol a déclarez à nos Plénipotentiaires à Utrecht.

Mais plus nous faifons attention à ces Déclarations, plus nous les trouvons im portantes, & plus nous en apréhendons les fuites: C'eft pourquoi nous avons crû ne pouvoir nous difpenfer de nous Adreffer directement à Vôtre Majefté, par cette Lettre, espérant qu'Elle y voudra bien donner l'attention que nous nous promettons, tant de fa grande prudence & fagesfe, que de fon zéle fi renommé pour le bien public, & particulierement de fon amitié & affection accoûtumée pour nous & pour nôtre République..

Nous proteftons avant toutes chofes qu'ayant toûjours eu pour Vôtre Majefté une véritable amitié, auffi bien qu'un trés grand refpect, & un attachement fincere à tous fes interêts, avec un défir ardent de vivre avec V. M. dans une parfaitement bonne intelligence & union, Nous avons encore les mêmes fentimens, & nous les conferverons toûjours, ne fouhaitant rien plus, que d'en pouvoir donner à V. M. des preuves les plus convaincantes.

Après-quoi nous prions V. M. de vou
A 4

loir

[ocr errors]

loir refléchir, fuivant fes grandes lumieres,
fi nous n'avons pas jufte fujet d'être furpris
de voir arrêter, par un ordre de la part de
V. Majefté, donné à nôtre infçu, les ope-
rations de l'Armée des Alliez, la plus belle
& la plus forte qui peut-être foit entrée en
Campagne pendant tout le cours de la
Guerre, & pourvûë de tout le néceffaire
pour agir avec vigueur, & cela après qu'el
le avoit marché, fuivant la résolution prife
de concert avec le Général de V. M.
comme en présence de celle des Ennemis,
avec une grande fuperiorité, tant en nom-
bre qu'en qualité de Troupes, animées d'un
noble courage & ardeur de bien faire; de
forte que fuivant toutes les aparences hu-
maines, avec l'affiftance Divine, que nous
avons reflentie fi clairement dans tant d'au-
tres occafions, on auroit, foit par une Ba-
taille, foit par des Siéges, pû remporter
de grands avantages fur l'Ennemi, rendre
la Caufe des Alliez meilleure, & faciliter.
les Négociations de la Paix.

Nous nous flatons bien de l'esperance que le Duc d'Ormond a donnée, que dans peu de jours il attendoit d'autres ordres; mais nous voyons cependant avec douleur une occafion des plus belles paffée, dans

l'incertitude fi elle fera bien auffi favorable ci-après, puis qu'on laiffe aux Ennemis le temps de fe fortifier & de fe précautionner, pendant que l'Armée des Alliez refte dansl'inaction, & confumant les Fourages tout à l'entour, ôte à foi-même les moyens de fubfifter à l'avenir, dans des lieux, où, fuivant les projets, les operations fe devroient faire 9 ce qui pourroit rendre impoffibles ci-après les entreprises, qui feroient fort praticables préfentement, par ou toute la Campagne peut être renduë infructueuse, au préjudice ineftimable de la cause commune de tous les Hauts Alliez.

Certainement, quand nous confiderons l'Armée, telle qu'elle eft, compofée des Troupes de V. M. & des autres Alliez, jointes ensemble d'un commun concert, pour agir au plus grand avantage & avancement de la caufe commune; & les affurances que V. M. nous a données par fes Lettres, par fes Miniftres & dernierement fon General le Duc d'Ormond, de fes par intentions de faire agir fes Troupes avec leur vigueur ordinaire; comme auffi les engagemens dans lesquels V. M. eft entrée, non feulement à nôtre égard, mais auffi, tant féparément que conjointement A S

2.

avec

« PreviousContinue »