Page images
PDF
EPUB

&

terruptio Ruptu- mitié, Ruptu- mitié, ou rupture fuboriantur, entre les Couronnes de L L. Majeftez (ce qu'à Dieu ne plaife, ) il fera donné pour lors un terme de fix mois après ladite rupture aux fujets des deux parties, & habitans qui demeureront dans les Etats de l'une & de l'autrePartie, enforte qu'ils puiffent fe retireravecleurs familles, biens, marchandises, & facultez, & les transporter ou bon leur femblera. Comme auffi qu'il leur fera permis alors de vendre & d'aliener leurs biens meubles & immeubles librement, & fans aucun trouble; Que pendant ce tems ils ne feront retenus ni

mo

rave

(quod Deus avertat,) tum Terminus fex Menfium poft dictam Rupturam, utriufque partis Sub. ditis in alterius Ditione commorantibus, dabitur, quo recipere fefe unà cum Familiis,Bonis, Mercimoniis, & Facultatibus fuis, eafque afportare licebit quoquoverfum ipfis placuerit; Sicut & iis permiffa tunc erit Venditio & Alienatio Bonorum fuorum, Mobilium Im mobiliumque rum, liberè & abfque ullâ Interturba tione; Nec eorum Bona, Res, Merces, & Facultates, nedum ipfimet Afre

re

sto,

[ocr errors]
[ocr errors]

fto, vel manus Injectione, interea temporis detinendi vel infeftandi funt; Bonâ quinetiam interea promptâque Juftitiâ fruentur, utentur alterutrinque Subditi, quo currente dicto Spa tio Semeftri, Res & Facultates fuas, tam publico quam privatis concreditas, recuperare poffint.

III. Conventum quoque & ftatutum eft, quod Subditi & Incolæ Regnorum, Provinciarum ? & Ditionum utriufque Regiæ Majeftatis, nullos in pofterum exerceant inter fe

moleftez, par arreft ni par faifie de leurs effets, biens, marchandifes, & facultez, ni de leurs perfonnes, & de plus il fera rendu aux fujets de part & d'au tre une bonne & prompte juftice, en forte qu'ils puissent en profiter pour retirer dans ledit efpace de fix mois leurs effets, & leurs facultez confiez tant aux particuliers qu'au public.

III.

On eft auffi convenu, & il a été arrefté que les sujets & habitants des Royaumes, Provinces, & Etats de L L. Majeftez n'exerceront à l'avenir aucuns actes d'hoftilité

ni 'violences les uns contre les autres, tant fur Mer que fur Terre, fleuves, Riviéres, & rades, fous quelque nom & pretexte que ce foit, enforte que les fujets de part & d'autre ne pourront prendre aucune Patente,commiffion,ou inftruction pour armemens particuliers & faire la course en Mer, ni Lettres vulgairement appellées de reprefailles de quelques Princes ou Etats Ennemis de l'un ou d'autre, ni troubler, molester, empêcher, ou endommager en quelque maniere que ce foit, en vertu ou fous pretexte de telles Patentes,com

mif.

* Hoftilitatis A&tus &

Violentias, nec Mari, nec in Fluviis, Fluminibus, Portubus, aut Stationibus, fub quocunque nomine aut prætextu, ita ut Subditi utriufque partis nullum Diploma,Commiffionem, vel In ftructionem pro privatis Armaturis Navalibus exercendis, neque Literas Repreffaliarum, ut vocant, aliquorum Principum aut Statuum, qui ipfis hinc inde hoftes funt, recipiant; Neque vi aut prætextu eorundem Diplomatum, Commiffionum, vel Repreffaliarum,pre dictos Magnæ Britanniæ Reginæ, aut Regis Chriftianiffi

mi

mi Subditos & Incolas, turbent, infeftent, vel incommodo Damnove ali quo afficiant, neque ejufmodi vel Armaturam exerceant, vel eà in altum procedant; In quem finem toties quoties requiritur ab utraque parte, in omnibus utriufque partis Regionibus, Dominiis, & Ditionibus quibufcunque, Pro hibitiones ftrictæ & expreffæ renoventur & publicentur, Ne hujufmodi Commiffionibus,vel Literis Repreffaliarum ullo modo utatur, fub pœnâ atrociffimâ, quæ contra Violatores infligi poffit, præter Reftitutionem & plena

quis

riam

[ocr errors]

miffions, ou Lettres de reprefailles, les fujets & habitans fufdits du Roy Très Chrêtien ou de la Reine dela Grande Bretagne, ni faire ces fortes d'armemens, ou s'en fervir pour aller en Mer; Et feront à cette fin toutes & quantes fois qu'il sera requis de part & d'autre dans toutes les Terres, Pays, & Domaines quelsqu'ils foient, tant de part que d'autre, renouvellées, & publiées des deffenfes étroites & expresses d'ufer en aucune maniére de telles commiffions ouLettres de reprefailles, fous les plus grandes peines qui puiffent

être

[ocr errors]

être ordonnées contre les infracteurs, outre la reftitution & la fatisfaction entiere, dont ils feront tenus envers ceux auxquels ils auront caufé quelque dommage; Et ne feront données à l'avenir par l'un defdits Alliez au préjudice & au dommage des fujets de l'autre, aucunes lettres de repréfailles, fi ce n'eft feulement au cas de refus ou de délai de juftice, lequel refus ou délai de juftice ne fera pas tenu pour veriffié, fi la requefte de celuy qui de mande lesd: repréfailles n'eft communiqué au Ministre, qui fe trouvera fur les lieux de la part du

riam Satisfactionem iis præftandam, quibus damnum aliquod intulerint, nec ullæ in pofterum Repreffaliarum Literæ ab alterâ dictorum Foederatorum parte concedentur in alterius Subditorum. Detrimentum aut Incommodum, nifi eo tantum Cafu, quo Juftitia denegata eft aut dilata; Cui Denegationi aut Dilationi fides non habebitur, nifi Libel lus Supplex ejus qui prædictas Repreffa lix Literas poftulaverit, communicatus fit Miniftro, qui à parte Principis illius, contra cujus Subditos illæ danda funt, eo loci refidebit, ut intra qua

tuor

« PreviousContinue »