Page images
PDF
EPUB

gue de la Reyne, adjoûtant que Sa Ma jesté avoit jugé néceflajre pour plus grande seureté de la Barriére , que l'Estat auroit Garnison à Mons, comme dans les autres Places de la Barriére.

Que Sa Majesté avoit taché de disposer la France à ceder Condé, mais que ses efforts ont esté infructueux.

Qu'à l'égard de l'Empire il n'y auroit aucun changement dans ce qui estoit compris dans la Harangue de la Reyne, ny à l'égard de l'Empereur, si non que Sardaigne

doit être donnée à l'Electeur de B1viere; que le Duc de Savoye doit avoir la Sicile, & que Sa Majesté requiert la concurrence de l'Estat en tout ce qui regar. de l’Electeur de Baviere , & d'obliger l'Empereur à consentir à la Neutralité pour P'Italie, & de retirer ses Trouppes de Can talogne.

Qu'il demandoit deplus , que les Plénipotentiaires de l'Estat à Utrecht, fussent pourvûs de pleins pouvoirs pour pouvoir d'abord conclure le nouveau Traité de Barriére, & que Sa Majesté demandoit for tout, une prompte, & positive résolution, & réponse de L L. H. P.P. pour pouvoir terminer cette grande Négociation , &

pour

L: 3

pour procurer une bonne, & ferme Paix, & pour renouveller une éternelle amitié, & Union entre les Royaumes de Sa Majesté & de cet Estat.

Que ledit Sr. Comte Strafford avoit ensuite délivré au Sr. Greffier Fagel, Copie du Project du nouveau Traité de Garantie pour la Succession, & la Barriére alleguée dans fa proposition & adjoûtant, que quoy qu'il fût chargé de la communiquer enfemble avec l'Evêque de Bristol aux Srs. Plénipotentiaires de LL.HH. PP. à Utrecht, qu'il le vouloit pourtant faire icy, parce qu'on gagneroit par là du temps, & que İL. HH. PP. pourroicnt d'autant plustôt inftruire la dessus; & lesdits Srs. Députéz ont présenté ledit Projeđ , tel qu'il est inseré

cy

deflous. Que pour ce qui regarde les Articles réparez, ledit Sr. Comte Strafford avoit dit au dit Sr. Greffier Fagel, qu'on auroit entierementôté le premier, parce qu'il pa.. roisoit par la Déclaration que LL.HH. PP, avoient faite du temps que le Roy de Prusse étoit en Hollande, qu'Elles s'en étoient défiftécs; que pour ce qui regardoit le second, la Reyne vouloit qu'il palCât tel qu'il est.

Sur

Sur quoy ayant esté déliberé, il a cité trouvé bon, & arrefté, qu'il sera envoyé Copie dudit Project, aux Srs. Estats des respectives Provinces, & qu'ils seront priez de déliberer la deflus tout au plâtôt, & de qualifier, & authoriser leurs Députez, de résoudre la dessus de commum concert, & deliberation avec les Srs. Députez des respectives Provinces, comme il sera trou. vé être du service de l'Etat.

Fiat Insertio.

Plus-Bas.

Accordé avec lessusdits Régiffres

.

A la Reine de la Grande - Bretagne.

Madame, i nous avons pris quelque temps pour dé

liberer sur les propositions que le Comte de Strafford, vôtre Ambassadeur Extraordinaire & Plénipotentiaire nous a faites, après son retour icy, nous esperons que la conftitution de nãtre Gouvernement aussi bien que l'importance des affaires dont il s'agit nous servira d'excufe, & que le peu de retardement qui pouroit être causé par

que

nos Déliberations sera abondamment com. pensé par la droiturc de nos sentiments, &c par la Résolution que nous venons de prendre, de nous attacher plus fortement jamais à vostre Majesté.

Avant toutes choses nous nous trouvons obligez de remercier vostre Majesté des ouvertures qu’Elle nous a fait donner

par

le dit Comte de Strafford, & des affûrances non moins obligeantes que fortes, qu'il y a ajoûtées,tant du délir de vôtre Majesté de procurer une bonne Paix pour toute l'Europe, comme aussi pour la scureté & mesme pour l'augmentation de notre Etat, que de son intention d'établir une bonne, ferme, & durable Amitié, & Correspondance pour Elle, & ses Successeurs avec notre République. Ces aslúrances nous ont esté entiérement agréables, puisque nous ne fouhaittons que la Paix, telle que toute l'Europe en puisse joüir par le retablissement & l'affûrance de son repos, que dans cette Paix nous n'avons pour nostre Estat en vûë que la Conservation de nos droits , & nôtre sûreté, & point d'autre augmentation, & agrandissement que celui qui nous est néceslaire pour cette conservation , & fûreté.

Et

Et puisque sur tout, nous n'avons rien fi fortement à ceur, comme nous l'avons témoigné cy devant à Votre Majesté & le repetons encore, que de serrer plus fortement qu'il sera possíble,les noeuds de bonne amitié, & d'union entre votre Majesté, ses Successeurs , & nôtre République, pour les rendre indisolubles, & perpetuels, nous avons crû n'en pouvoir donner aucune preuve plus éclatante , ni plus ellentielle qu'en déclarant, ainsi que nous le Déclarons présentements que nous sommes resolus de nous joindre à vostre Majesté pour entrer dans les melures, qu'Elle a prises pour la Paix, & la conclure, & signer conjointement, en mesme temps avec Elle, comme aussi de prendre avec votre Majesté de nou. veaux engagements sur la Succession & la Barriére, d'en faire un Nouveau Traité & de la conclure & ligner mesme avant la Paix.

Nous ne doutons point qu'après cette déclaration solemnelle', Vôtre Majesté ne foit convaincuë de la Gncerité de nos senti. mens, tant à l'égard de la Paix , qu'à l'égard des liaisons qui nous peuvent unir plus fortement à Elle. Cependant, nous Esperons, Madame, que vous voudrez permettre

que

ܐ ܝܠ

« PreviousContinue »