Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen;

Front Cover
Chez les libraires associés, 1782 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 627 - C'est moins un livre que des matériaux pour orner un livre. On lut avidement ce petit recueil ; il accoutuma à penser et à renfermer ses pensées dans un tour vif, précis, et délicat. C'était un mérite que personne n'avait eu avant lui en Europe, depuis la renaissance des lettres.
Page 644 - ... elle l'accorda à tous. Pour lors Rome ne fut plus cette ville dont le peuple n'avait eu qu'un même esprit, un même amour pour la liberté, une même haine pour la tyrannie, où cette jalousie du pouvoir du sénat et des prérogatives des grands, toujours mêlée de respect, n'était qu'un amour de l'égalité. Les peuples d'Italie étant devenus ses citoyens, chaque ville y apporta son génie, ses intérêts particuliers, et sa dépendance de quelque grand protecteur.
Page 561 - Il faut que les affaires aillent, et qu'elles aillent un certain mouvement qui ne soit ni trop lent ni trop vite. Mais le peuple a toujours trop d'action, ou trop peu. Quelquefois avec cent mille bras il renverse tout; quelquefois avec cent mille pieds [il ne va que comme les insectes.
Page 630 - Ce qu'on nomme libéralité n'est le plus souvent que la vanité de donner, que nous aimons mieux que ce que nous donnons.
Page 559 - ... les constituants peuvent en tout temps démentir, désavouer et révoquer les représentants qui les trahissent, qui abusent de leurs pleins pouvoirs contre eux-mêmes, ou qui renoncent pour eux à des droits inhérents à leur essence...
Page 626 - Retz , & ce qu'il attribue à une irréfolution naturelle qu'il ne fait comment expliquer. 11 eft aifé , ce me femble, de trouver dans le caractère de M. de la Rochefoucauld une caufe plus vraifemblable de cette conduite. Avec fa douceur naturelle , fa facilité de mœurs , fon goût pour la galanterie , il lui étoit difficile de ne pas entrer dans quelque parti, au milieu d'une Cour où tout étoit parti, & où l'on ne...
Page 639 - Après avoir détruit les armées d'un prince, ils ruinaient ses finances par des taxes excessives, ou un tribut, sous prétexte de lui faire payer les frais de la guerre : nouveau genre de tyrannie, qui le forçait d'opprimer ses sujets, et de perdre leur amour.
Page 629 - Nous nous persuadons souvent d'aimer les gens plus puissants que nous, et néanmoins c'est l'intérêt seul qui produit notre amitié. Nous ne nous donnons pas à eux pour le bien que nous leur voulons faire, mais pour celui que nous en voulons recevoir.
Page 508 - Suisses prennent les postes dans les rues et au palais, que l'on a coutume de prendre , lorsque les rois vont au parlement ; en sorte que tout se fasse avec la sûreté et la dignité convenables. Après que mon testament aura été ouvert et lu, le maréchal de...
Page 552 - Répréfailles feroient condamnables, lors même qu'une Déclaration de Guerre ne le feroit pas ; & ce font précifément ceux dans lesquels les Nations peuvent avec juftice prendre les armes. Lorsqu'il s'agit dans le différend , non d'une voie de fait , d'un tort reçu , mais d'un droit contefté 5 après que l'on a inutilement LI V.

Bibliographic information