Page images
PDF
EPUB

DE FRANCE

2677

8886

PIÈCES FUGITIVES

EN VERS ET EN PROSE.

[ocr errors]

DI S T I QUE
Au sujet du Bal que nous ont donné nos

Frères d'Armes de Paris, sur les débris
de la Bastille.

UT

[ocr errors]

AurrerOTS

EFOIS dans ces murs la honte de la

France,
On y trouvoit la mort ! aujourd'hui..... l'on y

danse.
( Par M. Pasquet, Aide - Major dans

[ Armée Patriotique Bordeloise , &
· Député à la Fédération generale. )

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

A M. DE DURFORT, proclamé, pour la

troisième fois, Généraliffime des Troupes Patristiques Bordeloifis & de plusieurs Sénéchauffées.

sois toujours

Tous
OUS Dos ecurs t'ont nommé!...

notre Guide;
Contre fes ennemis défends la Liberté.
Rival de La FAYETTE , & nouvel Aristide,

Dans notre paisible Cité,
Grace à tes soins, la gaîcé brille.

Ah! sois bien sûr que, pour jamais,
LA FAYETTE & DURFORT seront chers aux

Français : Mon Général!... c'est un droit de famille. (Par M. Pasquet, Aide - Major du

Régiment de Sainte-Eulalie.)

FABLE DU CHIEN DE PROCRIS, Tirée du VII. Livre des Métamorphoses

d'Ovide : c'est Céphale qui la racorite.

Carmina Laides non intelleéta priorum ,
Solverat ingeniis , &c.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

LORSQU'@DIPE, interprète lieurcux & se

coura' le,
Eut çénétré le Sphynx, long temps impé écrable ,
Et qu'oublient enfia ses déccurs captieux,
Ce Monstre , aux pic.'s du roc

eur péri fous les
yux;
Fléau non moins terrible, une Hyenne sauvage
Remplit les champs Thébains d'horreur & de ra:

vage,
Et
vengea

de Thér.is les oracles obfcurs.
La Jeunesie à l'envi s'assemble lors des murs ;
Un long tissu de rers, sinueux labyrinthe,
Autour de l'ennemi forme unç triple enceinte.
Mais bravant le darger, la bête à nos segards
Franchit d'un saut léger les filets & les dards.
On découple les chiens : eile échappe ; & plus vite,
Plus prompte qu'un oiseau, les trompe & les évite.
On demande Léiape; on l'appelle à grands cris:
C'étoit le nom du chien donné

par

Procris.

ini

و

Déjà le cou tendu , luttant contre fa cliaine ;
Lélape impatient la souffroit avec peine.
Il part;

I'æil suit , le cherche, & ne le trouve pas
Oa devine sa course aux traces de ses pas.
Une pierre à la fronde échappe moins rapide ;
Moins rapide est le vol d'une Aèche Numide.

[ocr errors]

Il est une hauteur d'oui l'æil domine au loin ;
Là, de leur course agile immobile témoin,
Je me plais à les voir, avec même vitesse,
L'un fans ceffe affaillir , l'autre éviter sans cesse.
Elle faute , il boadit; elle tourne , il revient :
Elle échappe, il la preffe; on diroit qu'il la tient
Il ne tient rien : la guculs avide de bicilures,
Redouble dans les airs d'inutiles morfurcs.
J'ai recours à mon dard (1) : au moment que mos

doigts
Le balancent en l'air, je regarde & je vois
En marbre transformés & Lélape & fa proie.
Il semble que toujours l'une fuit, l'autre aboie.
Sans doute arbitre alors entre ces deux rivaux,
En adresse, en vigueur, un Dieu les juge égaux,

( Par M. de Saint-Ange )

[ocr errors]
[ocr errors]

(1) On sait que ce dard , présent de Diane , & que Céphale avoit reçu de Procris, étoit toujours sûr de ses coups.

Ce Livre 7c., actuellement fini , n'attend pour être publié qu'un moment plus tranqui!'s & plus farorable à la poésie.

On trouve les 6 premiers chez Moutard, Impr-Libro , rue des Mathurius ; & chez Valeyre l'aîné, rue de la Visille-Boucleris.

« PreviousContinue »