Page images
PDF
EPUB

Recuit et

décapage.

Passage

sur 8mm 71, de 9mm.56 sur 7mm.95. Il a en moyenne 8.91 de diamètre. En comparant l'aire de la section du barreau avant et après le passage, on trouve qu'il s'allonge de manière à avoir 14,42 fois sa longueur primitive.

Ainsi la pièce ayant environ 50 centimètres prend une longueur de 7 à 8 mètres. (1).

On fait recuire ce barreau à feu nu, puis on le met dans l'acide sulfurique très étendu d'eau, pour le décaper. ( La proportion est d'un lit. d'ac. sulf. concentré pour 240 lit. d'eau.) Il y reste environ 12 heures; après quoi on le retire, on le lave dans la rivière et on le sèche promptement sur un brasier.

Dans cet état, la pièce est portée dans les à la filière ateliers de la tréfilerie proprement dite.

et recuits.

Voici dans quel ordre on passe le barreau pour le réduire en fil du diamètre le plus petit que l'on obtienne en Comté, c'est-à-dire de omm.50 environ.

1o. On passe dans deux trous de filière; puis on donne un recuit dans une marmite en fonte: diamètre du fil, 6mm.

2o. On passe encore dans deux trous de filière; puis on donne un second recuit dans une marmite diamètre du fil, 5mm.

:

(1) Ces mesures ont été prises dans une tréfilerie de Franche-Comté. Il paraît que l'alongement peut aller jusqu'à 18 fois et même davantage dans quelques usines. Alors il faut donner une grande vitesse aux cylindres, sans quoi le fer se refroidit, et les derniers passages consomment beaucoup de force. On amène ainsi les barreaux jusqu'au diamètre de 5 millim.: pour cela on les engage simultanément dans 3 et 4 cannelures; le passage total ne dure qu'une minute et demie.

3o. On passe dans quatre trous de filière, puis on donne un troisième recuit qui est le dernier : diamètre du fil, 2.50.

mm

4°. On passe dans dix trous de filière qui amènent le fil au no. 1 ou au P. P., c'est-à-dire au diamètre le plus petit, 0.50.

Chaque tour de filière allonge le fil de 0,31 à 0,32; c'est-à-dire qu'un fil de 1. avant le passage a 1.31 ou 1.32 après ce même passage dans la filière. Ainsi, pour réduire un barreau de 8.91 recuit et décapé, en un fil de oTM.50, on le fait passer par dix-huit trous de filière et on lui fait subir trois recuits.

L'opération des recuits se fait au moyen de la chaleur perdue des feux de forge. Les barreaux qui soutiennent les marmites fléchiraient, à cause de la haute température et du grand poids qu'ils supportent si on n'eût pas imaginé de se servir de tuyaux de fonte creux, à travers lesquels passe un courant d'eau (1).

Les marmites sont introduites dans le four directement au-dessus du foyer du feu de forge: on les éloigne ensuite pour les remplacer par d'autres. Il y en a trois à la fois dans le four, et on en fait passer quinze en vingt-quatre heures.

Le premier effet du recuit est d'augmenter Effets du recuit. le diamètre du fil qui lui est soumis de 0,055. Le second effet est de diminuer sa ténacité.

Un fil de 1mm. de diamètre, passé plusieurs fois à la filière, a rompu sous une charge de

52 kil.

(1) Lorsque le recuit se fait au bois, l'on consomme I stère 22 ou 3 hect. de houille environ, pour chaque recuit, par 1000 k. de fil recuit.

1

Un fil du même diamètre, passé une seule fois à la filière, a rompu sous une charge de 40 kil. Un fil recuit, du même diamètre, a rompu sous une charge de 30 kil.

Il y a ici une observation intéressante : c'est qu'avant de rompre, un fil cru ne s'allonge que de o",004, et un fil recuit s'allonge de 0,200.

Le troisième effet du recuit est d'augmenter la ductilité. L'appréciation numérique de cet effet demande une explication. L'effort nécessaire pour contraindre un fil à passer dans la filière sera d'autant plus considérable que la ductilité sera moindre, et par conséquent cet effort, qui peut être représenté par un poids, sera la mesure de la ductilité et variera en raison inverse de cette quantité.

I

Cela posé, le rapport de la ductilité, avant et après le recuit, est représenté par le rapport de 1 à 2; c'est-à-dire que si un poids de 1 kil. est capable de faire alonger un fil recuit d'une quantité déterminée, il faudra un poids de 2 kil, pour faire alonger un fil cru de la même quantité, en supposant les diamètres égaux (1).

De la force consommée par une tréfilerie.

Pour se rendre compte d'une manière com

(1) Il y a un autre effet du recuit qu'il n'est pas indifférent de constater, bien qu'il soit étranger à l'objet de ce travail, c'est la manière différente dont l'oxidation se propage sur un fil cru ou sur un fil recuit Sur le fil cru, une tache de rouille se forme, pénètre jusqu'au centre du fil et le détruit en ce point. Sur le fil recuit la tache s'étend et l'oxidation se propage par couches concentriques : cette différence d'action paraît due à l'état des surfaces.

plète de la force employée dans une tréfilerie, il faudrait connaître la force consommée par le barreau dans son passage entre les cylindres; la force consommée par le fil dans son passage à travers la filière; enfin les forces perdues dans les communications de mouvement.

Je n'ai pas résolu ce problème complètement; mais j'ai recherché la force consommée par un fil dans son passage à travers la filière.

La détermination de cette force est la partie la plus essentielle pour l'établissement de cette espèce d'usine.

fil au passage , la filière.

[ocr errors]

Lorsqu'on introduit un fil métallique dans une Résistance d'un filière et qu'on le tire au moyen d'une tenaille la puissance mécanique consommée par la filière dépend de l'alongement que l'on fait subir au fil, du poids de fil passé par seconde, et de la ductilité du métal,

Cette puissance fait équilibre à la force qu'il faut appliquer à la tenaille pour faire passer le fil.

Cette phrase est susceptible d'être traduite par une formule qui se réduit à une expression simple. Appelons la longueur du fil passé par seconde; c'est la vitesse de la tenaille;

l' longueur du même fil avant son passage; a diamètre du fil avant le passage;

b diamètre du fil après le passage;

P' le poids nécessaire pour faire passer le fil à travers la filière en produisant un alongement (abstraction faite du frottement contre les parois de la filière);

un coefficient dépendant de la ductilité; D densité du métal;

m l'alongement du fil==

[ocr errors]

La puissance mécanique de la tenaille a pour expression Pl;

Le poids du fil passé par seconde sera Dĺb2; Et l'expression de la force consommée par la

[blocks in formation]

ce qui, étant égalé à la puissance de la tenaille, donne

[blocks in formation]

1o. Le rapport de la force qui fait passer un fil à travers la filière, à la différence des carrés des diamètres avant et après le passage, est un nombre qui ne dépend que de la ductilité (1), et par conséquent qui ne varie qu'entre des limites qu'on peut déterminer, et dans des circonstances déterminées aussi.

2o, Le poids qui détermine le passage dans la filière est égal à la quantité dont le fil est alongé, multiplié par le carré du diamètre et par un coefficient dépendant de la ductilité. Ce qui revient à dire qu'un fil passé à la filière peut être considéré comme un faisceau de fils, ayant un

(1) Il dépend aussi, à la rigueur, de la densité du métal, mais comme cette densité varie très-peu, elle n'influe pas sur le résultat.

« PreviousContinue »