Page images
PDF
EPUB

taires des paftes royales, commandoit en chef Après ces poftillons venoit le corps des bouchers, habillés en brun, chapeau bordé d'argent, & cocarde rouge. Enfuite marchoit le corps des ar chers bourgeois, avec un uniforme bleu, vefte rouge, galonnée d'or, chapeau bordé d'or avec, une cocarde verte. Ils étoient, fuivis d'un corps confidérable de nos marchands, qui fe diftinguoit par la beauté de fon uniforme, qui étoit, l'habit, verd-céladon, la vefte couleur de paille, galonnée d'or, chapeau auffi galonné d'or avec une cocarde blanche: le chef de ce corps étoit le marchand Schluffer, Après ces differens corps venoient 3 fuperbes carroffes de parade, dans lefquels étoient le lieutenant- général de Lentulus de Bubdenbrock, le comte de Werthern, miniftre d'état & grand-maître de la garderobe, les généraux-majors de Sobeck & de Prittwitz, ainfi que quelques autres gentilshommes. Un détachement des gardes-du-corps, fuivi d'un conreur de la cour, fuperbement équipé, précédoit immédiatement un des carroffes. du roi, attelé de 8 chevaux, dans lequel étoient affis S. A. I. le grand-duc der Ruffie & S. A. R. le prince Henri de Pruffe. Ce carroffe attiroit les yeux de tous les fpectateurs, non-feplement à caufe des auguftes perfonnes qui l'occupotent mais auffi par la richesse des Sornemens dont il étoit décoté; on voyoit au-deffus de l'im periale une fuperbe couronne royale. Ce carrol le étoit fuivi de 3 autres non moins magnifiques, occupés par le général feld-maréchal.com Romanzow-Sadumiskoy, le général en chef comte de Soltikow, les chambellans & gentilshommes de fa chambre de S. A. 1 Mrs. Pelfkow? Närifdikin, & le prince Kurakin., Ce migainque cortege étolt ferm. par 100 hommes A régiment de Kolchenbahr, infanterie, qui

te

[ocr errors]

3

avoient eu la garde d'honneur à Weissensée; après cedétachement fuivoitum grand nombre de chariots & voitures de bagage. L'arrivée de ce brillant cortege fut amoncée par un chœur de trompettes & de timbales placé au-deffus d'un arc de triomphe édigé au-devant de la barriere de Bernau,& qui fervoit de,fignal à des décharges réitérées de l'artillerie, qui nercefferent qu'au moment que de roieut embraffé le goand-duc dans fon appartement. Toute la magiftrature de cette rélidence s'étoit raffemblée en corps près de cette barriere, où elle eut l'honneur de complimenter S. A. Imp. fur fon heureute arrivée ; M. le préfident du fénat & confeilier de guerre Philippi porta la parole. Plus, de 70 jeunes filles de cette ville, habillées partie en nymphes, partie en bergeres, s'avancerent fur une ligne vers le carroffe de L. A. Imp. & royale, & la principale eut l'honneur de présenter au grandduc une guirlande de fleurs, & quelques vers faits à la louange.ske prince reçut le tout avec les plus grandes marques de bonté. Ce magnifique cortege paffa enfuite le premier arc-de-triomphe, qui, ainfi que les autres, étoient des marques du bon goût & des connoillances de celui fous la direction duquel il avoit été conftruit. Au milieu de la principale façade de cet arc fe voyoient les génies rufles & pruffiens, qui s'embraffoient tenant chacun en leur main une corne d'abondance.; à leurs côtés ron voyoit leurs héaumes, leurs écus & autres armes, de même que les armoiries des deux états refpectifs: le tout étoit décoré de cette infcription: Fides mutua, & au deffous on lifit: Magno Rufforum Principi Ingredienti Senatus Populufque Berolinenfis Acclamant Feliciter, Die XXI Jul. 1776.

Le grand-duc de Ruffie ayant palé avec son brillant cortege fous le premier arc-de-triomphe

placé à la barriere de Bernau, arriva du pont du roi, où S. A. Imp. fut de nouveau.complimentée par une feconde troupe de jeunes filles de nos plus riches négocians, toutes habillées comme des jardinieres, Elles eurent l'honneur de préfenter à ce prince une épître, qu'il reçut avec la plus grande affabilité, & elles parfemerent de fleurs tout le chemin par où il devoit paffer. L'arc de triomphe dreffé près de ce pont étoit auffi de la derniere élégance, & digne du fouverain qui donnoit ces fêres. On voyoit fur le deffus plufieurs génies ruffes & pruffiens qui danfpient; les uns étoient armés d'un cafque & d'un bouclier, & les autres étoient ornés de fleurs autour étoiem éparses des armes, & l'on remarquoit parmi eux deux écuffons chargés des aigles ruffe & pruffien, avec cette infcription:

[ocr errors]

Ex amicitia felicitas.

D'un côté de cet arc on voyoit la déeffe du bonheur avec tous fes attributs, & de l'autre l'efperance fe repofant fur une colonne, & ayant en fa main plufieurs épis de bled, & à fes pieds une ruche à miel.

De-là tout ce pompeux cortege s'avança juf qu'au long pant, où eft placée la ftatue de feu l'électeur Fréderic-Guillaume le grand, de gloşieuse mémoire: ici l'on avoit conftruit un troifieme arc de triomphe, qui ne le cédoit en rien aux deux autres, tant pour la magnificence des décorations, que pour l'élégance de la conf truction. On lifait fur le frontispice ces mots: Vota Matris patrifque exaudita.

[ocr errors]

D'un côté l'on voyoit la ville de Berlin repréfentée par une femme, ayant une couronne civique fur la tête & une coupe en fa main, de laquelle elle verfoit une offrande fur un autel, placé à fes côtés; au pied de cet autel étoient les armes de la ville avec cette infcription:

Saluti hofpitis.

[merged small][merged small][ocr errors]

De l'autre côté fe voyoit la Sprée, répréfenfentée par un dieu, la tête couronnée de coquillages, accoudé fur fon vase, & tenant de l'au-` tre main un gouvernail antique. Au bas fe lifoit: Lætatur & Amnis.

Toute la riviere étoit couverte de bâtimens de différentes grandeurs, ornés de pavillons & de banderoles. Dès que L. A. Imp. & Roy. furent arrivées à ce pont, le grand-duc fut de nouveau complimenté par une troupe de nos principales jeunes bourgeoifes & de la colonie françoife, toutes habillées en bergeres & payfannes, & ce prince reçut, de la maniere la plus affectueufe, leur compliment de félicitation fur fon heureufe arrivée, & les vers qu'elles eurent l'honneur de lui offrir. Pendant tous ces diffé rens témoignages de refpect, l'air retentiffioit des acclamations de plufieurs milliers de perfonnes, qui, touchées de la beauté & de la ma gnificence de ce fpectacle, ne pouvoient s'empê cher de répandre des larmes de joie. Toutes les fenêtres qui donnoient fur le paffage, étoient pleines de curieux; on en voyoit même fur les toits. Mais ce qui mérite furtout l'admiration, c'eft que, malgré cette prodigieufe affluence de monde accouru en foule de tous côtés, la po lice avoit donné de fi bons ordres, & pris de f -fages melures, que toute cette pompeufe cérémonie s'eft paffée fans le moindre défordre. On avoit placé à toutes les rues qui aboutiffoient à la rue du roi, des choeurs de trompettes & de timbales, il y en avoit auffi fur les arcs de triomphe, les tours de l'églife de St. George, & fur l'hôtel-de-ville, qui, ainfi que l'artillerie, fe faifoient entendre tour-à-tour. Pendant cette allégreffe publique, le brillant cortege arriva au château, où la réception du grand-duc fe fic ainfi qu'il a été annoncé. Le roi & toute la fa

[ocr errors]

mille royale recurent ce prince de la maniere la plus rendre. Enfuite il y eut grande cour, à laquelle fe trouverent tous les officiers-généraux & de l'état-major, les miniftres d'état, ceux des puiffances étrangeres, & nombre d'autres perfon. nes de la premiere diftinction, &c.

Le grand-duc de Ruffie s'étant rendu le 24 Juillet, à l'académie royale des fciences & belles-lettres de Berlin, M. Formey, confeiller inme de S. M. Pruf., & fecrétaire-perpétuel de cette compagnie littéraire, adreffa ce difcours à S. A.I.

MON SEIGNEUR,

Si nos yeux font éblouis dans ce moment, ce n'ef pas de voir dans l'enceinte de ce, fanctuaire des mifes l'héritier d'un des premiers trônes de l'univers, & d'us trône qui acquiert tous les jours un nouveau dégré de fplendeur. Nos regards percent fort au delà de ce premier éclat qui les affecte, & pénétrent, pour ainfi dire, à travers cette atmosphere de grandeur qui vous environ ne. C'eft F'homme, bien plus que les prince, que nous admirons, que nous vénérons, que nous recevons avec les plus vifs tranfports de joie, & à qui l'entrée de nos coeurs eft bien plus ouverte encore que celle de ce lieu, Oui, Monfeigneur, dépouillée de toure grandeur, V. A. Imp. demeureroit digne de nos hommages par l'excellence de fon caractere, par la nobleffe de fes fentimens, par ce fond d'humanité qui change, des princes en divini tés, & leur mérite des autels, fur lefquels fume l'en cens le plus pur. Recevez le, Monfeigneur, cet encens; il ne reffemble en rien à celui de l'adulation. Nous ne voulons point qu'il porte à votre tête pour l'étourdir ; c'eft à votre cœur qu'il doit parvenir pour y entretenir le feu célefle dont vos yeux dardent les étincelles. Recevez en même tems nos vœux. Que le puiffant génie de Fierre le Grand guide tous vos pas, & vous falle conduire un jour au plus haut point de perfection les grandes en treprifes de ce rival de Prométhée, de ce monarque créa teur. Que l'immortelle Catherine, à qui vous devez avec le jour tout ce qui peut donner du prix à l'existence, Vous tranfmette, après avoir rempli le cours de fes hau tes deftinées, avec cet empire qu'elle a éclairé, embelli, aggrandi, je dirois prefque vivifié, cette fagella, cette

« PreviousContinue »