Page images
PDF
EPUB

me elle étoit convenable à l'économie publique, parceque fouvent, par une vanité mal-entendue, des ouvriers, & encore plus des gens de la campagne ambitionnoient comme un honneur & un premier degré à la bourgeoifie, de faire recevoir leur alle ou leur four en qualité de converfe dans un monaftere, fans s'embarraffer d'une dépenfe 4 ou 5 fois plus forte que celle qu'il fau droit pour la marier à un homme de fa condition, & par laquelle eux & leurs enfans fe trouvoient fouvent déchus de l'état d'aifance ou ils étoient.

On n'auroit pas cru qu'un fifage réglement eût trouvé la plus forte oppofition de la part des religieufes mêmes, qui devroient avoir plus que d'autres des fentimens de charité chrétienne & de la part de leurs adminiftrateurs & directeurs qui devroient les leur in pirer, fi l'on n'eût pas fait attention qu'il eft plus difficile de tirer de leurs préjugés des religieufes que toutes autres perfonnes, & que les dots ne font pas les donations les plus utiles aux couvens, mais les plus agréables aux religieufes & aux perfonnes qui dirigent leurs affaires, parce qu'elles croient qu'en les regardant comme des biens éventuels elles en peuvent difpofer à leur volonté, fans avoir égard aux circonstances & aux besoins du

Couvent.

[ocr errors]
[ocr errors]

Le grand-duc ayant été informé de cette infraction à fes ordres & voulant faire ceffer le fcandale qui en réfultoit, la députation chargée de veiller à l'exécution des loix, a enjoint, de la part de S. A. R., à tous les couvens de filles de fe conformer ponctuellement à l'édit de 1775, fous peine de fortes amendes & de punition exemplaire en cas de récidive.

Le duc de Modene a fait publier un édit à peu-près femblable à celui qui a été rendu dans ce grand duché. Il porte qu'aucune fille ne pour

ra entrer au couvent avant l'âge de 10 ans accomplis; qu'elle ne prendra l'habit de novice qu'a 20 ans, & ne pourra procéder à l'émission de les vœux qu'après l'année révolue de fon no

viciat.

On mande de Pefaro que l'on continue de réparer avec la plus grande célérité le grand chemin connu fous le nom de Via Flaminia. On ne reconnoit déjà plus cette route, qui n'offroit aux voyageurs que les horreurs de l'antiquité.

Les lettres de Monza dans l'état de Milan portent qu'on y a fupprimé un couvent de dominicains dont les religieux ont été répartis dans d'autres couvens du même ordre. Les revenus de ce monaftere ont été réunis à l'hôpital des orphelins de Milan, avec cette claufe que le magiftrat de Monza auroit le droit d'y placer à l'avenir 6 enfans de sa ville.

LIVOURNE (le 7 Août.) Le chevalier Dyck ayant donné fa démiffion de la place de conful général de la Grande-Bretagne dans les mers du levant, il eft remplacé par M. Udni, ci-devant

conful à Venite.

Suivant les lettres de l'ifle de Corfe, le comte de Marbœuf eft parti de Bastia, le 9 du mois dernier. Ce général, accompagné de l'intendant & de quelques officiers, à pris le chemin de San-Fiorenzo, pour aller s'embarquer à Calvi, & paffer de-là en France.

On apprend qu'on exécute avec toute la célérité poffible les ordres de la cour d'Espagne pour l'équipement des vaiffeaux de guerre à Cadix & à Cartagene, & pour l'embarquement des troupes, des munitions, &c. On dit auffi qu'après un grand confeil d'état tenu en préfence de S. M. catholique, on avoit envoyé un

1

exprès à l'ambaffadeur du roi à la cour de Portugal; mais on ne fait pas fi c'eft pour lui ordonner de revenir ou de faire quelque propofition. On fçait feulement que les Elpagnols du Paraguay, après les hoftilités commiles par les Portugais, fe font emparés de plufieurs bâtimens marchands dans le fleuve de la Plata, où quelques vaiffeaux de guerre des deux nations s'étant rencontrés, en font venus aux mains, mais que les Portugais ont été obligés de fe retirer. On écrit de Lisbonne que la cour avoit ordonné d'embarquer 6 régimens pour l'Amérique.

Les lettres de l'état de Venise font une peinture effrayante des effets d'un tremblement de terre qui s'eft fait fentir le 10 Juillet à Andreis,bourg du territoire d'Udine. Les fecouffes qui ont duré un quart d'heure, ont été fi fucceffives & fi violentes, que prefque toutes les maifons ont été renverfées, & qu'il s'en écroule chaque jour quelques-unes de celles qui étoient reftées fur pied. Plufieurs perfonnes ont été enfévelies fous les décombres un plus grand nombre a été bleffé, & pre que tous les animaux domestiques ont péri. L'églife paroiffiale & celle de St. Daniel, crévaffées de toutes parts, font menacées d'une ruine prochaine. Les habitans qui ont échappé à la catastrophe, font épars dans les campagnes, fans azile & fans pain. Le même tremblement s'eft fait fentir à Venise; mais il n'y a caufé aucun dommage.

D'autres lettres écrites du Frioul portent que depuis le 9 jufques au 12, différens lieux de cette province ont été détruits par des tremblemens de terre. Celui qui fe fit fentir a Meden fut fi violent, que le palais des comtes de Collenis, d'une ftructure folide & lourde, a été renversé, & ils ont été obligés de fuir. Le village de Ceulis, compofé de 50 maifons, a été détruit de fond en comble. Même dévaftation à Sequales à Monte-Reale, & dans tous les environs. Les

[ocr errors]

habitans infortunés de ces contrées errent de tous co:és au milieu des champs, & attendent de la province & de leurs voifins les confolations & les fecours que demande ce défastre.

On apprend de Ragufe que le fils du pacha d'Albanie a été attaqué & battu par les troupes que la Porte avoit fait marcher contre lui, & que, pour fe fouftraire à la fureur de fes ennemis, il a réfolu de fe refugier à Malte ou chez quelque autre puiifance chrétienne qui voudra lui donner un azile.

Un de nos négocians vient de recevoir l'avis qu'un bâtiment dulcignote, fous un faux pavillon, a attaqué & pris dans les eaux de Corfou, un navire françois, un vaiffeau ragufien, ainfi que deux autres qui ne font pas connus, & que tous les équipages ont été patiés au fil de l'épée. ESPAGNE.

MADRID ( le 28 Juillet. ) L'ambaffadeur de Portugal avoit expédié à Lisbonne un courier qui en revint le 16 de ce mois. Les dépêches dont il étoit chargé font un fecret qu'on ne pénetre pas; mais on préfume que la cour n'en a point été fatisfaite, puifque 7 régimens d'infanterie ont reçu ordre de fe rendre à Cadix où l'on affure qu'ils s'embarqueront pour l'Amé rique.

[ocr errors]
[ocr errors]

Depuis l'arrivée d'un autre courier de Verfailles, on dit que le marquis d'Ofun, ambasfadeur de France, a reçu ordre de réclamer avec toute la cargaifon, le vaiffeau dont on á déjà parlé, & à bord duquel fe trouvoit un envoyé d'Alger qui revenoit de Conftantinople. On ajoute que ce miniftre eft chargé de démander fur cet objet une réponse` politive.

CADIX (le 20 Juillet.) S. M. vient de difpo

- fer de la préfidence de la contractation des Indes à Cadix, dont étoit pourvu par interim M. de Merida, en faveur de M. Maujon, juge du Palmeo, qui eft un bureau des droits établis fur les marchandifes qu'on embarque pour les Indes.

La frégate de guerre la Ste. Gertrude vient de faire voile de cette baye pour Amfterdam, où elle transporte 200,000, piaftres fortes pour le compte de S. M., & quelques autres parties d'or & d'argent pour celui du commerce. Cette frégate doit escorter jufqu'au delà des caps deux petits bâtimens marchands de fa nation, destinés pour la Havane, & dont les chargemens confiftent en farines, vins, comestibles, & marchandifes feches.

Le vaiffeau de guerre le Poderofo, de 70 pieces de canon, a fait voile pour la méditerranée. On allure qu'il va croifer fur la côte d'Afrique du côté d'Arfen.

On apprend d'Alger, qu'on y équipe avec la plus grande célérité une efcadre de deux vaifleaux de guerre & de 6 chebecs.

CARTAGENE (le 13 Juillet. M. de Barcelo, brigadier de la marine, a fait voile avant-hier avec cinq chebecs de ce département qu'il commande, pour aller en Catalogne & à Mayorque prendre des mariniers destinés a fervice de cet arfenal.

Sept galiotes de ce département, formant deux divifions, dont une de quatre & l'autre de trois, ont fait voile de ce port le 2 de ce mois, la -premiere pour aller croiser au levant de ces côtes, & la feconde au ponent. La contrariété des tems, & le dommage caufé à une des quatre galiotes de la premiere divifion, par un écueil à fleur d'eau, fous les batteries de ce port, l'ont forcée d'y rentrer pour se radouber; mais elle a été

« PreviousContinue »