Page images
PDF
EPUB

joindrai mon drapeau , cu ils me tuercnt, & je n'aurai pas la tonie d'avoir été fait prisonnier. Mais ton armée est en déroute. = Je ne le fçais que trop; mais morbleu , fi nous avions eu un général comme le roi de Frulle, ou le prince Ferdinand, je fumerois à présent ma pipe dans l'arsenal de Perlin.

Je donne la liberté à ce François , dit le général pruffen; huffards, suivez-moi, & toi, brave grenadier , prens cette bourse , & va rejoindre ton corps. Si le roi mon maitre avoit 50 mille soldats comme toi , l'Europe n'auroit que deux louverains, Fréderic & Louis. = Je le dirai à mon capitaine, mais gardez votre argent ; en tems de guerre je ne mange de bon appétit que celui de l'ennemi ; vous, vous êtes digne d'être François ».

Si ce trait est véritable, comment est-il poflible

que ce brave grenadier soit resté inconnu ? Il seroit étonnant que le régiment dans lequel il servoit , n'eût point enrichi son histoire de cette action, & du nom de fon auteur, digne de paller à la postérité.

VIENNE (ie 26 Juillet.) Ieurs Maj. I. & R. ont disposé de la place de commandant des troupes des Pays-Bas Autrichiens, vacante par la mort du général de Bulow , en faveur du comte de Voghera, Piémontois, général de cavalerie , & chef d'un régiment de cuirassiers. Le régiment dont étoit pourvu le général deBulow a été donné au général-major de Latterman.

L'archiduc Léopold, grand-duc de Toscane, l'archiduchesse ton épouse , ainsi que l'archiduchefe Marie-Christine , & le duc de Saxe-Tefchen arriverent lè 13 au soir , au château de Schonbrun, où L. A. R. occupent les appartemens qui leur avoient été préparés. On peut mieux

[ocr errors]

sentir qu'exprimer la tendresse de cette entreyue, & de l'accueil que leur firent L. M. I., l'archiduc Maximilien, & les archiducheffes MarieAnne & Elisabeth,

Les 16 &19, la noblesse des deux sexes s'afsembla dans les appartemens de la grande-ducherse, & eut l'honneur de rendre les hommages à S. A. R. & de lui baiser la main.

L'empereur s'est rendu avec le grand-duc de Toscane à Laxembourg , afin de juger des préparatifs qui s'y font pour le camp qui se formera inceffainment dans la plaine de Monkendorff. Les troupes y feront commandées par le prince Charles de Lichtenstein , & commenceront leurs manæuvres le 1er. du mois prochain. Le camp de Pesth s'allemblera peu de tems après.

Dans la nuit du 20 au 21, & vers le matin, nous avons etsuyé, à diverses reprises, en cette ville & dans ses environs , un li violent orage, que l'on ne se ressouvient pas d'en avoir yu un pareil. Les éclairs & la foudre se succédoient avec tant de rapidité qu'il sembloit n'y avoir point d'intervalle. Le tonnerre tomba deux fois sur l'église métropolitaine de St. Etienne ainsi que sur quelques maisons particulieres des faubourgs & des villages voisins, mais sans que le feu s'y foit communiqué. Cependant, les torrens enfiés rouloient avec tant d'impétuosité que quelques-unes des maisons situées sur leurs rives furent fort endommagées.

On a publié dans tous les comtats du royaua me de Hongrie, l'abolition de toute espece de tortures. AinG les douleurs de ce supplice atroce n'arracheront plus de l'innocent soupçonné l'aveu d'un forfait dont il n'étoit pas coupable; ainsi le malheureux fouillé d'un crime qui le voue à la mort , n'en supportera pas

doublement la peine. Une expiation qui lui coûte la vie fuffit à l'exemple des contemporains : il eft trop cruel de dévancer son supplice par un supplice plus barbare. Puiffe cet exemple d'humanité ouvrir les yeux de tous les souverains , & anéantir pour jamais un usage. imaginé dans des fiecles d'ignorance & de barbarie, contre lequel la raison, la justice & l'humanité réclament de puis fi longtems!

Le 20 du mois dernier, une troupe de 26 déserteurs de la garnison de Clagenfurth dans la Baffe-Carinthie , à la distance d'un poste dans 'un endroit nommé Saint-Vite, attaqua à main arniée la diligence ou coche de Vienne, où il y avoit beaucoup d'argent, & ces coquins s'eń saisirent , ainsi que des chevaux & des paffagers, après avoir tué un huisard qui vouloit s'y opposer. Un lieutenant, pour le soustraire à leur fureur , fut obligé de le jetter dans la riviere de Gurck. On a envoyé du monde de tous côtés pour arrêter ces scélérats.

Après bien des variations sur le fort de Baffora, on apprend de la Turquie que cette place réduite aux abois par la famine, est tombée au pouvoir de l'ennemi; que plusieurs familles arabes profeflant la religion persanne se font déclarées en faveur des vainqueurs. Suivant d'autres avis , une seconde armée persanne marche droit à Bagdad, tandis qu'un corps des mêmes trou, pes fait une irruption en Arménie. La Poste cherche à cacher au peuple de Conitantinople les Tuccès des Persans, & elle a envoyé ordre a plusieurs pachas de faire avec leurs troupes une invasion en Perfe , afin de forcer l'ennemi de fe retirer.

ITALIE.

[ocr errors]

ROME ( le 20 Juillet.) Le souverain pontife nommé proto-notaire , participant hen raire,

au

[ocr errors]

le prélat Filomarino, vice-légat d'Avignon, qul
se trouve aduellement ici. S. S. a accordé l'éves
ché de Soana dans le Siennois au prélat Pie San.
ti, vicaire-général de Pienza ; celui de Marfi
au royaume de Naples, au prélat François La-
jezza', vicaire-général d' Aliffe ; celui de Forli,
Vacant par la démillion du prélar Bizzari
prélat Vignoli, ci-devant évêque de Carpentras,
& ce dernier évêché au comie Beni, auditeur
du cardinal Borghese.

Les nouveaux cardinaux n'étoient ordinairement admis dans les congrégations qu'après que le pape avoit fait la cérémonie de leur fermer & ouvrir la bouche ; mais S. S. a bien voulu dé. roger à cet usage en faveur des cardinaux Archinto & Calcagnini , qui ont été nommés membres de la congregation des évèques, laquelle ils ont affifté le 19 de ce mois.

Le St. pere s'étant rendu dernierement à l'em placement près du Vatican où l'on doit bâtir la nouvelle facristie dont on a déjà parlé, s'apperçut que la démolition des édifices alloit trop ientement ; il ordonna d'y employer un plus grand nombre d'ouvriers. S. S. voulant également accélérer la construction de cette sacristie, dont l'étendue sera assez vaste

pour

contenir une des plus grandes églises de cette capitale elle a résolu d'emprunter aux banques du mont de piété & du St. Esprit, cent mille scudi, remboursables en 20 ans. D'ailleurs, le

port

d'Ancone étant achevé, les 30 mille scudi provenant du lotto de Rome, & qui étoient destinés à ces travaux , seront désormais employés à ceux de la facriftie de St. Pierre. On fait monter à 500 mille écus romains la dépense de cette entreprise.

Le patriarche ou Cor-Evêque de la nation arménienne eft arrivé en cette capitale pour y rendre hommage au St. pere. De Constantino

[ocr errors]

ple, où il a coûtume de faire fa résidence, il s'étoit rendu à Venise pour y faire abjuration du schisme entre les mains du nonce du St. fiege auprès de la république ; il n'a entrepris ce voyage que pour donner plus d'éclat à la foumission à l'église romaine.

I.e prince Antoine Sulkowski, palatin de Gnesne, est arrivé ici avec une suite brillante & nombreuse ; il est descendu chez l'abbé Orenso, secrétaire de l'ambaffade de la religion de Matte , & agent du nouveau prince-évêque de Trente auprès du St. siege.

La récolte des bleds a été des plus abondanres dans toutes les terres de l'état ecclésiastique, & l'on croit que le froment en général rendra plus de 12 pour un.

NAPLES (le 16 Juillet. ) Le roi vient d'accorder au chevalier Jiuch, lieutenant-général & in.pecteur d'infan:erie , le gouvernement des ville : ciradelle de Gaëte , vacant par la nomination du marquis de Cortada à celui de Meffine.

Quatre galeres de Malte , commandées par le bailli de Frisari , arriveren: ici le 3 de comõis. I e 4, ce général & tous les chevaliers eurent I'honneur d'être préientés à L.M. par le bailli de Carignani, ministre pléniporen iaire de l'ordre en cette cour. Le 10, ces galeres partirent pour Malte , où elles conduisirent le bailli de Ghedes, vice-chancelier de l'ordre, & un grand nomtre de chevaliers qui doivent se trouver au chapitre général.

Le roi assiste régulieremen aux exercices des régimens de cette garnison : souvent S. M. comminde elle-même les évolutions aux deux batailJons de cadets aux volontaires de la marine & aux gardes italiennes , en présence des ambas

« PreviousContinue »