Page images
PDF
EPUB

dons permiffion de remercier très humblement V. M. de fa Harangue gracieuse, & de fa condefcendance extraordinaire, en communiquant à fon Parlement les conditions aufquelles on peut faire une Paix générale. Nous ne pouvons que témoigner nôtre entiére satisfaction du grand soin de V.M., pour affurer la Succeffion Proteftante dans la Maifon de Hanover; & de ce que V. M. poursuit conftamment en premier licu, les véritables Interêts de fes propres Royaumes, & qu'Elle tâche de procurer aux Alliez ce qui leur eft dû par les Traitez, est &qui est nécessaire pour leur feureté. Nous affurons V. M. avec toute forte de devoir & d'humilité, que cette Chambre fe repose entiérement fur la prudence de V. M., pour finir ce grand & bon Ouvrage,

Réponse de la Reine.

MYLORDS,

J

e vous remercie de tout mon cœur de vô. tre Adreffe: De la fatisfaction que vous témoignez de ce que je vous ai communiqué, ce qui contribuera beaucoup à éloigner les difficultez furvenues dans le cours de cette Négociation: Et de la con

[ocr errors]

fiance que vous mettez en Moi
pour mieux
finir ce grand Ouvrage, à l'avantage de
mon Peuple, & pour la fûreté & les inte
rêts de mes Allicz.

Bref Adreffe par le Pape an Pere le Tellier, Confeffeur du Roi Très-Chrêtien, au fujet du IV. Article de la Paix de Ryswick, le 25. Juin 1712.

rès-Cher Fils, Salut, nous eftimons connu, que

dans les Négociations qui fe font à Utrecht, il eft hautement donné atteinte aux interêts de la Religion Catholique, par ceux qui employent leurs efforts à ce que la feule' chofe qui a été réglée en faveur des Catholiques, dans le quatriéme Article de la Paix de Ryswick, foit expreffément détruite & annullée; puifque les demandes de ces Princes fur ce fujet, font non feulement déja répanduës par tout,mais publiées d'une maniére fi certaine, qu'on n'en fauroit doutër: Et nous ne doutons nullement que le Roi Très-Chrêtien, par l'autorité duquel principalement cet Article fut mis fur le tapis & réglé, n'employe tous fes foins,

avec l'ardeur & le zéle qui conviennent à fon éclatante pieté, pour rendre vains & infructueux tous les efforts des Herétlques, & faire que les Bénéfices que l'Eglife a reçûs des Rois, demeurent dans le fonds, en leur entier, & fans qu'il y foit fait aucune bréche. Néanmoins, Nous jugeons qu'outre plufieurs autres démarches par nous faites dans cette même vûë, il est néceffaire de vous exhorter, vous fur le zéle duquel nous avons confiance, en Notre Seigneur, ainfi que nous vous exexhortons par toutes les plus vives expreffions de nôtre amour Paternel, & vous conjurons que vous follicitiez puiffamment, & animiez par vos Confeils, le Roi TrèsChrêtien & fes Miniftres, à s'oppofer dans une circonftance fi preffante, aux efforts. des adverfaites des Catholiques, avec vigueur & fermeté; afin que dans les fufdites Négociations, il ne fe paffe rien au préjudice de la Sainte Religion, & de ceux qui en procurent l'avancement. Quant au refte, nous nous promettons de vôtre obéiffance Filiale envers nous, que vous ferez diligemment, avec zéle & fans délai, tout ce qui fera en vôtre pouvoir de faire pour cet effet: Surquoi nous adreffons

[ocr errors][ocr errors]

Lons continuellement nos prieres à Dieu, afin qu'il lui plaise de vous affifter, comme défenfeur de la Caufe, & tous les autres qui comme vous travaillent pour la même fin; Et pour marque de nôtre faveur Pontificale, nous vous donnons nôtre Béné diction Apoftolique.

Donne à Caftel Gandolfe le 25 Juin 1712.

La Déclararion de Mr. St. Jean, Secretaire d'Etat de la Reine de la Gr. Bret, aux Miniftres des Princes Alliez,dont les Troupes font à la folde, d'Angleterre, & avoient refufé de fuivre le Duc d'Ormond. Elle fe fit le 1 Juillet 1712,

Ue la Reine venant de recevoir des nouvelles affurées, qui lui font envifager la fituation préfente des affaires, comme reduite au point à ne s'agir plus de conditions de Paix ou de Guerre, mais de la feule question, fi S. M. aura le maniment & le fecret des Négociations de Paix, ou s'il doit paffer à Meffieurs les Etats Géné raux; & qu'à cet effet ceux ci, pour rompre les mesures qu'Elle a prifes, prétendent de ménager les Alliez, en forte que leurs Généraux en Flandre obéiffent au Prince

Tom. II.

с

Eu

Eugene, pour continuër la Guerre, & refufent de fuivre les ordres du Duc d'Ormond, en cas que la Reine trouvât à propos d'en venir à une fufperfion d'Armes - pour le bien de la Paix: Sa Majefté lui avoit ordonné de faire fcavoir aux Miniftres des Princes qui ont des Troupes en Flandres, foit entiérement à la folde de la Reine, ou conjointement avec Meffieurs les Etats, qu'Elle regarderoit un tel refus comme une Déclaration contre Elle-méme; & qu'Elle avoit refolu de ne plus payer ni Solde, ni Subfide, ni Arrérages, à ceux qui feroient un tel refus, Sa Majefté désirant que les Miniftres fufdits avertiffent, chacun de ce que deffus le Général en Chef de fon Maître : Qu'on alloit dépêcher inceffamment un Exprès au Duc d'Ormond, avec les ordres de S. M. touchant la prife de poffeffion des Places que la France avoit offert de remettre à la Reine, pour fûreté de l'éxécution du Plan propofé dans fa Harangue faite au Parlement le 17 Juin; lefquelles Places ne pouvant fe prendre dans deux années de Guerre, valoient bien mieux que celles qu'on prendroit à prefent; ce qui faifoit espérer à S. M., que les Hauts-Alliez trouveroient bien mieux leur compte en fe con-for

« PreviousContinue »