Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

sortilèges et d'enchantements; car le Seigneur a en abomination toutes ces choses, et il détruira (les Chananéens) à votre entrée dans leur pays, à cause de ces sortes de crimes qu'ils ont commis. Nec inveniatur qui ariolos sciscitetur,— nec sit maleficus, nec incantator, nec qui consulat divinos; omnia enim hæc abominatur Dominus, et propter istius modi scelera delebit eos (Chananæos) in introitu tuo. (Deut. 18.) On sait ce qui arriva à Saül (1. rois 28.) pour avoir lui-même violé l'ordonnance qu'il avait faite contre cette impiété, (en allant consulter une magicienne chez laquelle il apprit sa défaite et sa mort pour le lendemain.

»

(Les rois de France disent à leur sacre :) « je promets, au nom de Jésus-Christ, ces trois choses au peuple chrétien qui m'est sujet, 1.° que tout le peuple chrétien de l'église de Dieu conserve, en tout temps sous nos ordres, la paix véritable; en second lieu, que j'interdise toute rapacité et iniquité; en troisième lieu, qu'en tout jugement j'ordonne l'équité et la miséricorde. Je veux gouverner le royaume qui m'a été accordé de Dieu, selon la justice de mes pères : et autant qu'il me sera possible, avec la grâce de Dieu, en consolation à tout le monde.

Le roi promet aussi de conserver la souveraineté, les droits et noblesse de la couronne de France, sans les aliéner ou les transporter à personne. Dans la bénédiction de l'épée, on prie Dieu qu'elle soit, dans la main de celui qui désire de s'en armer, pour la défense et la protection des églises, des veuves, des orphelins et de tous les serviteurs de Dieu; ainsi on mon

tre que la force n'est établie qu'en faveur de la justice et de la raison, et pour soutenir la faiblesse.» (L. 7. art. 4. prop. 17 et 18.)

ART. 14.

L'élévation et le renversement des rois, la soumission et la rebellion des peuples, sont dans les mains de Dieu.

[ocr errors]

« C'est Dieu qui fait les rois : Saül cherchait les anesses de son père Cis, David paissait les brebis de son père Isaï, quand Dieu les a élevés d'une condition si vulgaire à la royau1. rois. 9. 10. 16.)

té. »

(

« Comme Dieu donne les royaumes, il les coupe par la moitié quand il lui plait : il fit dire à Joroboam, par son prophète (Ahias): je partagerai le royaume de Salomon et je t'en donnerai dix tribus, parce qu'il a adoré (les idoles. )» (1 rois. 11.)

«Le prophète Jéhu fils d'Hanani, dit (au nom de Dieu ) à Baasa, troisième roi d'Israël après Joroboam :- tu as marché dans les voies de Joroboam, je te perdrai, toi et ta maison. »> (3. rois. 16.)

[ocr errors]

«Par la même autorité (pendant que Joram, fils d'Achab, régnait sur Israël,) un prophète alla à Jehu fils de Namsi ( général de troupes de Joram,) et lui dit : le Seigneur vous a oint (ou sacré) roi sur Israël. Vous détruirez la maison d'Achab, votre Seigneur.» ( 4. rois. 9.)

« Dieu exerce le même pouvoir sur les na-. tions infidèles. Va, dit-il, au prophète Elie,

-tu oindras, (ou sacreras) Hazaël pour être roi de Syrie (et cela pendant que Benadab était encore sur le trône.) »

« Voici ce que dit le Seigneur: - c'est moi qui ai fait la terre, avec les hommes et les animaux, et je les mets entre les mains de qui je veux. Hæc dicit Dominus: -ego feci terram, et homines et jumenta, et dedi eam ei qui placuit in oculis meis.» (Jer. 27.) « C'est Dieu encore qui établit les maisons regnantes. »

vous.

«Il a dit à Abraham: des rois sortiront de Reges ex te egredientur. » (Gen. 17.) « Il a dit à David : le Seigneur vous fera une maison. » ( 2. rois. 7.)

« Et à Joroboam : si tu m'es fidèle, je te fe rai une maison.» (3. rois. 11.)

« Dieu détermine le temps que doivent durer les maisons royales. Il dit à Jéhu: tes enfans règneront jusqu'à la quatrième génération. 4. rois. 10.)

[ocr errors]

« Il dit : j'ai donné ces pays à Nabuchodonosor roi de Juda. Ces peuples seront assujettis à lui, à son fils et au fils de son fils, jusqu'à ce que le temps soit venu. Servient ei, et filio ejus, et filio filii ejus; donec veniat tempus.» (Jer. 27.)

Dieu inspire l'obéissance aux peuples, et il y laisse répandre un esprit de soulèvement. Dieu qui tient en bride les flots de la mer, est le seul qui peut aussi tenir sous le joug, l'humeur in= docile des peuples. Béni soit le Seigneur mon Dieu, (dit David) qui soumet mon peuple à ma puissance. Benedictus Dominus Deus meus qui subdit populum meum sub me.» (Psaume 143.)

[ocr errors]
[ocr errors]

4

[ocr errors]

(Quand Saül fut choisi pour roi, à l'instant même) une partie de l'armée dont Dieu toucha le cœur, suivit ce prince. Abiit cum

[ocr errors]

eo pars exercitûs, quorum tetigerat Deus corda: filii verò Belial despexerunt eum. » (1. Rois. 10.)

[ocr errors]

«Après que le prophète envoyé de Dieu eut parlé à Jéhu, (général des troupes de Joram,) pour le faire roi, les seigneurs, (tous les officiers qui se trouvaient avec Jéhu,) lui demandèrent que voulait cet insensé ? Tout ce qu'il aura dit est faux, mais ne laissez pas de nous le raconter. - (Jehu le leur raconta, et aussitôt) ils crièrent: Jehu est roi; et ils oublièrent Joram, leur roi légitime, pour qui ils venaient d'exposer leur vie'dans une bataille :tant Dieu changea promptement les cœurs. Quid venit insanus iste ad te ? Falsum est (quod dixit,) sed magis narra nobis: — (narravit, et) festinaverunt atque dixerunt : regnavit Jehu.» (4. Rois. 9.)

« Il faut toujours se souvenir que ces choses si extraordinaires, ne servent qu'à manifester ce que Dieu fait ordinairement d'une manière aussi efficace, quoique plus cachée. En même temps qu'il inspire aux grands de suivre Jéhu,il se répand dans le peuple un esprit de soulevement universel, et rien ne se soutient plus dans le royaume (d'Israël,, et Joram est perdu.) Jéhu envahit ce royaume sans résistance : Dieu vengea par ce moyen les impiétés d'Achab et de Jézabel, sur eux et sur leur maison, »>

«Voilà l'esprit de révolte que Dieu envoie quand il veut renverser les trônes. Sans autoriser les rébellions, Dieu les permet, et punit

les crimes par d'autres crimes, qu'il châtie aussi en son temps: toujours terrible et tou-jours juste. » (Liv. 7, art. 6, 1 et 2.)

ART. 25.

La puissance et la sagesse de Dieu sont partout. Le hasard et la fortune sont des mots vides de sens.

[ocr errors]

et ne

« Il n'y a point de hasard dans le gouvernement des choses humaines, et la fortune n'est qu'un mot qui n'a aucun sens. --- Séduits par un long cours d'heureux succès, les hommes du monde donnent tout à la fortune connaissent point d'autre Divinité. C'est mon étoile, disent-ils, c'est mon ascendant, c'est l'astre puissant et favorable qui a éclairé ma nativité, qui met tous mes ennemis à mes pieds. Mais il n'y a dans le monde, ni fortune, ni astre dominant. Rien ne domine que Dieu. Les étoiles, comme son armée, marchent à son ordre. voilà.

-

Il les appelle, et elles répondent : nous Deus emittit lumen et vadit; stellæ vocatæ sunt et dixerunt : adsumus. » (Baruch. 3.) (Liv. 7, art. 6, prop. 5.)

[ocr errors]

« Enflé d'une longue suite de prospérités, un prince insensé dit en son cœur : je suis heureux, tout me réussit : la fortune m'a toujours été favorable, il ne m'arrivera aucun mal. Pendant que Nabuchodonosor se promenait dans sa (superbe) Babylone, →et disait: n'est-ce pas cette immense Babylone que j'ai bâtie dans ma force, et dans l'éclat de ma

[ocr errors]
« PreviousContinue »