Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

qui aviez votre fille près de lui, et qui entreteniez des correspondances avec lui?

"Je n'ai jamais reçu de lui que deux ou trois lettres qui ne rouloient que sur des choses

très-indifférentes.

"Pourquoi dans la république souffriczvous que l'on vous appellât prince?

[ocr errors]

J'ai fait ce qui dépendoit de moi pour l'empêcher; je l'avois même fait afficher à la porte de ma chambre, en observant que ceux qui me traiteroient ainsi seroient condamnés à l'amende en faveur des pauvres.

"Quelles étoient les vues des grandes largesses que vous avez faites pendant la révolution?

"Je n'ai point fait de grandes largesses; j'ai été assez heureux pour soulages mes concitoyens indigens au milieu d'un hiver rigoureux, en vendant une petite portion de mes propriétés."

Tel fut l'interrogatoire qu'on fit subir à d'Orléans. On voit que Fouquier-Tinville dédaigna de s'y servir des avantages que pouvoit lui donner la vie toute criminelle de l'ac cusé; c'est que dans ce monstrueux tribunal où Fouquier faisoit les fonctions d'accusateur public, on ne tenoit aucun compte ni des interrogatoires ni des formes; il s'y agissoit seulement de mettre à mort.

Lorsque l'interrogatoire de d'Orléans fut fini, Voidel demanda qu'il lui fût permis de faire, entendre en faveur de son client, des témoins justificatifs. Cette faveur étant ac

[ocr errors]

cordée, ces témoins justificatifs se réduisirent à un seul appellé Blaude Agouft, officier de paix. Ce témoin unique raconta qu'il tenoit d'une femme qu'un particulier avoit été porteur d'une épée empoisonnée pour assassiner le citoyen Egalité; que lui officier de paix avoit pris le signalement de ce particulier et recommandé à l'accusé de se plastroner crainte d'événement; que celui-ci lui avoit répondu qu'il se tranquillisât sur son compte, attendu que si le particulier venoit, il lui brûleroit la cervelle.

Pour donner quelque crédit à cette petite fable qui au fond ne prouvoit pas que d'Orléans ne fût très-coupable, il auroit fallu produire la femme qui l'avoit racontée; elle ne parut pas. Quant au porteur de l'épée empoisonnée, Agoust dit qu'il étoit à Gênes.

Cet Agoust ajouta que le citoyen Egalité Jui avoit dit un jour, qu'il ne vouloit pas être roi, qu'il n'en falloit pas. Voidel en déterrant ce seul témoin n'avoit pas fait là une découverte fort heureuse pour son client. On l'entendit ensuite lui-même. Son plaidoyer fut long, mais extraordinairement foible. I insista sur-tout beaucoup sur le voyage que la fille de d'Orléans avoit fait en Angleterre vers la fin d'Octobre 1791, et on ne voit pas pourquoi il mettoit une si haute importance à ce voyage. Il dit que la marquise de Sillery n'avoit pas voulu le faire sans être accompagnée de deux chauds patriotes, et qu'en conséquence d'Orléans avoit ordonné à

lui Voidel et à Pétion d'accompagner cette femme; ce qu'ils avoient fait.

Au lieu d'insister à laver d'Orléans de toute relation avec Dumouriez, Voidel perdit son tems à déclamer contre celui-ci et à maudire sa trahison. "Il est, s'écria-t-il, l'auteur de tous les malheurs arrivés à la famille de mon client; il a égaré l'esprit du jeune Egalité, et l'a engagé à s'expatrier avec lui, tandis que la femme Sillery d'un autre côté pervertissoit l'opinion de sa sœur qui est à errer avec elle. L'accusé ici présent a été long-tems sans savoir ce que sa fille étoit devenue; ce n'est que depuis peu de jours qu'il a appris qu'elle étoit dans un hôpital en Suisse."

Voidel fit aussi beaucoup valoir les sacrifices que son client avoit faits à la révolution, et qui avoient dévoré toute sa fortune, C'est, dit il à ce sujet, qu'il a toujours été ami de la liberté, qui d'ailleurs étoit son seul élément. Il parla également beaucoup de la haine que les royalistes portoient à l'accusé. "Ils ne pouvoient pas, dit-il, le souffrir; il étoit leur plus mortel ennemi, & si la contre-révolution avoit pu avoir lieu, ils n'auroient pas manqué de le faire périr." Cette dernière assertion n'étoit pas bien exacte si la contre-révolution eût pu avoir lieu, et que les délits de d'Orléans eussent été jugés ipardonnables, c'eût été la justice scule qui l'eût fait périr, Que les royalistes

au reste cusscut fait périr d'Orléans, la chose ne paroissoit nullement extraordinaire, mais que ceux-là pour qui il avoit tout fait, et dont il s'étoit servi pour commettre des milliers d'assassinats l'envoyassent eux-mêmes à l'échafaud, il y avoit là quelque chose de surnaturel.

Enfin Coustard et son défenseur ayant été entendus à leur tour, Herman qui présidoit le tribunal, rendit le fatal jugement en ces

termes :

"Le tribunal d'après la déclaration undnime du jury, portant que Louis-PhilippeJoseph Egalité, ci-devant duc d'Orléans, et Anne-Pierre Coustard, ex-députés à la convention nationale, sont convaincus d'être les auteurs ou complices de la conspiration qui a existé contre l'unité et l'indivisibilité de la république, contre la liberté & la sûreté du peuple françois, condamne lesdits Egalité et Coustard à la peine de mort."

Coustard en entendant ce terrible arrêt, perdit toute force et tout courage. Quant à d'Orléans il n'en parut ni étonné ni ébranlé; il s'écria d'une voix forte: Eh bien! marchons tout de suite. Il descendit d'un pas ferme les gradins de l'estrade où il étoit assis, et s'avança la tête haute dans la pièce où les exécuteurs l'attendoient. Il ne donna à leur vue aucun signe de foiblesse. Il eut pour compagnons de son supplice Coustard et trois autres infortunés que le tribunal avoit

jugés lá veille; ils se nommoient Gondier, Laroque et Brousse ; ce dernier étoit un pauvre serrurier.

Tous furent placés sur la même charrette; il y monta aussi un confesseur en habit laïc, l'habit ecclésiastique étoit alors défendu. (1) D'Orléans en montant sur cette fatale charrette que tant d'illustres martyrs avoient honorée, éprouva un léger frémissement; il parut affecté; il n'est rien là qui doive étonner. Le premier mouvement de la nature lorsque la mort s'approche, est un mouvement d'horreur. Tout ce que le courage le plus mâle peut faire, c'est de vaincre cette première impression.

D'Orléans après avoir payé ce tribut dont aucun de nous ne sauroit s'exempter, puisque la foiblesse est le partage de l'humanité entière, se montra supérieur à son adversité. Toutes les personnes impartiales qui l'ont vu marcher à la mort assurent qu'il ne fut homme et prince que ce jour là. Il avoit une contenance noble et assurée, nulle affectation; sa

(1) Proscrit par Robespierre, par Fouquier-Tinville, par Henriot, et par cette commune dont tous les membres ont péri sur l'échafaud, j'étois à cette époque, errant dans les bois, sous la seule garde de la providence. Je n'ai donc pu voir par moi-même, ces dernières circonstances de la vie d'Orléans. Je les rapporte sur la foi de témoins oculaires et impartiaux.

« PreviousContinue »